Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Off White Lies
Maya Kenig  (juin 2013) 

Réalisé par Maya Kenig. Israël. Comédie dramatique. 1h26 (Sortie 12 juin 2013). Avec Gur Bentwich, Elya Inbar, Tzahi Grad, Salit Achi-Miriam et Arad Yeni.

Primé dans les festivals, vanté pour son courage politique, le cinéma israélien qu’on voit d’ordinaire est un cinéma "off shore ", surtout destiné à l’exportation et qui a pour vocation de montrer, voire de démontrer, qu’Israël affronte ses problèmes, notamment la question palestinienne et la question religieuse.

En réalité, ce cinéma-là n’est guère diffusé sur le marché intérieur et a pour fonction de donner à l’extérieur une bonne image d’un pays qui suscite beaucoup de réserves et d’hostilité.

Le premier intérêt du film de Maya Kenig est d’appartenir au cinéma vraiment vu en Israël et de raconter une "histoire simple" entre un père et sa fille. On pourrait même parler de "road movie" dans la lignée des films de Wim Wenders, "Paris Texas" ou "Alice dans les villes".

Shaul, inventeur fantasque, divorcé, vivant d’expédients et de petites combines, retrouve sa fille Libby qui vivait aux Etats-Unis avec sa mère. Shaul et Libby vont devoir réapprendre à se connaître, dans un contexte bien particulier, puisque Shaul n’a plus vraiment de domicile fixe.

Dès lors, la "grande histoire" va donner un coup de pouce pour que leurs retrouvailles prennent corps. En effet, Shaul se fait passer pour un "réfugié" des régions du Nord, théoriquement à la merci des roquettes du Hezbollah pendant la seconde guerre israélo-libanaise, et est accueilli avec Libby dans une famille aisée et patriote de Jérusalem.

Tout est dit explicitement, du moins pour les anglophones, dans le titre du film : "Off White Lies", qu’on pourrait traduire par "De pieux mensonges".

Dans cette petite comédie légère et nonchalante, Shaul a menti à son ex-femme et déçoit sa fille : il n’est pas le héros escompté par cette ado de treize ans, mais un loser tchatcheur qui l’embarque dès son arrivée d’Amérique dans un sacré mensonge en l’obligeant à jouer les victimes traumatisées par la guerre.

Construit par petites touches, "Off White Lies" de Maya Kening a un goût de petit film américain indépendant. S’il n’y avait pas de temps à autre le bruit d’un avion parti pour bombarder "l’ennemi", on se croirait souvent en plein cœur d’une Amérique fauchée où l’on croise des petits personnages mus par leur quotidien et n’ayant guère conscience d’appartenir à la première puissance mondiale.

Ici, on peut même lire une critique, pas féroce mais bien réelle, de ces Israéliens aisés, genre bobos, qui soutiennent à fond la politique guerrière de leurs gouvernements successifs. On visitera ainsi le bunker de Gideon, patriote en treillis prêt à envoyer son fils sur le front, mais capable aussi de tordre la réalité à ses convictions et lui aussi de nourrir les médias par ses "pieux mensonges"…

La confrontation des deux Israël, celui des classes dirigeantes et celui des fauchés qui crapahutent au gré des événements, finira par avoir un arrière-goût hilarant de vaudeville méditerranéen.

Mention spéciale à la jeune Elya Inbar, formidable Libby, et à Gur Bentwich, qui se révèle un comédien d’exception dans le rôle de son père.

"Off White Lies" de Maya Kenig est vraiment un joli film qui en dit beaucoup sans en avoir l’air.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=