Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi
Lisa Leblanc - La Yegros - Mélissa Laveaux - Raphael Gualazzi - Keziah Jones - Breakbot - Agoria  (Hötel de Ville, Paris)  du 18 au 21 juillet 2013

La première à entrer sur la scène du Fnac Live 2013 en cette chaude journée de vendredi est Lisa Leblanc. L'acadienne, devenue un véritable phénomène au Nouveau Brunswick et au Québec, a l'habitude des grandes scènes de l'autre côté de l'Atlantique. Alors qui retrouve-t-on dans les premiers rangs, devant la scène ? D'abord nos cousins d'Amérique.

Qu'elle soit au banjo, à la guitare sèche, ou à la guitare électrique, Lisa Leblanc, accompagnée de ses deux musiciens, balance des chansons de son album, sorti en début d'année, et que le public connaît bien. Certes, il y a quelques petits problèmes de son de façade sur le premier titre, "Cerveau ramolli", mais les spectateurs des premiers rangs reprennent "Y Fait Chaud" ou "Chanson d'une Rouspéteuse", et bien entendu "Ma Vie C'est d'la Marde" avec enthousiasme. Pour qui a déjà vu Lisa Leblanc en concert, il n'y a pas de surprise dans ce set mais on ne boude pas son plaisir de la revoir, mais pour ceux qui découvrent, c'est une bonne décharge d'énergie et de bonne humeur pour débuter la soirée.

Arrive ensuite sur le plateau installé devant la Mairie, un groupe brésilien de Buenos Aires, emmené par Mariana Yegros (prononcez "Chegross", déguisés comme des Naïve New Beaters jaune fluo.

Les chansons en Espagnol sont construites autour des percus et de quelques samples. Le musicien qui jouait de l'accordéon sur le premier morceau lâche son piano à bretelles pour saisir une flûte traversière. Et on le voit bondir derrière la chanteuse. On pense à un Smoke City mâtiné de rap, mais l'ensemble à du mal à prendre. L'énergie qui circule dans le groupe ne s'étend pas jusqu'à la barrière qui sépare les musiciens du public, qui d'ailleurs ne répond pas très fort. C'était une musique agréable pour que les spectateurs venus s'asseoir par terre sur l'esplanade de la Mairie de Paris et partager des verres, s'en servent un nouveau et ne prennent pas la peine de se lever.

Mélissa Laveaux arrive devant un public qui commence à se densifier, habillée de noir avec un fichu de couleur sur la tête. La musique de la canadienne est un mélange qui va piocher dans le blues et le folk, qu'elle agrémente d'une touche de reggae et de musique haïtienne. Les premiers rangs répondent aux chansons de la parisienne d'adoption, mais comme pour La Yegros auparavant, le public se révèle difficile à chauffer. A moins qu'il ne soit déjà trop cuit.

Raphael Gualazzi, crooner italien entre Paolo Conte et Sinatra, vient de sortir son troisième album sur le label de jazz Blue Note. Il entre et s'installe au piano, mais est accompagné par trois choristes, une contrebasse, des cuivres et une batterie. Le public peut se régaler de petites chansons à la Michael Bublé, des airs qui entendus pour la première fois semblent pourtant déjà connus. Les choristes ou les trois cuivres se lancent dans de petites chorégraphies. Le crooner pop est généreux, et on peut dire qu'il mouille la chemise. Les applaudissements, même si un peu timides, retentissent jusque dans les derniers rangs. A côté de moi, trois italiennes parlent beaucoup entre elles durant le concert, pour exprimer leur soutien à leur compatriote. Encore un concert sympa en début de soirée pour l'apéritif. On entend d'ailleurs de plus en plus de bouteilles de verre s'entrechoquer.

Keziah Jones arbore en ce chaud soir d'été un simple t-shirt noir, une sobriété qu'on ne connaissait pas au bluesman nigérian. La Place de la Résistance est désormais blindée. Keziah Jones vient pour la première fois tester les nouveaux morceaux de l'album qu'il finalise actuellement en studio en compagnie de Russel Elevado.

Il sourit, se donne, est visiblement content de retrouver la scène. Il offre un énorme concert, technique mais rythmé. Comme d'habitude avec Keziah Jones, le concert tourne trop souvent à l'exhibition technique mais les inconditionnels adorent ça. En fin de concert, il descendra devant la foule pour serrer des mains, se faire prendre en photo avec des fans.

Changement de style avec Breakbot en live qui transforme la place en énorme dancefloor à ciel ouvert.

Le son qui sort des enceintes est puissant, mais musicalement, le DJ d'Ed Banger reprend tous les plans éculés de ruptures de rythmes, douceur de chants d'enfants avant de rebalancer du boum boum.

Pas grand-chose à se mettre sous la dent musicalement, avec un show qui se rapproche de la mauvaise descente à Pataya. Et comme le décor en forme de bouche rouge a dû être piqué à DJ Raymond de Montbéliard qui l'avait bricolé dans son garage, on ne s'éclate pas non plus sur le visuel. Par contre, le public réagit.

Lorsque le chanteur Irfane, à qui on conseillerait d'aller acheter des costards chez Célio tellement sa garde-robe tend à désirer, entonne "Baby I'm Yours", le public devient fou. Mais les videurs du Tropicana Club, du Fuckin' Blue Boy ou du VIP Discotheque n'étaient pas là dans un événement à ciel ouvert. Toutes les bouteilles de verre ramenées pour l'apéro, tombent, roulent, se cassent. C'est le moment où il vaut mieux porter des chaussures fermées plutôt que des tongs.

C'est ensuite Sébastien Devaud, aka Agoria, qui vient balancer à son tour du boom boom estampillé Detroit 1988 / 1989 pour présenter son projet Forms qu'il annonce sans humilité comme un projet complet entre DJ-ing et VJ-ing. Le public est en transe, je m'éloigne de ce qui est devenu un énorme foutoir non-maîtrisé où les clopes allumées sont, par jeu, lancées en l'air.

Le parvis de l'Hôtel de Ville est devenu un immense stage pour yogis shivaïtes qui s'ignorent. Comment apprécier quoi que ce soit alors qu'on marche sur une mer de tessons de bouteilles? Cette soirée se termine non pas sur un souvenir musical, mais sur l'image d'une jeune femme retirant des morceaux de verre de ses pieds avant de rentrer dans le métro, et derrière elle la place de l'Hôtel de Ville de Paris devenue une énorme décharge.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Festival Fnac Live en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi
Festival Fnac Live en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Festival Fnac Live en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
Festival Fnac Live en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)
Festival Fnac Live en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - mercredi 20 juillet
Festival Fnac Live en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - jeudi 21 juillet
Festival Fnac Live en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - vendredi 22 juillet
Festival Fnac Live en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - samedi 23 juillet
Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2011 (43ème édition) - samedi 17 septembre
Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - vendredi 13 septembr
Lisa Leblanc en concert au Bataclan (mardi 15 avril 2014)
L'interview de Lisa Leblanc (mardi 26 février 2013)
La chronique de l'album Dying is a wild night de Mélissa Laveaux
La chronique de l'album Nigerian Wood de Keziah Jones
Keziah Jones en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Keziah Jones en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Keziah Jones en concert au Fil (29 janvier 2009)
Keziah Jones en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Breakbot en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Breakbot en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
Breakbot en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Breakbot en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - Vendredi 1er
Agoria parmi une sélection de singles (octobre 2006)
La chronique de l'album Go Fast (Bof) de Agoria

En savoir plus :
Le site officiel du Festival FNAC Live
Le Facebook du Festival FNAC Live

Crédits photos : Diane Hion (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Melissa Laveaux (14 mars 2013)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=