Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
Interview  (Par mail)  mai 2013

TOOOD (That Obscure Object Of Desire) est un duo composé de Laurent Morelli aux machines et d’Astrid Karoual au chant. Tous les deux font une musique éléctro sombre et venimeuse, où se mêlent profondeur musicale, désenchantement et une certaine ironie. Leur premier EP Honestly vient tout juste de sortir sur leur propre label.

Qui est That Obscure Object Of Desire ?

Astrid Karoual : TOOOD, c'est Astrid Karoual + Laurent Morelli + la musique indépendante des années 90 + un romantisme ultra contemporain + des machines baroques + une certaine distanciation dans l'expression des sentiments. Le tout par le prisme du noir et blanc.

Comment est né le groupe ?

Laurent Morelli : J'ai rencontré Astrid en 2006 alors que j'auditionnais des chanteuses pour monter un projet de trip-hop entre Paris, Manchester et Aarhus. Les milliers de kilomètres ont eu raison de ce projet avorté mais j'ai gardé le contact avec Astrid, que j'ai sollicitée pour travailler avec moi sur la musique d'une pièce de théâtre en 2009.

Astrid Karoual : Ce projet de pièce a duré un an pendant lequel nous avons confronté nos points de vue sur l'illustration narrative. Par la suite, nous avons synthétisé tout ça en réalisant des covers très personnelles de quelques morceaux connus. Cela nous a permis d'esquisser l'identité musicale de TOOOD...

Laurent Morelli : Nous avons ensuite sculpté le son de façon à pouvoir le jouer live. Avant de commencer à travailler, nous avons choisi les machines qui pourraient nous servir d'instruments puis nous avons tracé l'écriture des morceaux le long de jams rock dans l'esprit et hip-hop/électroniques dans l'éxécution.

Quels sont vos parcours musicaux ? Vos influences ?

Astrid Karoual : En tant que chanteuse, mes "débuts" remontent à la chorale du collège, bien qu'à cette époque, je ne m'y intéressais pas plus que ça tant les morceaux qu'on nous proposait ne m'emballaient pas. Mais j'écrivais déjà pas mal de poèmes et de petites chansons très sombres et cyniques, très adolescentes en somme... Ce n'est qu'à la fin du lycée, vers 17 ans, que j'ai manifesté le besoin de m'exprimer vocalement au sein d'un groupe de rock. Je n'ai jamais pris de véritable cours de chant mais un certain sens du rythme et du mimétisme m'a amenée à faire de la scène. Très jeune, je m'inspirais de chanteuses telles PJ Harvey, Shirley Manson de Garbage ou Björk, mais aussi de figures masculines importantes pour moi comme Thom Yorke de Radiohead, Jeff Buckley, David Bowie et Jim Morrison.

C'était un jeu, j'étais plus actrice que musicienne quelque part. Ce n'est qu'à partir du moment où j'ai commencé à écrire et composer des morceaux en groupe que je me suis sentie chanteuse. Pendant une dizaine d'années, j'ai notamment leadé un groupe de pop rock qui a été la meilleure école qui soit sur de nombreux plans. Aujourd'hui mes inspirations ont évolué. Je reste fidèle au rock mais je m'ouvre désormais beaucoup plus à l'électro, au hip-hop et même à la chanson française, grâce entre autres aux nombreux DJ sets que j'ai pu faire...

Laurent Morelli : Autant que je me souvienne, j'ai toujours fait de la musique. Après j'ai eu une véritable révélation à 20 ans où j'ai couché mes premières chansons. Ensuite tout s'est progressivement développé, de guitariste songwriter je suis devenu auteur-compositeur de plusieurs formations rock. Puis j'ai commencé à faire de la musique électronique, puis de l'enregistrement, puis du mixage, puis du sound design. J'ai créé un label et commencé à organisé des concerts. TOOOD est arrivé assez récemment. Je pense que la musique qui m'a le plus influencé est celle que j'écoutais avant d'entrer dans l'adolescence, celle sur laquelle je me suis construit. La fin du grunge, le début de Radiohead et du trip-hop. Aujourd'hui j'ai plus de distance par rapport à ça. Je pense que TOOOD est en permanence influencé par les travaux que nous avons faits précédemment. Peut-être plus globalement une synthèse des mélodies des années 90 avec les rythmes et les sons des années 2000.

Comment se passe l'écriture ?

Astrid Karoual : A l'origine, Laurent travaillait principalement le son et moi le texte de mon côté mais aujourd'hui nous travaillons plus ensemble ces deux points. Une véritable fusion se fait entre le texte et les sons que nous choisissons.

Laurent Morelli : TOOOD reste un projet musical extrêmement narratif. Nous ne sommes pas guidés par une technique de composition mais plus par les histoires que nous racontons.

Votre nom est-il une référence au film de Bunuel ? Doit-on y chercher un rapport entre la narration, les thèmes (du désir / de la violence des rapports humains / de la soumission) et votre musique ?

Laurent Morelli : On nous a souvent posé cette question et je me sentais bête de ne pas avoir vu le film. Ce qui est chose faite. Je l'aime beaucoup et j'aurais beaucoup aimé lui rendre mais ce n'est pas du tout le cas...

Astrid Karoual : En effet, TOOOD doit son appellation au roman Middlesex de l'américain Jeffrey Eugenides. Le personnage principal est un hermaphrodite dont on suit l'existence et pendant son adolescence, il tombe éperdument amoureux d'une charmante créature qu'il ne désigne jamais que comme l'"obscur objet". Cette cristallisation et cette distance nous étaient particulièrement chères...

Pourquoi avoir choisi de sortir votre disque sur votre propre label ?

Laurent Morelli : C'est un permier EP, le plus important était de le sortir quoi qu'il arrive. Après je reconnais volontiers que l'on n'a démarché aucun label. Ça aurait été intéressant de le sortir au sein d'une structure plus importante... On s'y attellera probablement pour le prochain.

Quelles sont les prochaines étapes après ce premier EP ?

Astrid Karoual : Après avoir donné un showcase chez le disquaire Les Balades Sonores, nous préparons deux lives, le 11 juin à L'Espace B et le 10 juillet au Tigre Club. Nous pensons continuer les concerts jusqu'à la fin de l'année où l'on préparera la sortie de notre premier album...

Quels sont vos rapports avec la scène musicale française actuelle (Cf. votre reprise de Venus Bar de AV) ?

Astrid Karoual : Nous nous situons dans une mouvance post-nineties emmenée par des groupes comme Terminus, Scratch Massive ou encore The Do... Sur le plan plus personnel et amical, nous fréquentons surtout des formations parisiennes, à tendance pop ou électronique. Ce qui nous a amené notamment à reprendre le Venus Bar d'AV à la sauce tooodienne...

Retrouvez TOOOD
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Honestly de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Dédale / Up to the clouds 45T de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Fury de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Transparence de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Interview de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
That Obscure Object Of Desire en concert à L'Espace B (mardi 11 juin 2013)
L'interview de That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (samedi 4 octobre 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de TOOOD
Le Bandcamp de TOOOD
Le Soundcloud de TOOOD
Le Facebook de TOOOD

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

TOOOD (26 novembre 2018)
TOOOD (16 avril 2016)
TOOOD (4 octobre 2014)
That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (28 mai 2012)
That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (28 mai 2012)


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=