Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moi & Toi
Bernardo Bertolucci  (septembre 2013) 

Réalisé par Bernardo Bertolucci. Italie. Drame. 1h37 (Sortie 18 septembre 2013). Avec Jacopo Olmo Antinori, Tea Falco, Sonia Bergamasco, Veronica Lazar et Pippo Delbono.

Il y a des films dont on n'a pas envie de parler précisément, dont on se refuse à dévoiler autant l'histoire que les sentiments qu'ils vont procurer à ceux qui vous auront fait la confiance d'y aller de "confiance".

Ce sont des films mystérieux, à la fois simples et forts, vides et remplis, auxquels on repense avec le cœur plus qu'avec l'esprit.

"Moi & Toi", c'est d'abord l'occasion de vraies retrouvailles avec un cinéaste qu'on avait perdu sur les autoroutes d'un cinéma international de plus en plus impersonnel. Un cinéaste qui, lui, retrouve ses racines, son humilité, sa curiosité.

Vieil homme meurtri par la vie, impotent, presque au bout de lui-même, Bernardo Bertolucci redevient le jeune homme de bonne famille en colère contre le conformisme qu'il fut aux temps de "Prima della Rivoluzione". Et cette résurrection, il la doit au regard apaisé et bienveillant qu'il accorde à deux jeunes gens d'aujourd'hui, deux jeunes gens pas très différents de ceux qu'il filmait il y a cinquante ans.

En s'enfermant dans cette cave métaphorique, Lorenzo, 14 ans, se met à l'écart d'un monde qu'il n'aime pas. Il y est rejoint par Olivia, sa sœur déjà abîmée par sa jeune existence, déjà perdue dans ses addictions.

Bertolucci montre, avec l'évidence de celui qui n'a plus que le temps d'aller à l'essentiel, que la révolte d'aujourd'hui ne peut être qu'une retraite, qu'une redécouverte intérieure de soi et des autres, qu'une exigence farouche contre ce laisser aller insupportable qui caractérise le néant moderne.

Bertolucci dit de Jacopo Olmo Antinori, qui joue intensément Lorenzo, que son petit visage fait "un peu penser au jeune Malcolm McDowell, mais avec le mystère d'un personnage de Pasolini". Il fait dire à Olivia, qu'habite de toute sa beauté étrange et moderne Tea Falco, que "ce serait bien de ne pas avoir d'opinion. On ne s'engueulerait jamais".

Entre ces deux extrêmes, ce monde ancien né dans les années 1960 où la jeunesse criait sa révolte et celui d'aujourd'hui où elle ne peut que la taire, Bertolucci a vécu, a filmé, a tenté jusqu'à en perdre son cinéma de trouver le chemin de la vraie vie, celle qui est ailleurs comme disait Rimbaud.

Avec "Moi & Toi", il cherche à se remettre sur pied et le paradoxe de cet homme en chaise roulante, c'est qu'il y parvient. Il lui suffit pour cela des échos d'une chanson d'un héros des époques chaotiques traversées.

En fredonnant dans leur refuge la belle version italienne de "Ground Control To Major Tom" de David Bowie, les deux jeunes gens rechargent leurs batteries. Passeur revenu à son point de départ final, Bertolucci les observe. Le combat qu'ils vont devoir mener dehors est terrible, mais l'auteur de "1900" leur fait confiance et leur fait cadeau de son regard. Un beau cadeau, une immense confiance.

Alors, emporté par ce flot imprévu de paroles utopiques, on sera heureux d'écrire que "Moi & Toi" de Bernardo Bertolucci est un immense beau film qui n'a rien d'un chant du cygne.

Leçon de cinéma magistrale dans sa modestie, "Moi & Toi" va redonner son éclat légitime à une œuvre indispensable qu'il faut redécouvrir * et aimer même dans ses errements.


*Ça tombe bien : les films de Bernardo Bertolucci font actuellement l'objet d'une rétrospective à la Cinémathèque française.


 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=