Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)
H-Burns - Grindi Manberg - Bomba Estereo - Royal Republic - Two Door Cinema Club - Hanni El Khatib - Wu-Tang Clan  (Square Bayard, Charleville-Mézières)  du 22 au 25 août 2013

Aujourd'hui, c'est champagne et petits fours à l'espace VIP, et ce pour une occasion dont on ignorera toujours la cause. Peu importe, car le son prévaut sur la farniente, et l'on s'impatiente : aujourd'hui, le mythe côtoie l'inconnu, le déjà-vu ne demande qu'à être revu et reconnu, et il nous tarde de "shooter" le musicien en action... A ceci près, que la pluie ne semble pas de cet avis.

H-Burns

Car tout commence par une frustration de taille. H-Burns, dont le dossier de presse du Cabaret Vert nous précise qu'il a enregistré avec l'"artisan du son de Nirvana ou des Pixies", nous semble un groupe fondamentalement prometteur. A l'écoute, la pop est douce mais racée, intéressante sous bien des aspects, malgré un scénique réduit à néant. Mais voilà : trois petites gouttes de pluie, un déluge, et c'est la débandade... Le chanteur, au public : "C'est la chanson qui vous fait partir ? Vous détalez... C'est bizarre, vu d'ici". Ici, c'est la scène principale, et on comprend le désarroi du leader dans l'histoire. Qu'il doit être étrange de devoir jouer, mais sans public ou presque. Voici donc la déception du jour : ne pas avoir réussi à apprécier à juste titre, à profiter tranquillement du set de ce groupe plein d'avenir...

Grindi Manberg

On se dit d'emblée que la configuration du groupe (synthé, guitare, batterie) convient assez bien aux codes actuels de la musique à la mode – c'est-à-dire un brin new wave... Mais Grindi Manberg dispense malgré tout une électro pop planante, un peu kitsch, clairement décalée qui intéresse et fait rester. Le tout semble parfois dissonant, le chanteur paraît parfois "ailleurs", il y a un petit côté quelconque dans certains titres, mais tout cela se laisse écouter. Il a déjà été chroniqué par les Inrocks : on s'incline, donc, et on plussoie.

Bomba Estereo

A ce stade de la journée les écoutilles sont à peine échauffées, et le moral baisse. La pluie fait naître sans nul doute un doute réel entre les festivaliers qui se jaugent sans savoir comment va continuer la journée, tandis que les organisateurs jettent des regards inquiets vers un ciel torturé – il n'est que 17h30. Puis arrive Bomba Estereo. S'il y eut un ovni dans la programmation, c'est bien celui-ci. Le groupe est colombien, propose une "électro tropicale" étrange, teintée de rap, qui me donne immédiatement l'impression d'être dans une ambiance "latino" au fin fond d'une boîte de nuit lambda. Si je ne trouve pas cela du tout convaincant – me viendrait même l'envie de faire une mauvaise blague avec un titre de Lévi-Strauss, "Tristes Tropiques", force est de constater que... c'est ce qu'il fallait pour réchauffer les cœurs et redonner vie au Stade Bayard. Une foule réelle se masse et se déhanche, et... parce que l'ironie du soir existe, le soleil, sous les coups de boutoir d'une Liliana Saumet sautillante et motivée, revient...

Royal Republic

Et puisqu'il fallait une claque, une bonne, en voilà une : elle est suédoise, et pourtant, elle brûle. Il paraît que les Royal Républic "marche sur les traces des héros de The Hives". N'ayant jamais vu ces derniers en live, il m'est impossible de confirmer, mais alors... Quel punch. Quelle vie. Quelle envie. Il faut dire que le chanteur, à qui je ferais volontiers une déclaration d'amour si l'occasion m'était donnée, impressionne, grâce à un petit côté Elvis Presley, souriant, aguicheur, et sans complexe. Le rapport au public de ce show man est, bien entendu, excellent et la punk pop à la sauce rock se révèle incontournable. Un superbe, magnifique, inoubliable moment.

Two Door Cinema Club

Déjà plutôt appréciés aux Eurocks lors de leur passage cette année, je ne sais pas bien quoi dire de plus, à vrai dire, hormis que le set est encore plus convaincant que la dernière fois – même si le costard reste le même et le verre de vin blanc semble immuable à Alex Trimble : est-ce l'horaire, le public, la lumière, la setlist ? Les Irlandais n'usurpent pas leur réputation ni leur succès, et leur pop rock a vraiment quelque chose de tout à fait particulier et, de fait, d'appréciable – et "What you know" a beau être un tube en tête des charts, il reste un morceau tout à fait excellent.

Hanni El Khatib

On est bien content de le revoir, Hanni El Khatib. L'an dernier, aux Eurocks toujours, il avait fait mouche musicalement mais avait déçu scéniquement. Nous a-t-il entendus ? Qu'importe. L'homme a pris de la bouteille, a revu son set, l'a considérablement dynamisé : le solo ne se fait plus dos au public au fond de la scène, le regard est plus franc, plus assumé, plus fier aussi. Du coup, son blues rock semble claquer plus, et produit un effet assez fascinant. En somme, Hanni El Khatib a trouvé le bel équilibre scénique qui manquait à sa musique pour que tout soit parfait.

Wu-Tang Clan

On pourra dire : je les ai vus. Les neuf gaillards du Wu-Tang Clan entrent sur scène et on ne sait pas vraiment où donner de la tête. Le hip-hop n'est pas vraiment de mon goût et j'ai beau me dire que j'ai une tripotée de légendes vivantes devant les yeux, j'ai malgré tout du mal à rester jusqu'à la fin. Difficile de ne pas produire un set qui semble brouillon avec autant de MC sur scène, même si je sais que le tout, c'est-à-dire l'essentiel, est ailleurs. Je m'excuse ici humblement auprès des spécialistes et des fanatiques du groupe.

On rentre paisiblement, pendant que le leader des Bloody Beetroots sautille au loin, le corps perdu en l'air entre deux soubresauts de stroboscope. Eux aussi, ils ont l'air ici plus efficace, plus fringant, plus motivé qu'aux Eurocks. Le Cabaret Vert bénéficie aussi de la cela : la fougue ultime de groupes dont la tournée touche à sa fin – et qui le savent. S'il n'y a pas eu de "ratés" à proprement parler lors de cette journée, ce samedi aurait mérité une programmation un tout petit peu plus cohérente...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album How strange it is to be anything at all de H-Burns
H-Burns en concert à L'Européen (31 mars 2008)
H-Burns en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
H-Burns en concert au New Morning (mercredi 2 décembre2009)
Grindi Manberg en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Jeudi 24 août
La chronique de l'album Tourist History de Two Door Cinema Club
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mardi 10)
Two Door Cinema Club en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Two Door Cinema Club en concert à L'Aéronef (jeudi 20 juin 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
La chronique de l'album Will the guns come out de Hanni El Khatib
Hanni El Khatib en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
Hanni El Khatib en concert au Festival La Route du Rock #22 (dimanche 12 août 2012)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Le Cabaret Vert
Le Facebook du Festival Le Cabaret Vert

Crédits photos : Sophie Hébert


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat

Vaccins pour tous avant le retour de la culture pour tous ? On espère pourtant que les lieux de cultures (et les restaurants) réouvriront avant que tout le monde soit vacciné... L'espoir fait vivre. En attendant voici de quoi se faire du bien chez soi avec notre sélection culturelle hedbomadaire. On commence par le replay de la MAG #24

Du côté de la musique :

"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites décourtes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone
et toujours :
"Blue shaman" de Abaji
"Separated" de Bingo Club
"World's most stressed out gardener" de Chad VanGaalen
"Hymnes à l'amour, deuxième chance" de Christophe Monniot & Didier Ithursarry
"A principiu" de L'Alba
"L'ambulancier" de L'Ambulancier à retrouver également en interview
"Heavy grounds" de Liquid Bear
"Live" le mix 17 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Nouveux mondes" de Samuel Strouk
"Love leave traces" de Stéphanie Lemoine
"Tail man was here" de Surnaturel Orchestra

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Bigre, mélo burlesque " de Pierre Guillois, Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier
"Einstein on the beach" de Philip Glass et Robert Wilson
"Les Justes" d'Albert Camus
"Le dépeupleur " de Michel Didym
"Vacances de rêve" d'Olivier Lejeune
"Les Caves" des Frères Taloche"
"Max Bird - L'Encyclo-spectacle"
“Acqua Alta” de Adrien B et Claire M
"Madame Arthur dépousiière Queen"
et un concert "L'Oiseau de feu" d'Igor Stravinski

Expositions :

en virtuel :
"Amour, une histoire des manieres d'aimer" au Louvre-Lens
"Pharaon, Osiris et la Momie" au Musée Granet
L'œil de Huysmans. Manet, Degas, Moreau" au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
"Global(e) Resistance" au Centre Pompidou
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Correspondances (Gérard Garouste - Marc-Alain Ouaknin)" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home en vidéo gratuite :
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"Caramel" de Nadine Labaki
"Syngué Sabour - Pierre de patience" de Atiq Rahimi
"De bruit et de fureur" de Jean-Claude Brisseau
"Le Retour de Martin Guerre" de Daniel Vigne
"L'âme du tigre" de François Yang
"Comme des voleurs (à l'Est) Comme des voleurs de Lionel Baier
en VOD :
"The Last Tree" de Shola Amoo

Lecture avec :

"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth
et toujours :
"Autopsie d'un drame" de Laurent Combalbert
"Histoire antique, histoire ancienne ?" de François Lefèbre
"L'appel du cacatoès noir" de John Danalis
"Lily a des nénés" de Geoff
"Malamute" de Jean-Paul Didierlaurent
"No war" de Anthony Pastor

Du côté des jeux vidéos :

N'hésitez pas à nous suivre sur la TV de Froggy's Delight et profiter des directs et des replays jeux vidéo tout au long de la semaine

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=