Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Jeudi
Jamiroquai - Alt-J - Wax Taylor - Boys Noize - Major Laser - Gary Clark Jr - Joey Bada$$ - Skaters - La Femme - Juveniles - Parquet Courts - Chapelier Fou - Mesparrow  (Presqu'île de Malsaucy, Territoire de Belfort)  jeudi 4 juillet 2013

Pour la troisième année consécutive, nous foulons le sol sacré, et désormais quelque peu familier, de la presqu'île du Malsaucy. Pour cette 25ème édition des Eurockéennes, notre cœur bat déjà, même s'il est évident que le festival, exceptionnellement sur quatre jours, ressemblera cette année à une sorte d'hyper-marathon pour endurants passionnés. La programmation, plus qu'alléchante, réservera quelques bonnes (et quelques mauvaises) surprises, outre un bilan quantitatif vertigineux - 127 000 spectateurs, nous dit-on.

Les Eurockéennes, que d'aucun voit comme un festival sans âme bon à engranger des entrées et à déclencher sans vergogne, comme une punition des Dieux, des alertes orange made in Météo France, et en dépit de ces quatre jours passés à fouler d'un pied meurtri une poussière étouffante et à jouer des coudes avec les photographes venus tous azimuts de tous les coins de la France pour animer de leurs articulets imagés la presse nationale et locale, restent mon festival de cœur.

Jeudi 4 Juillet : la fleur au fusil.

Les premières heures d'un festival, qui plus est s'il commence en pleine semaine, ressemblent toujours à un faux départ, sans ambiance, sans repère, sans réelle atmosphère. C'est ici qu'il faut donc remercier Mesparrow qui a su, en quelques minutes, bercer le Malsaucy de son univers propre et apaisant. Il est vrai que j'avais déjà sur elle un excellent a priori, à l'écoute de son album Keep This Moment Alive, a priori que son set est, très rapidement, venu confirmer. Sans peur et sans reproche, la brune Tourangelle a su, avec douceur et fermeté, imposer une voix dont la maîtrise impressionne. Un sourire permanent et resplendissant aux lèvres, Mesparrow est un petit joyau d'ingéniosité, qui joue avec brio de sa pédale de boucle et de son clavier... Voici donc un bijou sobre et bien mené, dont on souhaite la franche réussite : il me semble qu'on ne pouvait pas mieux ouvrir le festival.

On nous fait littéralement courir pour aller voir Skaters. On passe donc d'une Mesparrow fluette et aérienne à trois gars plutôt grunge noyés dans un punk plutôt (naturellement?) crade. Le revirement musical est tellement violent qu'on apprécie peu la prestation des New-Yorkais, pourtant visiblement inspirés... Le tout est un peu déjà vu, casquette vissée sur le crâne, fringues kakies, on se la joue "no limits" en faisant tomber micro et bières. J'avoue que dans le même style, j'ai déjà vu bien mieux. On passe notre chemin.

Le premier concert sur la Grande scène sera donc dédié au blues. Gary Clark Jr n'est pas un artiste forcément très connu : repéré grâce à un EP intitulé Bright Lights, confirmé avec un album du nom de Blak and Blu, sur scène, Gary Clark Jr ressemble à ces guitaristes virtuoses qui, tellement inspirés par leur son, en oublient presque leur public... Mais la technique est irréprochable, et le set impeccable de technicité et de charisme.

Inutile de dire qu'on attendait Asaf Avidan au tournant. Le succès, énorme, de The Reckoning et de Different Pulses, ne pouvait que nous intriguer quant à la qualité de la prestation scénique du monsieur. La voix, que certains trouvent ou trop aiguë ou trop nasillarde, prend aux tripes quoi qu'il arrive – et bien plus encore en live semble-t-il. L'homme arrive souriant et décontracté, emprunte, dès le deuxième morceau, un chapeau à un membre du public, se le colle sur la tête et continue sa prestation comme si de rien n'était. Soyons clair : on reste, malgré le côté "star system", tout à fait bouche bée devant la facilité vocale d'Asaf Avidan...

Aime-t-on "M" ? Ce qui est sûr, c'est que le fils Chédid sait, en un seul set, varier les plaisirs, et passer de l'électrique le plus pur à des morceaux résolument plus feutrés. L'ambiance reste étrange - M joue-t-il trop tôt ? - et parfois nostalgique puisqu'on retrouve des morceaux de Qui de nous deux ou encore de Je Dis Aime, comme "Onde sensuelle". Je pense avoir tellement entendu parlé du set de M que rien ne m'étonne, finalement, et que je trouve le tout même un peu mou. On regrette presque, à un moment donné, de n'avoir pas opté pour Alt-J sur la Plage qui, paraît-il, à fait des merveilles...

Le choix se corse peu à peu : on décide d'esquiver Wax Taylor, vu deux fois en un peu moins d'un mois, on s'affranchit du Chapelier Fou (dont on aurait forcément fait l'éloge), et l'on choisit donc... du rap, avec Joey Bada$$. La surprise, figurez-vous, est fort agréable. Les minots ont une belle énergie à revendre sur scène, et me font immédiatement penser, version miniature, à de grands groupes de rap version East Coast – Rakim et Q-Tip notamment. Contre toute attente, il s'agit donc pour moi de la découverte de la soirée.

D'un seul coup, la tension monte. Dans quelques minutes, LA vedette de la soirée fera son entrée. Les mains sont moites, et l'APN tremble. Que tous ceux qui pensent que Jamiroquai a "mal" vieilli aillent au diable. Comme les stars de cinéma, Jay Kay n'a pas pris une ride, ou presque – car le charisme conserve, sans nul doute. Les déhanchés sur fond de funk et d'acid jazz, la voix, la veste en daim à franges : le set est époustouflant et à la hauteur des attentes. Un reproche cependant : hormis un petit problème de guitare sur "Cosmic Girl", qui rappelle quand même que Jamiroquai n'est pas Dieu sur Terre, tout est très et trop bien rôdé, lisse, propre, millimétré. Ce sera, d'ailleurs, le lendemain, le fond du débat : Jamiroquai, en effet, en divise plus d'un – le premier cherchera à redorer le blason de la légende un peu poussiéreuse peut-être, le deuxième sapera au contraire son piédestal. Les deux se réconcilieront sur un point : on y était et c'est formidable.

Voir Jamiroquai et... aller dormir. Tant pis pour les Boys Noize montés sur tête de mort.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Rock Dust Light Star de Jamiroquaï
La chronique de l'album An Awesome Wave de Alt-J
Alt-J en concert au Festival La Route du Rock #22 (vendredi 10 août 2012)
Alt-J en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Vendredi
Alt-J en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Alt-J en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (jeudi 22 août 2013)
Alt-J en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Wax Taylor en concert au Festival Les Trans 2005 (Samedi)
Wax Taylor en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
Wax Taylor en concert au Festival Art Rock #30 (édition 2013)
Boys Noize parmi une sélection de singles (janvier 2012)
Boys Noize en concert au Festival Marsatac #17 (édition 2015)
Boys Noize en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Boys Noize en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - vendredi 7 juillet
##Joey Bada$$## La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
La chronique de l'album Psycho Tropical Berlin de La Femme
La chronique de l'album Mystère de La Femme
La Femme en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
La Femme en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (vendredi 24 août 2012)
La Femme en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
La Femme en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Samedi 15 septembre
La Femme en concert au Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - mercredi 10 avril
La Femme en concert au Festival Art Rock 2013 - vendredi, samedi et dimanche
La Femme en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
La Femme en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)
La Femme en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
La Femme en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)
La Femme en concert au Festival Rock en Seine 2016 - samedi 27 août
La Femme en concert à l'Espace Médoquine (jeudi 19 janvier 2017)
Juveniles en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Juveniles en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Juveniles en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
Juveniles en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Juveniles en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2013 - vendredi
La chronique de l'album Light Up Gold de Parquet Courts
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
La chronique de l'album Wide Awake! de Parquet Courts
Articles : Playlist des 30 sons Froggy's Delight - Idles - Shame - The Last Detail - Gruff Rhys - Soft Moon - Father John Misty
Parquet Courts en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Parquet Courts en concert au Grand Mix (jeudi 13 novembre 2014)
Parquet Courts en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
Parquet Courts en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Parquet Courts en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Dimanche 8 juillet
La chronique de l'album eponyme de Chapelier Fou
La chronique de l'album Scandale ! EP de Chapelier Fou
La chronique de l'album 613 de Chapelier Fou
Chapelier Fou parmi une sélection de singles (mai 2011)
La chronique de l'album Invisible de Chapelier Fou
La chronique de l'album Deltas de Chapelier Fou
La chronique de l'album Fuses EP de Chapelier Fou
La chronique de l'album Kalia de Chapelier Fou
La chronique de l'album ! de Chapelier Fou
Chapelier Fou en concert au Fil (26 septembre 2009)
Chapelier Fou en concert au Bataclan (vendredi 12 mars 2010)
Chapelier Fou en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (vendredi 16)
Chapelier Fou en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)
L'interview de Chapelier Fou (16 avril 2010)
L'interview de Chapelier Fou (avril 2012)
La chronique de l'album Jungle contemporaine de Mesparrow
Mesparrow en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #16 (25, 26 et 27 mars 2013)
Mesparrow en concert au Fil (vendredi 12 avril 2013)


En savoir plus :
Le site officiel du festival des Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Sophie Hébert (retrouvez toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Scène Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=