Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Oncle de Brooklyn
Daniele Cipri et Franco Maresco     (juillet 2013) 

Réalisé par Daniele Cipri et Franco Maresco. Itale. Drame. 1h38 (Sortie 3 juillet 2013). Avec Salvatore Gattuso, Pippo Augusta et Salvatore Schiera.

Un homme effaré au physique antique fait face à la caméra et ôte son œil gauche, un autre, en pleine campagne, besogne un âne pendant que le paysan propriétaire de l’animal détourne le regard, attendant la fin de l’exercice pour recevoir le prix de la passe.

C’est ainsi que commence cette promenade aux alentours de Palerme et de ses grands ensembles.

Dans un noir et blanc qui tient des premiers Pasolini, on retrouve l’ambiance étonnante que l’on avait aimée au début de l’année quand était sorti le dernier film de Daniele Cipri, "Mon père va me tuer". On y découvre le même plaisir à filmer des personnages aux trognes expressives et de les saisir autour d’un repas pas très ragoûtant dans des HLM tristes.

"L’Oncle de Brooklyn" a des relents felliniens, voire fellino-pasoliniens, mais le grotesque et le mauvais goût - avec flatulences et rototos à tous les étages - y remplacent abondamment la démesure poétique et les outrances artistiques de Fellini.

À l’occasion de "Mon père va me tuer", on avait comparé le cinéma de Daniele Cipri et celui, hors norme, du Suédois Roy Andersson. L’analogie se précise avec cet "Oncle" et sa propension à faire surgir de l’absurde dans le dérisoire, à montrer des petits personnages perdus nus ou en slip au milieu d’une route vide ou marchant dans un terrain vague encadrés d’immeubles indifféremment en construction ou à l’abandon.

Pas beaucoup de dialogues, des scènes qui se répètent ou se contredisent, filmées en accéléré ou presque au ralenti, rien n’est acquis dans cet empilement de saynètes où l’on ne sait jamais s’il faut rire ou pleurer, se moquer ou compatir. On y verra des cortèges funèbres qui se croisent, celui des pauvres devant laisser la priorité à celui des riches mafieux.

Quelques séquences après, un homme en slip fera face à la caméra, s’en approchera et se mettra à compter les spectateurs censés être dans la salle…pour finir par cracher dans leur direction quand il s’apercevra que l’un d’eux quitte son fauteuil.

On y verra aussi un nain, non pas voleur d’une bicyclette, mais d’un vélo de courses. On y suivra un homme en blanc sortant de son cercueil suivant d’autres hommes blancs qui l’ont précédé pour rejoindre les verts pâturages dont l’horizon est peut-être paradisiaque. Des chiens surgiront de partout et de nulle part, un peu comme cet Oncle de Brooklyn dont on ne saura rien puisque son court récit sera opportunément couvert par des bruits de pets…

Fourbi baroque et surréaliste, rempli d’allusions chrétiennes et d’évocations païennes, "L’Oncle de Brooklyn" de Daniele Cipri et Franco Marescose savoure et se picore comme une grande salade d’été qui contient du sucré et du salé, du sacré et du sali. Un soi-disant producteur vient le conclure en s’y reprenant à plusieurs fois pour bafouiller que ce "film avait pour but d’en finir avec les lieux communs liées à cette ville".

On ne peut pas affirmer que l’entreprise sera suffisante pour donner une autre image de la Sicile. Ce qui est sûr, c’est qu’on sera gâté question "autres images" dans ce méli-mélo de subversion carabinée et d’humour noir vraiment noir où la mort tisse sa toile sur la toile en faisant croire que rien n’est sérieux…Et si c’était vrai ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=