Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les cartographies - Les Vikings et les satellites
Maison des Métallos  (Paris)  juillet 2013

Petite conférence théâtrale écrite et interprétée par Frédéric Ferrer.

Agrégé de géographie et comédien, auteur et metteur en scène fondateur de la Compagnie Vertical Détour plus spécifiquement dédiée au développement des transversalités entre arts de la scène et connaissances scientifiques, Frédéric Ferrer a écrit des petites conférences théâtrales, aussi doctes qu'humoristiques, pour tenter d'appréhender le monde d'aujourd'hui à partir de données scientifiques établies et de faits avérés passés à la moulinette tant de l'analyse critique que du bon sens.

Cette entreprise hardie et passionnante, destinée à l'élaboration d'un "Atlas de l'anthropocène", cette nouvelle ère géologique, initiée par la révolution industrielle, singulière et unique depuis l'origine du monde, caractérisée par l'action de l'homme devenue une véritable force géophysique agissant sur l'être et le devenir de la planète, se matérialise par une suite de cartographies, riches en métaphores, qui constituent autant pistes de réflexion sur la thématique abordée que sur l'état du monde.

Sur scène, tel un faux Candide doublé d'un "savant" tournesolien et d'un détective amateur actionnant ses petites cellules grises pour découvrir la face cachée de la réalité, Frédéric Ferrer délivre donc des conférences-spectacles ressortissant au genre performatif oral et à l'art de la rhétorique sur la déconstruction du discours fondé, notamment, sur la sacralisation de l'objectivité scientifique.

A ce jour, quatre cartographies sont déjà opérationnelles dans lesquelles s'hybrident, avec bonheur, la passion du savoir et du comprendre, la vulgarisation scientifique avec cette empathie qui n'est pas sans évoquer celle du feu physicien Pierre-Gilles de Gennes, même si ce n'est pas son but préférant participer à l'affûtage des consciences, l'humour désopilant à la manière de l'artiste-performer belge Eric Duyckaerts et l'absurde, tel qu'il découle d'un rationalité logique valéryenne mal tempérée.

Le deuxième opus intitulé "Les Vikings et les satellites" en forme de "petite conférence sur l’importance de la glace dans la compréhension du monde" propose au spectateur de résoudre par l'absurde une équation à plusieurs inconnues à savoir quel est le rapport entre le réchauffement climatique, l'épopée du viking Erik le Rouge, la couleur du Groenland et la technique inuite de la pêche au phoque.

Et bien, Erik le Rouge est le fondateur de colonies sur le territoire qu'il baptisa Groendland, signifiant terre verte en danois, qui se trouve, dix siècles après, au coeur du débat sur le réchauffement climatique qui serait dû à l'action humaine, les fameuses émissions de dioxine de carbone, et notamment de la bataille rangée entre les réchauffistes et les climato-sceptiques.

Car la question est cruciale : le nom de "terre verte" implique-t-il qu'au 10ème siècle le climat était plus clément que cette partie du monde et qu'ensuite serait intervenu au 15ème siècle un refroidissement expliquant la disparition des Vikings étant posé en postulat que l'activité de ces derniers ne contribuaient pas à l'effet de serre.

Avec la sagacité du spécialiste es-raisonnement logique, Frédéric Ferrer prend son bâton de pélerin pour suivre toutes les pistes possibles. Alors ? terre verte, blanche, blanche et verte ou impasse ?

La preuve par la glace, la quête de l'os de chien, la piste du phoque et l'échappée ontologique du conférencier constituent autant de moments loufoques qui amènent à remettre certains scientifiques à leur place.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=