Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Workers
José Luis Valle  (octobre 2013) 

Réalisé par José Luis Valle. Allemagne/Mexique. Comédie dramatique. 2h (Sortie 30 octobre 2013). Avec Jesus Padilla, Susana Salaza, Barbara Perrin Rivemar et Sergio Limon .

Difficile de raconter "Workers", difficile d'en trouver le sujet, le sens. Apparemment minimaliste, répétitif, presque sans dialogues et sans explications, le premier film de fiction de Jose Luis Valle reste un mystère.

Objectivement, on devrait trouver qu'il prend extrêmement son temps puisqu'il décrit jour après jour deux vies monotones dans lesquelles tout paraît ritualisé, sans surprise. Pourtant, "Workers" fourmille d'éléments qui peu à peu se sédimentent pour que ce quotidien banal devienne au bout du compte un récit extraordinaire à la limite du fantastique social.

Ce que Jose Luis Valle réussit à merveille, c'est de montrer dans des visages impassibles, des corps las mus par l'obligation de se mouvoir, une volonté peu commune, une résistance hors du commun. Ici, on a appris à survivre sans émotion apparente et l'on saura plus tard pourquoi l'émotion est si rentrée, si enfouie dans un tragique que la litanie des jours ne peut amoindrir.

Bien entendu, il faudrait parler du contexte, de Tijuana, de cette ville frontière entre deux poncifs, le rêve américain et le cauchemar mexicain (ou réciproquement). De quel côté de cet autre mur de la honte qui peut séparer des couples se trouvent isolés Rafael et Lidia ? Qui est le clandestin ? Qui est le sans destin ?

Le cinéma consacré à cette séparation supposée de deux mondes est abondant. Souvent, c'est un cinéma clinique, comptable d'un problème de migration qui change peu à peu l'équilibre américain et qui, peut-être à terme, bouleversera la nature des États-Unis.

Dans "Workers", il ne s'agit pas de traduire au niveau microscopique de deux petits personnages un état statistique et géostratégique. Jose Luis Valle a choisi deux histoires singulières, absurdes, cocasses, tellement irréelles qu'elles paraissent plus crédibles que tous les récits sordides où les protagonistes accumulent tous les malheurs et toutes les misères supposés toucher les Mexicains candidats au départ.

On peut évidemment parler de fable, voire de conte cruel, dans ce monde où l'avenir des uns dépend d'un chien de milliardaire et celui des autres d'une ampoule électrique Philips.

Envers et contre tout, "Workers" de Jose Luis Valle est un film qui ne croit pas à la soumission et démontre avec ironie qu'il y a une limite à l'humiliation et que la vengeance n'a pas besoin d'être bruyante et spectaculaire.

Jamais cynique, Jose Luis Valle, lui-même fils d'immigré salvadorien devenu mexicain, croit encore aux belles choses, et, parmi elles, à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Que cette transmission vienne d'un ado mexicain qui s'y prête sans calculs et qu'elle permette à Rafael d'utiliser à bon escient un beau stylo en est la preuve presque divine.

"Workers" de Jose Luis Valle est un film savoureux qui n'épuise pas tous ses secrets, mais sait faire partager son amour pour les petites gens et son plaisir de les grandir.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=