Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Crazy Week !!! #4 (édition 2013) - vendredi
Dallas Frasca - Jil Is Lucky - Rover - Concrete Knives  (Théâtre de Verdure, Nice)  du mardi 16 au samedi 20 juillet 2013

Depuis 2010, le festival Crazy Week oeuvre dans une programmation pop rock et éclectique au succès montant indéniable. Dans cette "semaine folle" de concerts au Théâtre de Verdure à Nice (du mardi 16 au samedi 20 juillet), nous intégrons les lieux pour un troisième volet riche en diversité.

Ce soir, nous aurons tout particulièrement droit à quatre concerts, à l'image de nouveaux talents tels que Dallas Frasca, Jil Is Lucky, Rover et Concrete Knives, de très bons crus autant variés que détonants.

Hormis les deux précédentes soirées affichant sold out avec pas loin de 3200 personnes pour 30 Seconds To Mars ou même Asaf Avidan, ce soir le public s'est fait discret, annonçant ainsi un concert en toute intimité. Qu'à cela ne tienne, ça n'empêchera pas une connexion pleine d'émotions sous le signe des découvertes.

La soirée (ou plutôt une fin de journée très ensoleillée) débuta par le trio Australien Dallas Frasca. C'est donc avec un rock puissant aux sonorités blues impitoyables mais authentiques, que le groupe ouvrira les hostilités.

Composé d'une chanteuse au look punk limite grunge, à la voix éraillée telle que Janis Joplin, d'un guitariste proche des ZZ Top tant dans son jeu que dans sa pilosité et enfin d'un batteur à l'envergure d'un body-builder tout droit sorti de la mythique série "Baywatch", notre combo aussi parfait qu'improbable réussi dès les premiers riffs à occuper tout l'espace sonore.

L'ivresse spontanée de cette musique rend la prestation captivante, autant par une performance visuelle qu'auditive, grâce à un guitariste monté sur ressorts qui transcende la scène par un touché de "gratte" démentiel. Certes, le batteur nous offre aussi un spectacle derrière son physique ravageur (moulé dans son caleçon de bain sexy), se défoulant à en fendre la peau des toms. Tandis que la chanteuse semble comme habitée, voire possédée par toute son énergie (trans)musicale, engageant un chant rauque à la limite du déchirement des cordes vocales. Une énergie communicative et éprouvante avec un set sans temps morts.

Une entrée beaucoup moins fracassante mais plutôt à la cool, c'est néanmoins avec de grands sourires que nous accueille intimement (voire presque à domicile) Jil Bensénior, plus connu sous le nom du groupe Jil Is Lucky, issu d'une union 100% masculine à l'image d'une tendance plutôt actuelle dans la musique comme dans l'attitude.

Sans trop de réelle surprise, cette formation live (ré)instrumentalisée, avec cette légère prédominance folk aux sonorités synthétiques et aux grands c(h)oeurs, fonctionne toutefois assez bien.

Avec une assise plutôt carrée, le show semble (à notre regret) très rodé, perdant ainsi de sa spontanéité.

Assez entraînant sans aucun doute, ça sonne foncièrement bien, mais sans nous ébranler pour autant.

C'est pourtant une chouette version de "The Wanderer" qui nous est interprétée, sous un tempo plus "down", avec des mélodies prenantes qui flottent dans les airs (comme des coquelicots), parvenant même à donner quelques frissons. Un moment agréable et apaisant sans atteindre toutefois d'intenses profondeurs.

Le set de Jil Is Lucky terminé et l'heure étant formelle, notamment avec la ponctualité du festival, nous attendons impatiemment la montée de Rover sur cette scène du Théâtre de Verdure. Premières notes, premiers accords, le ton est donné... D'une carrure qui en impose, tout de noir vêtu à l'image de son attitude sobre, dès son arrivée le charisme se dégageant est un envoûtement quasi immédiat.

Timothée sous le pseudo Rover comme pour rendre hommage aux voitures vintage de son enfance et synonyme du voyage "To Rove" qui scella son identité, est présent aussi bien dans sa musique que pour le public avec quelques mots échangés sous le trait de l'humour.

Rendant cet instant intimiste voire unique, le temps en serait presque suspendu.

La magie opère au fur et à mesure qu'il s'écoule, aussi lentement que le filet d'eau d'une paisible rivière, d'un chant navigant avec la même finesse entre graves et aigües, au lyrisme proche de celui de David Bowie.

Sur "Silver", une émotion s'installe en chacun de nous, "Aqualast" est majestueux par des mélodies berçant nos oreilles, un univers sibyllin s'installe en ces lieux. Rover continue ainsi de nous hanter tout au long de sa prestation aussi féerique qu'émouvante. C'est sous l'insistance de la programmation que Rover laissa flotter derrière lui une atmosphère de quiétude et de béatitude, avec ses deux musiciens improvisant sur l'écume des notes du dernier morceau "Fool of the Grace" qui prendra aux tripes.

Cet ultime marathon démarre instantanément sur les chapeaux de roues, avec une scène investit de ces six jeun's, incontestablement dotés d'une énergie débordante et redoutable, formant les Concrete Knives.

Partageant ainsi leur excitation collective avec un public plutôt réceptif en cette clôture de soirée, malgré déjà trois prédécesseurs qui accaparèrent allègrement la scène, nos six joyeux compères ne se sont pas moins démontés pour autant.

Enchaînant les titres comme des tubes avec aisance et sautant à en perdre la tête dans tous les sens, cette nouvelle vague de fraîcheur réalise un mélange subtilement orchestré.

Entre une "touch" parfois proche de la world music avec des sonorités tantôt africaines tantôt orientales et un son plus indé, power-pop plutôt contemporain, on se laisse emporter dans cette sauterie à la limite de la transcendance.

Preuve en est que l'enthousiasme est réciproque, avec une invitation ouverte au public comme aux techniciens du festival à danser sur scène.

La soirée arrivera alors à son apothéose par une reprise de Ini Kamoze ("Here Comes The Hotstepper") magistralement réarrangée et réappropriée. Chapeau les artistes !

Malgré un public restreint, la sauce a pris avec succès, grâce à des artistes instaurant une ambiance cosy mais privilégiée dont on ne se plaindra pas. Les absents ayant toujours tort, pouvant l'attester ceux présents qui ne sont pas prêts d'oublier ce moment unique où plusieurs styles se sont côtoyés et où danse, sauts, émotions, transe et sueurs étaient au rendez-vous.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dirt Buzz de Dallas Frasca
La chronique de l'album eponyme de Jil is lucky
La chronique de l'album Jil Is Lucky de Jil is lucky
La chronique de l'album Manon de Jil Is Lucky
Jil Is Lucky en concert au Bataclan (26 mars 2009)
Jil Is Lucky en concert au Fil (vendredi 3 décembre 2010)
L'interview de Jil is lucky (2 avril 2009)
Rover parmi une sélection de singles (octobre 2011)
La chronique de l'album eponyme de Rover
La chronique de l'album Let it glow de Rover
Rover en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 17 avril
Rover en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Rover en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Rover en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Rover en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Rover en concert au Fil (vendredi 19 octobre 2012)
Rover en concert à Colisée (7 mars 2013)
Rover en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Rover en concert au Festival Art Rock 2016 - Dimanche 15 mai
Rover en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview de Rover (2 mars 2012)
L'interview de Rover (vendredi 19 juillet 2013)
La chronique de l'album Our Hearts de Concrete Knives
Concrete Knives en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Concrete Knives en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Concrete Knives en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Concrete Knives en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Concrete Knives en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Concrete Knives en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Lundi 9 juillet

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Crazy Week !!!
Le Facebook du Festival Crazy Week !!!

Crédits photos : Sébastien Trivellin (retrouvez toute la série sur son Flickr)


Cherub & Séb.T         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Jil is lucky (2 avril 2009)
Rover (2 mars 2012)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=