Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mudwoman
Joyce Carol Oates  (Editions Philippe Rey)  octobre 2013

Véritable machine à écrire, Joyce Carol Oates livre avec "Mudwoman" un pavé de six cents pages qui fera les délices des fans de la prolifique écrivaine américaine et déroutera sans doute les autres, peut-être trop rationalistes, qui chercheront, au-delà de l'autosatisfaction graphomaniaque de l'auteur, le sens de l'opus.

Tout commence par une tragédie - celle de Mudgirl, toute petite fille miraculeusement rescapée après avoir été abandonnée quasi-morte dans un marais boueux - et, plusieurs décennies après, le déplacement professionnel de la femme bien sous tous rapports qu'elle est devenue qui la ramène sur les lieux du crime.

Parvenue à la mi-temps de sa vie, que cherche Meredith Ruth Neurkichen ? Elle connaît son histoire, notamment son ascendance maternelle, une mère zolacienne, psychotique ravagée par une folie mystique qui a motivé son geste infanticide, elle a bénéficié d'une adoption par un bienveillant couple de quakers qui lui ont inculqué des principes rigoristes de haute tenue morale et, après de brillantes études de philosophie et de psychologie, elle est devenue la première présidente d'université de surcroît d'une des prestigieuses de l’Ivy League.

Sous le masque de la réussite sociale et professionnelle se terrent le refoulement et une quête inassouvie de reconnaissance et d'amour et M.R. abrite Mudgirl devenue une Mudwoman dépourvue d'affect.

De quoi laisser augurer d'un roman sur l'identité, bouteille à l'encre de la littérature contemporaine, avec la quête des origines, la quête d'identité personnelle des enfants abandonnés, mais également celle de l'identité statutaire, sociale et communautaire, voire nationale, le traumatisme de l'abandon et de la perte et la résilience.

Mais Joyce Carol Oates ne se cantonne pas à ces thématiques cependant suffisamment riches pour nourrir une intrigue psycho-romanesque, d'autant que cette immersion dans un passé traumatique est traitée selon la déclinaison de la décompensation névrotique.

Par le truchement de faits de société et d'événements politiques, elle aborde, entre autres, le nationalisme, du paradoxe du Patriot Act à la manipulation médiatique avalisant la guerre d'Irak, le statut de la femme et la féminitévues à l'aune d'un autre siècle (l'auteure est née en 1938), la maltraitance des enfants, le droit à la vie, les contre-mondes, l'élitisme du système universitaire américain et le cercle non vertueux du financement des universités privées (milieu qu'elle connaît bien pour y avoir fait sa carrière comme professeur de littérature), la religiosité et la pauvreté dans les campagnes américaines.

Même si elles sont habilement insérées dans l'histoire du personnage, manifestant la volonté de l'auteure de dispenser des convictions personnelles, elles n'en conservent pas moins le caractère de digressions parasitantes, de surcroît souvent fastidieuses et/ou agaçantes par leur humanisme bien-pensant et, parfois, leur didactisme.

Cela étant, l'écriture de Joyce Carol Oates, chantre de l'art de la fiction gothique, reste percutante quand elle pratique de manière totalement maîtrisée dans la recension de la la confusion du paysage mental de l'héroïne qui navigue entre passé et présent et entre réalité, fantasme et délire hallucinatoire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Le mystérieux Mr Kidder" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Le musée du Dr Moses" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Maudits" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Premier amour" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Carthage" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Sacrifice" et de "Dahlia noir & Rose blanche" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Valet de pique" de Joyce Carol Oates
La chronique de "La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Paysage perdu" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Un livre de martyrs américains" de Joyce Carol Oates

En savoir plus :
Le Facebook de Joyce Carol Oates


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=