Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nana
Theâtre Le Lucernaire  (Paris)  octobre 2013

Spectacle conçu, mis en scène et interprété par Céline Cohen et Régis Goudot.

La Compagnie Ex-Abrupto réussit l'impossible et l'improbable qu'est la transposition théâtrale du texte littéraire avec cette superbe adaptation de "Nana", le neuvième opus de la saga naturaliste des Rougon-Macquart de Emile Zola.

Un roman que son auteur a délibérément conçu comme un "poème du cul" et "un terrible coup porté aux convenances et au mélodrame jusque dans ses fiefs" à travers le destin tragique d'une petite fleur de bitume par lequel il narre "la grande retape des catins illustres" qui sévissait dans la société pourrissante du Second Empire.

Mélodrame oui mais pas à l'eau de rose, plutôt celle des bidets, la fine baptiste ne sert pas qu'à essuyer les larmes dans cette descente dans les bas fonds des pulsions où l'agent et le sexe célèbrent des noces orgiaques et délétères consommées sur l'autel pervers du sado-masochisme de la guerre des sexes.

Ni amorale, ni immorale, Nana, belle "plante de plein fumier", est lucide quant à sa condition : elle sait qu'elle ne possède qu'un seul bien son corps, un physique répondant aux canons esthétiques de l'époque, qui sera son viatique pour ne pas finir dans le caniveau et assurera sa fulgurante ascension dans le demi-monde parisien. Comme elle connait depuis l'enfance la veulerie des hommes et le pouvoir du sexe.

Vénus fantasmée, putain dans laquelle chaque homme en quête incestueuse de la mère originelle souhaite pénétrer pour une ultime fusion régressive, figure dangereuse et destructrice du monde obscur des pulsions, Nana sera elle-aussi victime de sa pulsion de dévoreuse d'hommes.

L'affiche, une pulpeuse bouche rouge sur laquelle coule une gelée blanche, qui évoque aussi bien le Mae West Sofa de Dali devenu le deuxième personnage de l'emblématique et porno chic "leçon de séduction" dispensée par le Crazy Horse qu'une publicité pour club libertin, annonce la couleur.

Aussi culs-serrés et puritains, mais aussi âmes candides et voyeurs, passez votre chemin ! Car le sexe est une thématique sulfureuse, ses coulisses ne s'accommodant pas de mesure.

La proposition toujours sur le fil du rasoir mais très tenue de Céline Cohen et Régis Goudot, seuls artisans et interprètes du spectacle, a su intelligemment dégager l'axe dramaturgique permettant la transposition de l'oeuvre littéraire en partition théâtrale et a opté pour un registre formel judicieux hybridant le jeu, avec des scénes de huis-clos fortement sexué, le théâtre-récit, l'intermède cabaret et l'adresse au public.

Dans un décor minimaliste de bordel cheap, avec sa tombée de tapis fatigués, son lustre à pampilles de pacotille et son canapé rouge avachi, conçu par Sha Presseq, et des clairs-obscurs de Philippe Ferreira, un homme en jeans, la quarantaine grisonnante, et une jeune femme en robe légère, les jambes gainées de noir, les cuisses écartées en une invite sans équivoque, lourdement fardée.

Lui, c'est l'homme, tous les hommes qui croiseront la route de Nana, ces hommes fascinés par cet obscur objet du désir que Freud nommera le continent noir et que Régis Goudot campe de manière étourdissante.

Elle, aussi fragile que dangereuse, lumineuse que perverse, c'est Nana. Son incarnation par Céline Cohen ressortit à la fulgurance. Elle gère parfaitement la charge érotique du personnage comme celle qui émane de sa personne et parvient à naviguer entre l'émotion douloureuse et la perversité destructrice.

Tous deux sont également performants dans la narration qui s'avère impliquée. Tout est maîtrisé et le duo, qui fonctionne à merveille, signe un spectacle qui, non seulement, réussit un exercice difficle mais sort des sentiers battus avec une belle prise de risques.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=