Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Queen of Heart
Théâtre de la Bastille  (Paris)  septembre 2013

Spectacle musical conçu par Juliette Deschamps et interprété par Rosemary Standley.

Si Rosemary Standley, chanteuse du groupe "Moriarty" qu'un Gainsbourg devenu Gainsbarre aurait défini comme un groupe "classieux", s'était simplement accoudée au piano de son excellent accompagnateur pince-sans-rire, Sylvain Griotto - capable entre autres de transformer en morceau épique le "Por que te vas" de Jeanette - et avait enchaîné les immenses chansons qu'elle interprète dans son tour de chant, la magie aurait opérée et personne n'y aurait trouvé à redire.

Mais "A Queen of Heart" n'est pas qu'un tour de chant d'une chanteuse hors norme, c'est un spectacle totalement magique, alliant nostalgie, élégance et poésie.

Rosemary Standley sort d'un rideau noir mais scintillant d'éclats lumineux : elle est vêtue d'une petite robe blanche à paniers, comme une danseuse des Ziegfeld Follies de l'époque des comédies musicales... Et la voilà qui chante "La Reine de Coeur", poème de Maurice Carême mis en musique par Francis Poulenc, puis "The Man I love" des frères Gershwin, suivi instantanément de "Put The Blade on Mame", chanson "mimée" par Rita Hayworth dans "Gilda" et chantée en vraie par Anita Kert Ellis.

Juste après, Rosemarie passe à l'espagnol pour le mambo rigolo, "El negro zumbon", tirée du film italien "Anna" où cette fois, c'est Silvana (Mangano) qui faisait semblant de chanter à la place de la fameuse Flo Sandon's...

Spectacle à la fois chatoyant et minimal, surchargé de références musicales et cinématographiques qu'il n'est d'ailleurs pas nécessaire de toutes saisir, ne se privant ni de l'ambiance des revues américaines ni de celle des cabarets berlinois, "A Queen of heart" a été conçu par Juliette Deschamps sous le signe de ces étoiles clignotantes d'excès, ces stars et ces divas toujours angoissées, à jamais poursuivies par le fatum.

Rosemary incarne une de ces demi-déesses qui ont cru atteindre l'Olympe et qui finissent par brûler leurs ailes, les yeux éteints derrière des lunettes exagérément noires. Au cours du spectacle, elle quitte la scène pour se changer : la petite fille pleine de gaieté dans sa robe blanche revient alors dans une robe fourreau plus sombre et plus sexy, laissant ses bras découverts, alors que de longs gants noirs couvrent ses mains jusqu'à ses avant-bras.

C'est le temps de la tristesse, de la mélancolie, celui de "Johnny Guitar", celui des mélodies de Carlo d'Alessio pour les films de Marguerite Duras. C'est le temps où la Marlène vieillissante n'est plus l'effrontée Lola Lola de "L'Ange Bleu". Alors Rosemarie Standley s'empare de "Sag mir wo die blumen sind", dans une version à tirer les larmes, puis ose "La nuit, je mens" d'AlainFrançois Menou Bashung. Sublime, forcément sublime...

Le spectateur écarquille les yeux : les robes de Vanessa Sannino sont magnifiques, les lumières de subtiles et judicieuses, la mise en scène et les décors de Juliette Deschamps ont l'assurance de l'évidence et de la simplicité.

La voix et la présence de Rosemary Standley font le reste : c'est un spectacle inoubliable que l'on emporte précieusement avec soi, dans son mouchoir et dans son coeur. "I've got the life". Oui, la vie est belle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=