Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Workers
José Luis Valle  (octobre 2013) 

Réalisé par José Luis Valle. Allemagne/Mexique. Comédie dramatique. 2h (Sortie 30 octobre 2013). Avec Jesus Padilla, Susana Salaza, Barbara Perrin Rivemar et Sergio Limon .

Difficile de raconter "Workers", difficile d'en trouver le sujet, le sens. Apparemment minimaliste, répétitif, presque sans dialogues et sans explications, le premier film de fiction de Jose Luis Valle reste un mystère.

Objectivement, on devrait trouver qu'il prend extrêmement son temps puisqu'il décrit jour après jour deux vies monotones dans lesquelles tout paraît ritualisé, sans surprise. Pourtant, "Workers" fourmille d'éléments qui peu à peu se sédimentent pour que ce quotidien banal devienne au bout du compte un récit extraordinaire à la limite du fantastique social.

Ce que Jose Luis Valle réussit à merveille, c'est de montrer dans des visages impassibles, des corps las mus par l'obligation de se mouvoir, une volonté peu commune, une résistance hors du commun. Ici, on a appris à survivre sans émotion apparente et l'on saura plus tard pourquoi l'émotion est si rentrée, si enfouie dans un tragique que la litanie des jours ne peut amoindrir.

Bien entendu, il faudrait parler du contexte, de Tijuana, de cette ville frontière entre deux poncifs, le rêve américain et le cauchemar mexicain (ou réciproquement). De quel côté de cet autre mur de la honte qui peut séparer des couples se trouvent isolés Rafael et Lidia ? Qui est le clandestin ? Qui est le sans destin ?

Le cinéma consacré à cette séparation supposée de deux mondes est abondant. Souvent, c'est un cinéma clinique, comptable d'un problème de migration qui change peu à peu l'équilibre américain et qui, peut-être à terme, bouleversera la nature des États-Unis.

Dans "Workers", il ne s'agit pas de traduire au niveau microscopique de deux petits personnages un état statistique et géostratégique. Jose Luis Valle a choisi deux histoires singulières, absurdes, cocasses, tellement irréelles qu'elles paraissent plus crédibles que tous les récits sordides où les protagonistes accumulent tous les malheurs et toutes les misères supposés toucher les Mexicains candidats au départ.

On peut évidemment parler de fable, voire de conte cruel, dans ce monde où l'avenir des uns dépend d'un chien de milliardaire et celui des autres d'une ampoule électrique Philips.

Envers et contre tout, "Workers" de Jose Luis Valle est un film qui ne croit pas à la soumission et démontre avec ironie qu'il y a une limite à l'humiliation et que la vengeance n'a pas besoin d'être bruyante et spectaculaire.

Jamais cynique, Jose Luis Valle, lui-même fils d'immigré salvadorien devenu mexicain, croit encore aux belles choses, et, parmi elles, à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Que cette transmission vienne d'un ado mexicain qui s'y prête sans calculs et qu'elle permette à Rafael d'utiliser à bon escient un beau stylo en est la preuve presque divine.

"Workers" de Jose Luis Valle est un film savoureux qui n'épuise pas tous ses secrets, mais sait faire partager son amour pour les petites gens et son plaisir de les grandir.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=