Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Black Angels - Elephant Stone
L’Aéronef  (Lille)  dimanche 22 septembre 2013

Naître Québécois n'a jamais été un énorme avantage si ce n'est d'avoir un accent rigolo ou des traductions littérales des titres de films américains (par exemple, Slumdog Millionaire s'intitulait "Le pouilleux millionnaire").

Cette introduction ne va nulle part, puisque nous sommes à Lille et, bien que l'on ait quand même un accent amusant, The Black Angels ne s'appellent pas officiellement "Les Anges Noirs". Par contre, Elephant Stone vient de Montréal (ville située dans la province du Québec donc), et qu'importe les frontières linguistiques "Les Pierres Elephant" (sérieusement...) ont un nom aussi intéressant que la musique qu'ils proposent.

Comme beaucoup de groupes issus de la scène néo / shoegaze / psyché / indie / alternative, bref de la musique à ranger dans plus de cases que n'en contient la bibliothèque nationale (qui peut aussi tenir dans le bac à soldes de la Fnac), "Les Pierres Elephantales" n'ont aucun intérêt, car ils se contentent juste de faire "pareil que". Si bien que pendant 45 minutes tout cela rappelle le fait de rappeler qu'il y a eu bien mieux avant.

Ainsi une liste d'influences plus longue que le bras se fait ressentir : on passe des Spacemen 3 à My Bloody Valentine, en passant par les Horrors ou encore Syd Barrett (mais juste pour la chemise à fleurs) pour, au final, donner l'envie d'avoir envie d'écouter des gens écouter le dernier Placebo !

"Les Éléphants défoncés" quittent enfin la scène et après une courte entracte les lumières s’éteignent.

Des visuels psychédéliques sont diffusés sur les écrans géants, et même si cela ressemble une fois sur trois à un fond d'écran de Windows 95, les jeux de lumières sont très réussis.

Le groupe ne monte pas directement sur scène et diffuse d'abord "One of these days" de Pink Floyd en intégralité. Tentative étrange d'imposer du Flamant Rose à des flamands trop zen.

Ceci étant fait, le groupe débute avec leur morceau le plus floydien qui est par ailleurs leur plus abouti, l'excellent "Mission District" qui fut admirable.

Malheureusement, ce fut à peu près tout, le groupe semble fatigué et en pilotage automatique. Christian Bland est en retrait par rapport au nouveau guitariste (remplaçant de Nate Ryan) qui ne sert pas à grand chose et manque cruellement d'inventivité. Alex Maas l'est complètement, et désintéressé par ses propos. Seront alors bêtement bâclées les perles du premier album Passover : "Young Men Dead", "Black Grease" ou encore "Bloodhounds On My Trails" avec le fameux 1, 2, 3 prononcé sans conviction.

La set list est essentiellement composée de morceau de l'inégal dernier album (Indigo Meadow, "Don't Play With Guns"), même les "tubes" de Phosphene Dream sont expédié ("Telephone", "Entrance Song", "Bad Vibrations"). Les échanges tribaux entre la batteuse (toujours excellente d'ailleurs) et le bassiste ont disparu, dans cette optique un titre aussi génial que "Science Killer" fut négligé, ce qui est impardonnable.

Le rappel fut interminable, le groupe quitte les planches en soufflant et revient en simulant la bonne entente, comme s'ils s'étaient fait remonter les bretelles par le manager. Alex Maas retrouve un peu sa fougue et sa voix aussi singulière quelque part entre Neil Young et Jim Morrison.

Mais cela fut éphémère. Le concert s’achève sur "Black isn't Black", qui manquait cruellement d'une deuxième guitare (pendant ce temps le nouveau faisait semblant de jouer du tambourin).

L’atmosphère sur scène fut particulièrement tendue pendant les 75 minutes du set, ce qui fut certainement à l'origine de son ratage total. Malheureusement, il semblerait que cela soit souvent le cas actuellement. Au vu du niveau discographique largement en baisse depuis deux albums, les Black Angels semblent avoir perdu leurs âmes, et paraissent surtout disloqués.

Encore faudrait-il régler tout ça ailleurs que devant un public qui a diminué de moitié depuis leur dernier passage il n'y a que deux ans. Car non, Les Anges Noirs de la télé réalité, ça n’intéresse personne. Vraiment pas.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Phosphene Dream de The Black Angels
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Black Angels en concert à l'Elysée Montmartre (8 décembre 2008)
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
The Black Angels en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
The Black Angels en concert à L'Aéronef (lundi 7 février 2011)
The Black Angels en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de The Black Angels
Le Myspace de The Black Angels
Le Facebook de The Black Angels
Le site officiel de Elephant Stone
Le Bandcamp de Elephant Stone
Le Myspace de Elephant Stone
Le Facebook de Elephant Stone


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=