Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Bataille de Solférino
Justine Triet  (septembre 2013) 

Réalisé par Justine Triet. France. Drame. 1h34 (Sortie 18 septembre 2013). Avec Laetitia Dosch, Vincent Macaigne, Arthur Harari, Virgil Vernier et Marc-Antoine Vaugeois.

Obnubilés par l'anecdotique élection d'un énième président de la République Française, les Français n'ont pas su que, le 6 mai 2012, rue de Solférino, se déroulait un événement d'une toute autre importance : une véritable bataille rangée entre Laétitia et Vincent pour la garde de leurs enfants.

Laétitia, journaliste à I-Télé, couvrait la dite élection présidentielle, micro jaune en bouche, et interrogeait ici et là les tenants du candidat François H, de braves jeunes gens bien sur eux et surtout à gauche, le matin, quand ils se lèvent de ce pied-là. Vincent, son ancien compagnon, hirsute barbu sans doute artiste genre théâtre d'avant garde éternelle, lui, cherchait à faire respecter son droit de visite.

Le choc frontal eut donc lieu rue de Solférino et fut filmé par Justine Triet à l'aide de huit caméras qui suivaient en direct leur affrontement dans la foule compacte venue, elle, pour la "grande" petite histoire présidentielle.

C'est donc à un véritable exploit technique que l'on assiste avec des scènes forcément improvisées intégrant la participation involontaire de militants et de policiers. Pour compliquer les choses, Justine Triet intègre de "faux" militants qui ont d'ailleurs souvent plus à dire que les vrais.

On se plaint assez que le cinéma français ne se serve pas assez, voire quasi jamais, de l'histoire contemporaine pour féliciter d'emblée Justine Triet pour son "idée originale". Une fois le film vu, on la félicitera d'autant plus que le pari est réussi, car on aura assisté à une mise en abyme assez formidable.

"La Bataille de Solférino" de Justine Triet donne à voir des "bobos" horripilants, de ceux qui, justement, dans leurs conversations se plaignent que le cinéma français ne soit pas en prise avec l'actualité, et qui, jamais, au cours de leur scène de ménage abracadabrante et rocambolesque ne s'intéresseront à ce qui se passe en France le 6 mai, alors qu'ils traversent un Paris en "liesse" de la rue de Solférino à la place de la Bastille...

Autour du couple maudit, gravite toute une galaxie de copains-copines, intermittents de leur spectacle, qui fait la force de la narration de Justine Triet. Elle densifie ainsi ce qui n'aurait pu être qu'une bonne idée, elle crée un petit monde parisien qui, sociologiquement, a sa cohérence : un avocat et son chien, un "baby-sitter" amateur - honteusement sous-payé par Laetitia - et surtout un "nouvel homme" bien compréhensif et dernier dépositaire d'une utopie bien malade.

Tous sont entraînés dans les méandres des bisbilles entre Vincent et Laétitia et deviennent acteurs de cette soirée "inoubliable" pleine de tensions psychologiques et de détentions, d'armes de destruction sentimentale massives.

"La Bataille de Solférino" de Justine Triet est un prometteur capharnaüm, plongeant dans le réel et surfant aussi dans le fantastique urbain, un constat souvent acerbe de l'état d'une certaine "classe intellectuelle" en totale déréliction, alors que bruissent autour d'elle les échos d'un monde hostile.

Secouée par les colères soudaines de Vincent Macaigne, plus border line que jamais et qui trouve peut-être ici son rôle de référence, cette comédie cruelle parfois cassavétienne devrait marquer les esprits.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=