Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Off White Lies
Maya Kenig  (juin 2013) 

Réalisé par Maya Kenig. Israël. Comédie dramatique. 1h26 (Sortie 12 juin 2013). Avec Gur Bentwich, Elya Inbar, Tzahi Grad, Salit Achi-Miriam et Arad Yeni.

Primé dans les festivals, vanté pour son courage politique, le cinéma israélien qu’on voit d’ordinaire est un cinéma "off shore ", surtout destiné à l’exportation et qui a pour vocation de montrer, voire de démontrer, qu’Israël affronte ses problèmes, notamment la question palestinienne et la question religieuse.

En réalité, ce cinéma-là n’est guère diffusé sur le marché intérieur et a pour fonction de donner à l’extérieur une bonne image d’un pays qui suscite beaucoup de réserves et d’hostilité.

Le premier intérêt du film de Maya Kenig est d’appartenir au cinéma vraiment vu en Israël et de raconter une "histoire simple" entre un père et sa fille. On pourrait même parler de "road movie" dans la lignée des films de Wim Wenders, "Paris Texas" ou "Alice dans les villes".

Shaul, inventeur fantasque, divorcé, vivant d’expédients et de petites combines, retrouve sa fille Libby qui vivait aux Etats-Unis avec sa mère. Shaul et Libby vont devoir réapprendre à se connaître, dans un contexte bien particulier, puisque Shaul n’a plus vraiment de domicile fixe.

Dès lors, la "grande histoire" va donner un coup de pouce pour que leurs retrouvailles prennent corps. En effet, Shaul se fait passer pour un "réfugié" des régions du Nord, théoriquement à la merci des roquettes du Hezbollah pendant la seconde guerre israélo-libanaise, et est accueilli avec Libby dans une famille aisée et patriote de Jérusalem.

Tout est dit explicitement, du moins pour les anglophones, dans le titre du film : "Off White Lies", qu’on pourrait traduire par "De pieux mensonges".

Dans cette petite comédie légère et nonchalante, Shaul a menti à son ex-femme et déçoit sa fille : il n’est pas le héros escompté par cette ado de treize ans, mais un loser tchatcheur qui l’embarque dès son arrivée d’Amérique dans un sacré mensonge en l’obligeant à jouer les victimes traumatisées par la guerre.

Construit par petites touches, "Off White Lies" de Maya Kening a un goût de petit film américain indépendant. S’il n’y avait pas de temps à autre le bruit d’un avion parti pour bombarder "l’ennemi", on se croirait souvent en plein cœur d’une Amérique fauchée où l’on croise des petits personnages mus par leur quotidien et n’ayant guère conscience d’appartenir à la première puissance mondiale.

Ici, on peut même lire une critique, pas féroce mais bien réelle, de ces Israéliens aisés, genre bobos, qui soutiennent à fond la politique guerrière de leurs gouvernements successifs. On visitera ainsi le bunker de Gideon, patriote en treillis prêt à envoyer son fils sur le front, mais capable aussi de tordre la réalité à ses convictions et lui aussi de nourrir les médias par ses "pieux mensonges"…

La confrontation des deux Israël, celui des classes dirigeantes et celui des fauchés qui crapahutent au gré des événements, finira par avoir un arrière-goût hilarant de vaudeville méditerranéen.

Mention spéciale à la jeune Elya Inbar, formidable Libby, et à Gur Bentwich, qui se révèle un comédien d’exception dans le rôle de son père.

"Off White Lies" de Maya Kenig est vraiment un joli film qui en dit beaucoup sans en avoir l’air.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=