Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hiroshima, mon amour
Alain Resnais    (juillet 2013) 

Réalisé par Alain Resnais. France/Japon. Drame. 1h32. (Sortie version restaurée 17 juillet 2013 - 1ère sortie 1959). Avec Emmanuelle Riva, Eiji Okada, Stella Dassas, Pierre Barbaud et Bernard Fresson.

- Tu n’as rien vu à Hiroshima… Rien…

- J’ai tout vu, tout !

La voix d’Emmanuelle Riva qui répond à celle d’Eiji Okada, comme les mains de l’un sur la chair de l’autre, c’est ainsi que commence l’un des films les plus marquants de la "Nouvelle Vague".

Mais Alain Resnais et son cinéma d’images et de sons explorant en deux âmes et deux corps l’ère des tragédies modernes appartiennent-ils vraiment au même espace-temps cinématographique que Godard ou Truffaut ?

Voir ou revoir "Hiroshima, mon amour" premier long-métrage d’Alain Resnais c’est se plonger dans un moment disparu depuis bien longtemps, celui où l’on pouvait encore croire que le cinéma pouvait changer peu ou prou le monde, pouvait, grâce aux mots de Marguerite Duras associés aux belles images de Sacha Vierny, être un art à part entière… Un art majeur qu’on voyait ici en train de se hisser au niveau de la grande littérature.

Quinze ans à peine après la vitrification atomique d’Hiroshima, Emmanuelle Riva regarde son amant japonais et resurgit en elle le temps d’un autre amant, d’un autre corps, d’une autre tragédie…

La force scandaleuse du récit de Marguerite Duras, c’est de lier l’Histoire au destin d’une femme qui, à vingt ans, a aimé "follement" envers et contre l’Histoire.

Dans un somptueux noir et blanc qui contraste avec les photos hideuses des victimes de la bombe américaine, Resnais donne une leçon d’humanisme. Les colombes s’envolent, les peaux martyrisées des survivants traversent fugacement quelques plans et se tissent entre les deux amants de circonstance, les deux amants d’après la catastrophe, plus que de la connivence. Il faut aller au bout du monde, loin de Nevers, pour que quelqu’un enfin vous comprenne…

Tout l’art de Resnais se lit dans le champ contrechamp d’un chat noir et du visage d’Emmanuel Riva les cheveux à ras de presque tondue… Tout le malheur du monde s’est ainsi abattu sur cette jeune fille retenue dans la cave de ses parents pour expier tout l’amour de son premier amour, celui qu’elle a donné sans réserve à un jeune soldat allemand.

Ce cinéma littéraire est pétri par l’émotion qui déborde du récit d’Emmanuelle Riva. On mesure ici quelle comédienne prodigieuse elle fût et est encore et combien elle était faite pour donner vie aux mots de Duras.

"Quatorze ans que je n’avais pas retrouvé le goût d’un amour impossible" dit-elle en se regardant dans une glace. Petite fille déboussolée dans les rues d’Hiroshima marchant avec son amant japonais, désormais seul dépositaire de son premier amour secret, elle revoit les rues de Nevers, ville qu’elle avait oubliée…

"Hiroshima, mon amour" d’Alain Resnais est un film qui n’a rien perdu de son évidence mystérieuse.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=