Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La pendue de Londres
Didier Decoin  (Editions Grasset)  mai 2013

Didier Decoin aime raconter des histoires articulées autour du destin tragique des femmes violentées et, comme souvent la réalité dépasse la fiction, se délecte du genre du fait-divers romancé qui, s'il n'est pas nouveau, connaît un engouement sans précédent.

Après "Est-ce ainsi que les femmes meurent ?", consacrée à l'affaire Kitty Genovese dont le meurtre sauvage au pied de son immeuble avait ébranlé la conscience collective américaine dans les années 60 en stigmatisant la passivité coupable des témoins, voici "La pendue de Londres".

La pendue de Londres c'est Ruth Ellis, dont la condamnation à la peine capitale pour l'assassinat de son amant suscita la mobilisation active mais vaine des abolitionnistes et qui, en 1955, fut la dernière femme exécutée par pendaison en Angleterre. Elle avait 29 ans.

Didier Decoin entreprend de raconter sa vie dans le cadre d'un récit croisé avec celui de la vie d'Albert Pierrepoint, officiant en tant que bourreau, qui, en marge de son activité d'exécuteur en chef, bon mari homme sans histoire, menait une vie paisible et ordinaire de tenancier de pub.

Ce procédé lelouchien est judicieux car il tend à muscler, par ses apartés sur la psychologie du bourreau dépourvu d'état d'âme, soucieux de bel ouvrage et satisfait du devoir accompli, une histoire qui s'avère un pur mélo avec pour héroïne le prototype de la victime féminine prise, entraînée dans une spirale infernale de la "fille perdue".

Tout commence mal avec un père violent, alcoolique et incestueux. Au milieu des années 40 à Londres, jeune fille sans instruction, sans métier et sans travail, déjà chargée de famille, un fils né d'un amour illusoire avec un militaire canadien (ces soldats des forces de libération stigmatisés par l'auteur : "... ces hommes qui s'étaient comportés à la fois en héros vis-à-vis de leur patrie, et en individus parfaitement abjects envers des milliers de femmes"), elle rêve de devenir une star de cinéma dont elle a déjà adopté le look platiné de blonde fatale.

Jolie, elle plait aux hommes et le sait. Alors elle mise sur son physique, qu'elle entretient de manière maniaque, pour trouver du travail acceptant de poser pour des photos dites de charme qui la conduit à devenir directrice de club avec des "extras" bien rémunérés.

Un travail rémunérateur qu'elle accomplit en connaissance de cause tout en étant consciente de n'être qu'un bien de consommation ("... dans les parties fines dont elle était l'invitée d'honneur, c'est-à-dire le mets principal, la volaille troussée, le crustacé ébouillanté, le poisson tronçonné, le légume poêlé à vif...").

Dans sa vie privée, des hommes alcooliques et violents qui sont la réplique de la figure paternelle. Comme elle conserve néanmoins un coeur de midinette, elle s'amourache d'un jeune et beau dandy coureur automobile sans le sou qui a le même profil et violent et qu'elle tuera par jalousie après la rupture suscitée par un projet de mariage avec une héritière.

Plein d'empathie pour un personnage qu'il érige en héroïne tragique, Didier Decoin milite ardemment pour la cause des femmes victimes de la brutalité des hommes.

Intitulé roman sans être une pure fiction, tendant au roman-document dans la mesure où l'histoire de Ruth Ellis a été très médiatisée en son temps puis largement exploitée, brouillant la frontière entre la réalité et la fiction, l'intérêt de cet opus tient essentiellement au talent conteur d'un auteur blanchi sous le harnais.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Est-ce ainsi que les femmes meurent ?" du même auteur


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=