Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ini Avan, celui qui revient
Asoka Handagama  juillet 2013

Réalisé par Asoka Handagama. Shri Lanka. Drame. 1h44. (Sortie 10 juillet 2013). Avec Dharsen Dharmaraj, Subashini Balasubramaniyam et Niranjani Shanmugaraja.

Du cinéma de Sri Lanka, on ne connaît pas grand-chose, sauf le nom de Lester James Peries, considéré comme "le Satyajit Ray de Ceylan", et qui valait largement son contemporain indien.

En sait-on plus sur un pays qui s'appelait jadis Ceylan et qui, depuis 1972, a pris le nom de Sri Lanka ? Un nom féminin que tout le monde s'obstine à croire masculin.

En lisant ces lignes, on aura au moins appris quelque chose : "le Sri-Lanka" est une hérésie, comme si on disait "La Togo" ou « Le Suède"...


On apprendra aussi que "la guerre est finie", cette guerre ethnique meurtrière dont on entendait parfois parler parce que les combattants tamouls portaient le nom évocateur de "Tigres" et que, quelquefois, dans une capitale occidentale des exilés tamouls et cinghalais s'entretuaient.

Cette guerre, partout présente dans les silences et les non-dits du film d'Asoka Handagama, aura fait au moins 100 000 morts et se sera achevée par la victoire (provisoire?) des forces gouvernementales sur les séparatistes tamouls.

Dans "Ini Avan, celui qui revient", l'action se déroule dans la province de Jaffna, une région habitée majoritairement par les Tamouls et qui fut longtemps contrôlée par les Tigres.

C'est justement l'un d'entre eux, celui qui n'a pas de nom et que l'on appelle "Ini Avan", c'est-à-dire "lui", qui rentre au pays après avoir purgé une peine de deux ans de prison où il a été « rééduqué ».

C'est un homme au physique puissant, le visage dur, déterminé, avec une expression de colère rentrée, qui fait face à la caméra. C'est un vaincu mais un homme droit, sûr de son bon droit, que l'on sent pétri d'intransigeance, que l'on imagine capable d'actes impitoyables.

Le revoilà donc parmi les gens qui lui obéissaient du temps où il était un Tigre. Les lâches le craignaient, aujourd'hui ils osent lui exprimer leur dédain, leurs rancoeurs.

Sans doute issu d'une grande famille, il a quelque chose d'un aristocrate altier. Il dégage une noblesse qui rend encore plus méprisables le comportement de ceux qui ont accepté la défaite.

Asoka Handagama, qui signe avec « Ini Avan » son septième film, appartient à la majorité cinghalaise, mais il prend le parti des vaincus, tourne dans leur langue ce film qui, dans sa seconde partie, devient un thriller montrant l'emprise des mafieux dans un pays à la fois en pleine reconstruction et en pleine déliquescence social et politique.

Le héros découvre peu à peu les trafics, les injustices qui gangrènent son pays vaincu aux mains des profiteurs, parmi lesquels il retrouvera des anciens compagnons de lutte ayant perdu leurs idéaux. Asoka Handagama fournit bien des renseignements sur la vie des sri-lankais, sur l'extrême pauvreté de certains et sur l'enrichissement sans scrupules d'autres.

Il dessine de beaux portraits de ceux qui restent en colère, comme le héros ou cette femme mère-courage qui cherche à sauver sa famille de la misère quand son mari vigile perd son travail.

Son message est clair : cet après-guerre n'est peut-être qu'un trompe l'oeil, une pause, l'amorce d'une "avant-guerre" qui conduira à de nouveaux affrontements.

Ce film maîtrisé, pétri de qualités esthétiques, est une prise de parole politique qui énonce clairement qu'il faut très vite passer de la paix subie à la réconciliation.

Avec "Ini Avan, celui qui revient" d'Asoka Handagama, le cinéma retrouve sa vocation d'alerte et de témoignage qu'il a souvent perdu. Évitant les pièges didactiques de certains films dits du "Tiers Monde", c'est aussi un excellent spectacle qu'on peut regarder sans trop se soucier de son lourd contexte.

On peut donc raisonnablement affirmer qu'Asoka Handagama est un auteur moderne et efficace dont il faudra désormais surveiller l'oeuvre.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=