Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La fille publique
Cheyenne Carron  (juin 2013) 

Réalisé par Cheyenne Carron. France. Drame. 2h12 (Sortie 12 juin 2013). Avec Doria Achour, Anne Lambert, Joël Ravon, Ulysse Pillon, Almaz Papatakis et Tristan Gendreau.

Dans un monde qui serait meilleur, le film de Cheyenne Carron aurait eu, il y a une semaine, les honneurs d’une Palme d’Or à Cannes et Doria Achour aurait obtenu le Prix d’interprétation féminine.

Mais, et la sortie en catimini de "La fille publique" en est une nouvelle fois la preuve, on ne vit pas dans une époque où l’on récompense les films qui racontent une simple et belle histoire, qui préfèrent les grandes émotions au trafic de sentiments et qui s’attachent à de vrais personnages qui ne font pas semblant.

"Ce film est mon histoire" ne cesse de proclamer à chaque plan cette fille "publique", passée par la DDASS et sauvée par l’amour de tous les membres de la famille Carron.

Dès les premières images, la cause est entendue : Cheyenne Carron fait partie de ces très rares cinéastes qui ne seront jamais dans la fabrication. Ces enfants qu’elle filme dans une cour de ferme, elle semble les saisir naturellement, comme si la scène n’avait pas été répétée, comme s’il n’y avait pas un cadre, une équipe technique.

Pendant tout son film, Cheyenne Carron épatera par cette capacité à ne pas faire sentir sa caméra. On la comparera peut-être à Pialat, mais ce sera un contresens : jamais, elle ne cherche à filmer plus que de raison, à sacraliser l’acte de filmer par une tension propre à révéler une vérité qui jaillirait au-delà du jeu de ses acteurs.

Les mots qu’elle met en bouche à ces personnages sont simples, mais ils ne visent pas à faire simple, à faire "vrai". Cheyenne n’est pas dans le naturalisme : elle est naturellement dans le naturel.

Ce qu’elle sait faire, c’est mettre chacun en situation, que ce soit les membres de la famille Carron, les copines de Cheyenne ou les gens qui croisent simplement sa route. Jamais en deux heures, on ne pourra trouver une scène inutile, filmée à la va-vite, dépourvue en soi d’utilité.

Tous les personnages qu’elle décrit restent dans la tête, de la caissière de cinéma peu concernée par le septième art au directeur ambigu du foyer de la DDASS. Cheyenne ne cesse de tracer sa route et sa vie en croquant des silhouettes, en magnifiant les membres de cette famille d’accueil si bien incarnés par Anne Lambert en mère courage et par Joël Ravon en père cinéphile et compréhensif.

Film d’apprentissage, autobiographie sans complaisance d’une jeune fille sauvage prête à tout pour porter le nom qu’elle veut porter, "La fille publique" sait émouvoir sans trucage.

Ce n’est pas un hasard si c’est en trouvant dans une vidéothèque le film de John Ford qu’elle troque son prénom d’origine "Yasmeen" pour celui de "Cheyenne".

Hymne au cinéma et à l’envie d’en faire, hymne à ceux qui ont su lui donner de l’amour et lui transmettre le secret pour en donner à son tour, le film de Cheyenne Carron rendra heureux ceux qui n’ont pas peur de pleurer devant un écran.

Depuis "Nino" de Thomas Bardinet, le cinéma français n’avait pas proposé un film aussi viscéralement hors des sentiers battus. "La fille publique" de Cheyenne Carron est un film qu’on ne pourra pas oublier et qui, dès mercredi, va commencer à creuser un sillon fécond.

Longue vie à ce film plein de vie !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=