Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ini Avan, celui qui revient
Asoka Handagama  juillet 2013

Réalisé par Asoka Handagama. Shri Lanka. Drame. 1h44. (Sortie 10 juillet 2013). Avec Dharsen Dharmaraj, Subashini Balasubramaniyam et Niranjani Shanmugaraja.

Du cinéma de Sri Lanka, on ne connaît pas grand-chose, sauf le nom de Lester James Peries, considéré comme "le Satyajit Ray de Ceylan", et qui valait largement son contemporain indien.

En sait-on plus sur un pays qui s'appelait jadis Ceylan et qui, depuis 1972, a pris le nom de Sri Lanka ? Un nom féminin que tout le monde s'obstine à croire masculin.

En lisant ces lignes, on aura au moins appris quelque chose : "le Sri-Lanka" est une hérésie, comme si on disait "La Togo" ou « Le Suède"...


On apprendra aussi que "la guerre est finie", cette guerre ethnique meurtrière dont on entendait parfois parler parce que les combattants tamouls portaient le nom évocateur de "Tigres" et que, quelquefois, dans une capitale occidentale des exilés tamouls et cinghalais s'entretuaient.

Cette guerre, partout présente dans les silences et les non-dits du film d'Asoka Handagama, aura fait au moins 100 000 morts et se sera achevée par la victoire (provisoire?) des forces gouvernementales sur les séparatistes tamouls.

Dans "Ini Avan, celui qui revient", l'action se déroule dans la province de Jaffna, une région habitée majoritairement par les Tamouls et qui fut longtemps contrôlée par les Tigres.

C'est justement l'un d'entre eux, celui qui n'a pas de nom et que l'on appelle "Ini Avan", c'est-à-dire "lui", qui rentre au pays après avoir purgé une peine de deux ans de prison où il a été « rééduqué ».

C'est un homme au physique puissant, le visage dur, déterminé, avec une expression de colère rentrée, qui fait face à la caméra. C'est un vaincu mais un homme droit, sûr de son bon droit, que l'on sent pétri d'intransigeance, que l'on imagine capable d'actes impitoyables.

Le revoilà donc parmi les gens qui lui obéissaient du temps où il était un Tigre. Les lâches le craignaient, aujourd'hui ils osent lui exprimer leur dédain, leurs rancoeurs.

Sans doute issu d'une grande famille, il a quelque chose d'un aristocrate altier. Il dégage une noblesse qui rend encore plus méprisables le comportement de ceux qui ont accepté la défaite.

Asoka Handagama, qui signe avec « Ini Avan » son septième film, appartient à la majorité cinghalaise, mais il prend le parti des vaincus, tourne dans leur langue ce film qui, dans sa seconde partie, devient un thriller montrant l'emprise des mafieux dans un pays à la fois en pleine reconstruction et en pleine déliquescence social et politique.

Le héros découvre peu à peu les trafics, les injustices qui gangrènent son pays vaincu aux mains des profiteurs, parmi lesquels il retrouvera des anciens compagnons de lutte ayant perdu leurs idéaux. Asoka Handagama fournit bien des renseignements sur la vie des sri-lankais, sur l'extrême pauvreté de certains et sur l'enrichissement sans scrupules d'autres.

Il dessine de beaux portraits de ceux qui restent en colère, comme le héros ou cette femme mère-courage qui cherche à sauver sa famille de la misère quand son mari vigile perd son travail.

Son message est clair : cet après-guerre n'est peut-être qu'un trompe l'oeil, une pause, l'amorce d'une "avant-guerre" qui conduira à de nouveaux affrontements.

Ce film maîtrisé, pétri de qualités esthétiques, est une prise de parole politique qui énonce clairement qu'il faut très vite passer de la paix subie à la réconciliation.

Avec "Ini Avan, celui qui revient" d'Asoka Handagama, le cinéma retrouve sa vocation d'alerte et de témoignage qu'il a souvent perdu. Évitant les pièges didactiques de certains films dits du "Tiers Monde", c'est aussi un excellent spectacle qu'on peut regarder sans trop se soucier de son lourd contexte.

On peut donc raisonnablement affirmer qu'Asoka Handagama est un auteur moderne et efficace dont il faudra désormais surveiller l'oeuvre.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=