Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Antiteatre
Théâtre de la Bastille  (Paris)  septembre 2013

Comédies dramatiques de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène de Gwenaël Morin, avec Renaud Béchet, Mélanie Bourgeois, Virginie Colemyn, Kathleen Dol, Julian Eggerickx, Pierre Germain, François Gorrissen, Barbara Jung, Ulysse Pujo, Natalie Royer et Brahim Tekfa.

En revenir à Fassbinder est par essence une bonne idée, le faire en proposant quatre pièces qu'on peut voir dans la foulée ne peut pas non plus en être une mauvaise.

Pour monter "Anarchie en Bavière", "Liberté à Brême", "Gouttes dans l’océan" et "Le village en flammes", Gwenaël Morin a repris le terme d’ "Antiteatre" qu’employait Rainer Werner Fassbinder au début de sa période théâtrale.

Il s’agissait, à une époque où bruissaient les révoltes culturelles et générationnelles, de s’émanciper d’un théâtre conformiste, ronronnant, totalement éloigné des préoccupations sociales et des aspirations de la jeunesse et bien sûr "apolitique".

On sentira, notamment dans le diptyque "Anarchie en Bavière/Liberté à Brême", le cri provocateur que poussait Rainer Werner Fassbinder. Évidemment, on comprendra que, pour Gwenaël Morin, "Antiteatre" est à prendre au sens de référence plutôt que comme pratique.

Car son théâtre ne vise ni à choquer ni à agiter. C’est un Fassbinder dépolitisé, dégoupillé, dégraissé de toute référence révolutionnaire qu’il défend et qu’il tire avant tout vers la satire.

Pour cela, il a choisi un dispositif simple et efficace : armée d’un tambour sur lequel elle tape à chaque changement de scène, une actrice lit les indications scéniques, les didascalies proposées dans ces pièces par Fassbinder, et les acteurs se plient dans la foulée à ces indications.

Cela fonctionne à merveille pour "Liberté à Brême", pièce féministe racontant comment, en 1814, une femme voulant s’émanciper n’a pu le faire qu’en empoisonnant à tire larigot son entourage. Cela fonctionne aussi pour "Anarchie en Bavière", même si la critique acerbe de la bourgeoisie catholique bavaroise ne retient pas vraiment l’attention de Gwenaël Morin.

On sera moins convaincu par le même travail sur la pièce intitulée "Le village en flammes". Là, Gwenaël Morin a légèrement modifié son dispositif : les acteurs sont assis alignés sur la scène.

Ils se lèvent au gré des indications de la lectrice, pouvant ainsi incarner plusieurs personnages au gré des interventions de la lectrice. Ils ne jouent pas les scènes mais se lèvent de leurs sièges pour en interpréter le texte.

Inspiré d’un texte de Lope de Vega, "Le village en flammes", dénonçant le régime absolutiste espagnol, était, sous la plume de Fassbinder, devenu une critique féroce de l’impérialisme américain en plein Vietnam et plus généralement de l’oppression des pays pauvres par les pays capitalistes.

Pour Gwenaël Morin, il s’agit avant tout d’une farce, où rien ne doit être pris au sérieux, et qui fait fi de l’idéalisme révolutionnaire fassbindérien qui cohabitait pourtant avec son sens de la dérision et de l’autodérision. Rainer avait suffisamment d’humour pour que ne lui ajoute pas, par exemple, un "entracte" potache où les acteurs se mettent à chanter en anglais version "Star Academy".

Reste "Gouttes d’eau dans l’océan", pièce de jeunesse que l’auteur des "Larmes amères de Petra Van Kant" ne trouvait pas assez abouti pour qu’il la monte et qu’on connaît surtout grâce au film de François Ozon, "Gouttes de pluie sur pierres brûlantes".

Ceux qui se souviennent de l’œuvre d’Ozon seront gênés par cette version plus sage, moins radicale dans ses partis pris, même si Gwenaël Morin fait très souvent quitter la scène à ses personnages, qui agissent alors dans les allées exiguës du théâtre, pourtant peu propices pour donner une dimension théâtrale à leurs actions.

Si l’on est parfois bien loin des ambitions de l’"antiteater" de Fassbinder, on ne pourra pas reprocher à Gwenaël Morin son manque d’efficacité. Les quatre pièces, même si on est plus réservé pour "Gouttes dans l’océan", se suivent sans déplaisir car elles sont portées par une troupe homogène toute dévouée à la cause théâtrale.

Elles permettent opportunément de remettre en lumière l’œuvre théâtrale de Fassbinder, qui souffre plus de la postérité que son œuvre cinématographique, toujours moderne car se suffisant à elle-même et ne nécessitant pas à une réinterprétation actuelle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=