Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
Laura Cahen - Roscoe - Tricky - Nemir - Wax Tailor - Christine - Télémaque - Minimal Quartet - Capture - Art District - Stig of the Dump - Groundation - Juvéniles - IAM  (Bulligny, Lorraine)  du 31 mai au 2 juin 2013

Vous qui foulez pour la première fois la pelouse du Jardin du Michel, soyez prêts à revenir aux sources d'un festival fait maison, oubliez tout confort, chaussez vos bottes en plastique et vos bouchons d'oreille, sirotez avec modération – notre meilleur ami à tous – une 8.6. faussement ambrée, et appréciez de retrouver, dans ces champs recouverts de paille qu'un doux déluge imbibe sans ménagement, deux scènes imposantes et sûres.

Tout près, un train de marchandises passe. Un veau appelle sa mère. Un festivalier éternue.

Bienvenue au JDM, version 9.0.

Vendredi 31 mai – Déluge un jour, déluge toujours

Laura Cahen

Le JDM commence par une ironie du sort : la scène "alternative" n'est autre que "La Plage" des Eurockéennes de Belfort... Mais de temps estival, point. Au fond, tout au fond de la scène, bien cachée, commence à gratouiller Laura Cahen, découverte, entre autres artistes, des Inouïs du Printemps de Bourges. S'il est toujours difficile d'ouvrir un festival, les choses sont clairement compliquées par une absence totale ou presque, de public. La voix rugueuse et chaude - qui rappelle parfois, par certains accents, Raphaële Lannadère -, la voix aux inflexions superbement aériennes de Laura Cahen ne réussira donc pas à endiguer, tel est le mot, les trombes d'eau qui s'abattent sur Bulligny. Et cela est bien dommage car il eut été agréable de profiter plus avant de la musique et du swing de la demoiselle. Les câbles craquent, et les sourires entre les musiciens en disent longs : jouons, quoi qu'il arrive...

Roscoe

Inconnu au bataillon, ce groupe au line-up parisiano-belge propose une musique étiquetée "indie rock", plutôt complexe, aux ambiances très fines et à l'atmosphère tantôt planante, tantôt puissante. Mais le tout forme un set qui manque un peu de "punch" - ne faisant malheureusement que l'effet d'un pétard... mouillé, aux yeux et aux oreilles d'un public toujours clairsemé. Le son est, de plus, étrangement étouffé, alors qu'il est clair que la qualité musicale est au rendez-vous...

Tricky

Inévitablement, le set de Tricky rameute les foules détrempées. Un détour par le public s'impose : "Tricky, t'es trop vieux, Massive c'est fini !". Devant tant d'ingratitude, alors que le concert n'est pas encore commencé, que dire ? Il s'avère que le début du set, malheureusement, met en scène un Tricky qui semble trop en transe pour réellement emporter avec lui un auditoire pourtant impatient. Adrian Thaws tripatouille le cordon de son sweat, les yeux mi-clos, enchaîne des chorégraphies mécaniques et peine à motiver. Une, deux, trois chansons, puis viendra l'idée de "génie" qui sauvera l'honneur : dix, vingt, trente personnes montent sur scène, soudain, et là, le "mythe" reprend vie. On l'étreint, on l'embrasse, on se photographie avec lui sur son smartphone dernier cri. Il est clair que les ayatollahs ne retrouveront pas vraiment le goût ancien et doucereux des Massive Attack. Mais la chanteuse, Francesca Belmonte, brune ténébreuse les cheveux au vent, tient admirablement la route. Programmé trop tôt, Tricky ? On s'interroge. L'atmopshère où fusionnent trip-hop, rap, r'n'b et quelque fois rock, peine un peu à accrocher en cette fin de journée.

Nemir

Aïe. Si mes connaissances en hip-hop restent toujours à la limite du décent et de l'acceptable, ma passion pour la langue m'empêche trop souvent d'apprécier les textes des rappeurs quand ils sont en français – hormis La Gale, of course. Pour Némir, accompagné de Gro Mo, comment ne pas "décrocher" dès que "Zlatan" rime avec... "platane" ? Le tout prend l'allure d'un "Jump ! Jump !" bien fatigant, d'un "Bulligny faites du bruit" bien harassant, et caetera, et caetera. Dommage car les mérites de ce rappeur sont vantés assez régulièrement - notons quand même qu'il remporté le prix "Coup de coeur du Jury" des Inouïs du Printemps de Bourges 2013. Sans condamner, je m'accorde le bénéfice du doute... A réécouter et à revoir donc, pour ma part.

Au loin, la tartiflette géante guette.

Wax Tailor

Et là voudrais-je crier : "Enfin !". D'abord parce que cela fait des lustres d'éternité que mon cœur souhaitait les croiser, ensuite parce qu'il faut avouer que c'est réellement à ce moment de la soirée que le festival s'"ouvre". Esthétiquement, musicalement, humainement, Wax Tailor a tout pour plaire. (Rappelons que Jean-Christophe Le Saoût se promenait, quelques heures plus tôt, sur le site du JDM, parmi les festivaliers, sac poubelle blanc aux pieds en guise de bottes pour aller... déguster une barquette de frites.) Deux invités qui "hip-hopisent" le tout, une toujours aussi sensuelle Charlotte Savary, des classiques, comme "Que sera" (issu de Tales of Forgotten Melodies), et des morceaux du dernier album - Dusty Rainbow From The Dark. Le set est paraît naturel mais se révèle extrêmement bien rôdé, les effets visuels plus que convaincants. En somme, un réel bonheur.

Christine

Christine s'appelle Christine en hommage au film d'horreur de John Carpenter. Mais Christine est un homme. Et même deux. Christine fait de l'électro. Qui envoie du gros et qui crache dans tes oreilles - on parle d'accents groove, on parle de basses lourdes, on aime les cinématiques étranges et décalées... Ratés au dernier Rolling Saône, je ne suis pas mécontente de voir ce groupe dont tout le monde parle et qui, qu'importe ses affinités musicales, impressionne. A cette heure-ci de la soirée... Rien de tel pour s'enflammer.

Samedi 1er juin - "Je suis ton père, Luc."

Télémaque

Télémaque ouvre le bal du deuxième jour, clairement placé sous le signe du hip-hop. Deux rappeurs : l'un au look joyeusement décalé, l'autre dissimulant des dreads sous une capuche verte. Le son est bon, l'envie est là, l'énergie est palpable. Mais les morceaux sont inégaux. Et puis on est un peu lassé des sempiternels "jump jump" et des invitations perpétuelles à prendre photos et vidéos à poster sur Facebook ou Evergig. L'image du groupe avant sa musique ? Bizarre autant qu'étrange. Mais retenons qu'entre trente-six mille "merci Michel !", Télémaque, intrigant, a réussi à capter notre attention.

Minimal Quartet

Il y a toujours, dans un festival, une révélation – soit un "petit" groupe produisant un "grand" son. C'est le cas de Minimal Quartet, et pas seulement en raison de la superbe d'un bassiste inspiré – cigarillo au bec, mèche au vent et assis. Dans un soleil éclatant, dub et stoner se mêlent de façon élégante et (presque) sûre. On est littéralement captivée. Reste à savoir comment se déhancher et discrètement headbanger en même temps. L'univers musical est bien là, avec du caractère et de l'affirmation, la fusion à son comble, les artistes inspirés et éclatants : on aime.

Capture

Les petits gars – car ils sont jeunes et fringants – ont décidé d'en profiter et se donnent amoureusement sur scène pour partager leur indie rock. Plaisent-ils ? Oui, surtout grâce à l'énergie dépensée par Alexandre Phan. Le tout se laisse bien gentiment écouter, entre pop, indie et cold-wave, jusqu'à une reprise, dont on se serait bien passé de "Rythm of the Night"... à 19h30. Mais oublions : les jeunots ont déjà fait la première partie de Sébastien Tellier, ont sorti un album en mars dernier, et envisage un EP à l'automne. On leur souhaite bonne route.

Art District

Sous un soleil toujours éclatant, Art District prend le relai. La formation, aussi éblouie qu'éblouissante, propose des variations intéressantes - jazz, groove, funk, soul - autour d'une base hip-hop. On aime également le beat-box qui s'immisce dans tout cela et rend le set plutôt attractif et entraînant. Le "métissage" musical, mal maîtrisé, peut rapidement avoir ses limites et virer à la cacophonie, ou à l'expérimental pour happy few, mais ici tout semble bien dosé et se révèle clairement convaincant.

Stig of the Dump

Deux vrais rappeurs américains, bourrés au coca et aux hamburgers, deux "petits" monstres, casquettes vissées sur la tête et tatouages aux mollets, qui font l'effort de se présenter à leur public en français - excusez du peu. On les avait aperçus peu avant, dans le public de Minimal Quartet, smartphone à la main, prenant des photos du concert et sirotant une bière, détendus, souriants, ouverts. Stig of The Dump distille un hip-hop, à l'image de ses rappeurs, gras et lourd, teinté de dubstep avec des tendances hardcore. Agressifs, ironiques, louchant devant l'appareil photo, les deux compères ont en tous les cas fait l'unanimité dans le public - qui, faut-il le préciser, se masse et s'entasse depuis l'ouverture (ensoleillée) des portes.

Groundation

Voici donc LE groupe "reggae" de la programmation du JDM, et la valeur est sûre, entre les choristes voluptueusement ondulantes, les cuivres d'excellence et un Harrison Stafford nerveusement sautillant. On a beau ne pas être très porté sur le style, il faut avouer que le tout est plutôt très bien rôdé. Même si on ne peut s'empêcher d'avoir l'impression, dès le milieu du set, d'entendre la même chose depuis le début - méconnaissance du style oblige, sans doute.

Juvéniles

Juvéniles fait partie de ses groupes au destin fulgurant : leur premier album n'est pas encore sorti (à venir courant juin), que le groupe a déjà signé chez AZ. La synthpop / pop new wave est planante, ambitieuse et déjà... couronnée de succès. Yuksek est le producteur de leur single "Strangers", et les petits feront leur release-party à La Maroquinerie. Mais je reste toujours un peu fâchée avec le style branchouille-hipster-rétro du moment, qui ajoute une pose qui me semble inutile à la musique prodiguée. Le tout est plaisant, alors pourquoi poser ?

IAM

Le JDM, au cours de la soirée, est devenu totalement impraticable. J'entends par là que la foule désormais s'entasse à qui mieux mieux pour se rapprocher dangereusement de la scène où IAM va débarquer. Il est inutile de dire qu'ils volent, sans conteste, la vedette à tous les groupes qui se sont produits jusqu'à présent. Pour les avoir déjà vu au Rolling Saône cette année, force est de constater qu'en quelques semaines, le set s'est encore amélioré - et les heureux élus semblent toujours de première jeunesse. Je ne peux m'empêcher de mentionner ce sourire discret mais persistant d'Akhénaton sur scène. On sent l'envie et l'énergie intactes. Et les anciens "tubes" scellent le tout : du "côté obscur" au "Mia"...

On s'éloigne en silence, dans le noir, en fredonnant... Edition terminée, 18 000 "entrées" (méritées) au rendez-vous... Bravo Michel !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Laura Cahen parmi une sélection de singles (août 2013)
La chronique de l'album Nord de Laura Cahen
Laura Cahen en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)
Laura Cahen en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
La chronique de l'album Sélections de Singles et EP de Empyr - Kid Bombardos - The Enjoys - Alys - Roscoe - The Dirty Projectors
La chronique de l'album Knowle West Boy de Tricky
La chronique de l'album Mixed Race de Tricky
La chronique de l'album Ununiform de Tricky
Tricky en concert au Festival International Benicàssim 2008
Tricky en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Tricky en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Tricky en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 13 août 2010)
Tricky en concert au Splendid (samedi 14 décembre 2013)
Tricky en concert à Oeno Music Festival #2 (édition 2015)
La chronique de l'album In the mood for life de Wax Tailor
La chronique de l'album Dusty rainbow from the dark de Wax Tailor
Wax Tailor en concert au Festival Europavox 2006
Wax Tailor en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Wax Tailor en concert au Fil (jeudi 11 mars 2010)
Wax Tailor en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Wax Tailor en concert à L'Aéronef (mercredi 14 novembre 2012)
Wax Tailor en concert à la Salle du Canton (samedi 16 mars 2013)
Wax Tailor en concert au Fil (vendredi 12 avril 2013)
L'interview de Wax Tailor (mercredi 29 octobre 2014)
La chronique de l'album Solitude Nomade de Christine Ott
La chronique de l'album Only Silence Remains de Christine Ott
La chronique de l'album Atom From Heart de Christine
Christine en concert au Festival Zikametz #9 (édition 2012)
Christine en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Christine en concert au Festival Le Printemps de Bourges #39 - Edition 2015
Christine en concert au Festival Artrock 2015
Christine en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Christine en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - Jeudi 20 août
Christine en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
La chronique de l'album Capture release de The Rakes
Capture dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album Communion EP de Capture
L'interview de Capture (mai 2013)
Groundation en concert à Coopérative de Mai (dimanche 22 novembre 2009)
Juvéniles en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Juvéniles en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Juvéniles en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Juvéniles en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Jeudi
Juvéniles en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Juvéniles en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2013 - vendredi
IAM en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
IAM en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (dimanche)
IAM en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Samedi
IAM en concert au Festival Rocktambule 2010 (16ème édition)
IAM en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - dimanche
IAM en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
IAM en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Jardin du Michel
Le Myspace du Festival Jardin du Michel
Le Facebook du Festival Jardin du Michel

Crédit photos : Sophie Hébert (Toute la série sur son Flickr)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Le morceau caché, Angels with dirty faces de Tricky (21 décembre 2008)
Benjamin Diamond (10 octobre 2008)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=