Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Travis
Where you stand  (Red Telephone Box / Kobalt Label Services)  août 2013

La nouvelle de la réunion des anciens membres de Travis autour de Frah Heay, le chanteur du groupe, avait de quoi exciter les oreilles des amateurs de jolies mélodies pop, de chansons légères et de musique emprunte de douce mélancolie. Si jadis leurs albums allaient forcément taper dans le haut des charts, c'était aussi parfois au prix de mélodies un peu faciles, sans réelle personnalité comme en attestait le précédent album paru en 2008, Ode to J Smith même si celui-ci s'avérait plus musclé (peut-être justement pour dissimuler un manque d'inspiration) que les précédents. Des chansons comme "Something Anything", "Song to self" ou "J Smith" n'ont pas vraiment marqué les esprits, malgré des ventes encore conséquentes au Royaume-Uni. Le groupe en mal de créativité prend du recul et met alors sa carrière entre parenthèses pendant presque six ans.

Soudain on apprend, l'hiver dernier, que les membres de Travis sont en Norvège, en train d'enregistrer avec "Super Swede" Michael Ilbert. Ce producteur et ingénieur du son a déjà travaillé avec des groupes comme The Hives, The Cardigans, Supergrass ou 22-Pistepirkko pour le meilleur, mais aussi avec P!nk, The Rasmus, Ke$ha, A-ha ou les Backstreet Boys pour des productions plus sujettes à caution. Ensuite les voici en train d'enregistrer aux fameux Studios Hansa de Berlin, où Depeche Mode ou Bowie avaient leurs habitudes. Enfin, la console de mixage utilisée est celle qui a servi pour OK Computer de Radiohead ou l'un des plus gros succès discographiques du groupe "The man who" en 1999. Pas de doute que la production sera léchée.

Pour expliquer leur retour après cinq ans, Travis explique qu'ils avaient besoin de retrouver un appétit créatif, cependant Where you stand ne confirme pas cette belle déclaration. Les onze chansons de l'album semblent toutes coulées dans le même moule en mid-tempo. L'album s'écoute sans déranger, agréable en fond musical, mais ne fait que rarement lever l'oreille. La délicatesse mélodique est bien présente, mais sans magie à la production qui pourrait faire scintiller des morceaux un peu ternes, un peu éteints.

En soi, ce n'est pas une surprise de voir les glaswégiens revenir à ce qu'ils savent faire de bien, des compositions à la langueur monotone des pianos de l'automne, plutôt que des violons. Le single "Where you stand", par la voix de Frah Heay, est immédiatement identifiable comme un titre de Travis. La montée en puissance des instruments est classique, mais c'est dans la structure de l'écriture que le groupe semble avoir mûri, oubliant les expressions toutes faites et les structures en quatre vers comme précédemment, pour préférer parallélismes et anaphores. "Mother", en titre d'ouverture, laisse de larges espaces aux instruments, avec une place prépondérante pour le piano. "Reminder" reste rapidement en tête grâce à son pont musicale siffloté. "A different room" va humblement, par son lyrisme forcé, essayer de chasser sur les terres de Coldplay. "Boxes" joue la carte maîtresse de Travis, la douceur mélancolique. Et l'album de se conclure sur une balade au piano au titre évocateur "The Big Screen".

Après quelques écoutes, Where you stand, bien qu'agréable semble condamné à être rapidement épuisé. Cependant, qui aurait parié à la première écoute de "Sing" ou de "Why does it always rain on me ?" être encore capable de fredonner ces chansons avec plaisir une décennie plus tard ? C'est une des marques de fabrique du groupe que d'être capable d'écrire ce genre de petites dragées au poivre dont la saveur se révèle avec le temps.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Travis Bürki
Articles : Festival en Ü - Concerts et installations de Travis Bürki
Travis en concert à l'Espace Jemmapes (23 novembre 2004)
Travis en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Travis en concert à l'Espace Jemmapes (11 octobre 2006)
Travis en concert à L'Archipel (18 mars 2008)
Travis en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Vendredi
La conférence de presse de Travis (aout 2003)
L'interview de Travis Burki (16 novembre 2005)
L'interview de Charlélie Couture et Travis Bürki (1er décembre 2005)
L'interview de Travis Burki (8 avril 2008)
L'interview de Travis Bürki (mars 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Travis
Le Myspace de Travis
Le Facebook de Travis


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Travis Bürki (8 avril 2008)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=