Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)
H-Burns - Grindi Manberg - Bomba Estereo - Royal Republic - Two Door Cinema Club - Hanni El Khatib - Wu-Tang Clan  (Square Bayard, Charleville-Mézières)  du 22 au 25 août 2013

Aujourd'hui, c'est champagne et petits fours à l'espace VIP, et ce pour une occasion dont on ignorera toujours la cause. Peu importe, car le son prévaut sur la farniente, et l'on s'impatiente : aujourd'hui, le mythe côtoie l'inconnu, le déjà-vu ne demande qu'à être revu et reconnu, et il nous tarde de "shooter" le musicien en action... A ceci près, que la pluie ne semble pas de cet avis.

H-Burns

Car tout commence par une frustration de taille. H-Burns, dont le dossier de presse du Cabaret Vert nous précise qu'il a enregistré avec l'"artisan du son de Nirvana ou des Pixies", nous semble un groupe fondamentalement prometteur. A l'écoute, la pop est douce mais racée, intéressante sous bien des aspects, malgré un scénique réduit à néant. Mais voilà : trois petites gouttes de pluie, un déluge, et c'est la débandade... Le chanteur, au public : "C'est la chanson qui vous fait partir ? Vous détalez... C'est bizarre, vu d'ici". Ici, c'est la scène principale, et on comprend le désarroi du leader dans l'histoire. Qu'il doit être étrange de devoir jouer, mais sans public ou presque. Voici donc la déception du jour : ne pas avoir réussi à apprécier à juste titre, à profiter tranquillement du set de ce groupe plein d'avenir...

Grindi Manberg

On se dit d'emblée que la configuration du groupe (synthé, guitare, batterie) convient assez bien aux codes actuels de la musique à la mode – c'est-à-dire un brin new wave... Mais Grindi Manberg dispense malgré tout une électro pop planante, un peu kitsch, clairement décalée qui intéresse et fait rester. Le tout semble parfois dissonant, le chanteur paraît parfois "ailleurs", il y a un petit côté quelconque dans certains titres, mais tout cela se laisse écouter. Il a déjà été chroniqué par les Inrocks : on s'incline, donc, et on plussoie.

Bomba Estereo

A ce stade de la journée les écoutilles sont à peine échauffées, et le moral baisse. La pluie fait naître sans nul doute un doute réel entre les festivaliers qui se jaugent sans savoir comment va continuer la journée, tandis que les organisateurs jettent des regards inquiets vers un ciel torturé – il n'est que 17h30. Puis arrive Bomba Estereo. S'il y eut un ovni dans la programmation, c'est bien celui-ci. Le groupe est colombien, propose une "électro tropicale" étrange, teintée de rap, qui me donne immédiatement l'impression d'être dans une ambiance "latino" au fin fond d'une boîte de nuit lambda. Si je ne trouve pas cela du tout convaincant – me viendrait même l'envie de faire une mauvaise blague avec un titre de Lévi-Strauss, "Tristes Tropiques", force est de constater que... c'est ce qu'il fallait pour réchauffer les cœurs et redonner vie au Stade Bayard. Une foule réelle se masse et se déhanche, et... parce que l'ironie du soir existe, le soleil, sous les coups de boutoir d'une Liliana Saumet sautillante et motivée, revient...

Royal Republic

Et puisqu'il fallait une claque, une bonne, en voilà une : elle est suédoise, et pourtant, elle brûle. Il paraît que les Royal Républic "marche sur les traces des héros de The Hives". N'ayant jamais vu ces derniers en live, il m'est impossible de confirmer, mais alors... Quel punch. Quelle vie. Quelle envie. Il faut dire que le chanteur, à qui je ferais volontiers une déclaration d'amour si l'occasion m'était donnée, impressionne, grâce à un petit côté Elvis Presley, souriant, aguicheur, et sans complexe. Le rapport au public de ce show man est, bien entendu, excellent et la punk pop à la sauce rock se révèle incontournable. Un superbe, magnifique, inoubliable moment.

Two Door Cinema Club

Déjà plutôt appréciés aux Eurocks lors de leur passage cette année, je ne sais pas bien quoi dire de plus, à vrai dire, hormis que le set est encore plus convaincant que la dernière fois – même si le costard reste le même et le verre de vin blanc semble immuable à Alex Trimble : est-ce l'horaire, le public, la lumière, la setlist ? Les Irlandais n'usurpent pas leur réputation ni leur succès, et leur pop rock a vraiment quelque chose de tout à fait particulier et, de fait, d'appréciable – et "What you know" a beau être un tube en tête des charts, il reste un morceau tout à fait excellent.

Hanni El Khatib

On est bien content de le revoir, Hanni El Khatib. L'an dernier, aux Eurocks toujours, il avait fait mouche musicalement mais avait déçu scéniquement. Nous a-t-il entendus ? Qu'importe. L'homme a pris de la bouteille, a revu son set, l'a considérablement dynamisé : le solo ne se fait plus dos au public au fond de la scène, le regard est plus franc, plus assumé, plus fier aussi. Du coup, son blues rock semble claquer plus, et produit un effet assez fascinant. En somme, Hanni El Khatib a trouvé le bel équilibre scénique qui manquait à sa musique pour que tout soit parfait.

Wu-Tang Clan

On pourra dire : je les ai vus. Les neuf gaillards du Wu-Tang Clan entrent sur scène et on ne sait pas vraiment où donner de la tête. Le hip-hop n'est pas vraiment de mon goût et j'ai beau me dire que j'ai une tripotée de légendes vivantes devant les yeux, j'ai malgré tout du mal à rester jusqu'à la fin. Difficile de ne pas produire un set qui semble brouillon avec autant de MC sur scène, même si je sais que le tout, c'est-à-dire l'essentiel, est ailleurs. Je m'excuse ici humblement auprès des spécialistes et des fanatiques du groupe.

On rentre paisiblement, pendant que le leader des Bloody Beetroots sautille au loin, le corps perdu en l'air entre deux soubresauts de stroboscope. Eux aussi, ils ont l'air ici plus efficace, plus fringant, plus motivé qu'aux Eurocks. Le Cabaret Vert bénéficie aussi de la cela : la fougue ultime de groupes dont la tournée touche à sa fin – et qui le savent. S'il n'y a pas eu de "ratés" à proprement parler lors de cette journée, ce samedi aurait mérité une programmation un tout petit peu plus cohérente...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album How strange it is to be anything at all de H-Burns
H-Burns en concert à L'Européen (31 mars 2008)
H-Burns en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
H-Burns en concert au New Morning (mercredi 2 décembre2009)
Grindi Manberg en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Jeudi 24 août
La chronique de l'album Tourist History de Two Door Cinema Club
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mardi 10)
Two Door Cinema Club en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Two Door Cinema Club en concert à L'Aéronef (jeudi 20 juin 2013)
Two Door Cinema Club en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Two Door Cinema Club en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
La chronique de l'album Will the guns come out de Hanni El Khatib
Hanni El Khatib en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
Hanni El Khatib en concert au Festival La Route du Rock #22 (dimanche 12 août 2012)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Le Cabaret Vert
Le Facebook du Festival Le Cabaret Vert

Crédits photos : Sophie Hébert


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=