Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Par les villages
Théâtre de la Colline  (Paris)  novembre 2013

Comédie dramatique de Peter Handke, mise en scène de Stanislas Nordey, avec Emmanuelle Béart, Claire Ingrid Cottanceau, Raoul Fernandez, Moanda Daddy Kamono, Olivier Mellano, Annie Mercier, Stanislas Nordey, Véronique Nordey, Laurent Sauvage, Richard Sammut et en alternance Zaccharie Dor, Cosmo Giros.

C'est l'histoire d'un retour, celui d'un homme qui a quitté sa classe sociale, son village, sa famille, et qui se retrouve projeté des années après son départ dans un univers auquel il n'aurait pas dû échapper s'il n'était pas devenu un intellectuel, peut-être un homme de lettres, voire un célèbre dramaturge.

Devant son frère ouvrier et sa sœur vendeuse, celui qui sait parler se tait, écoute, provoque la parole de ceux qui d'ordinaire se taisent ou n'ont pas voix au chapitre.

"Par les villages", pièce sans doute autobiographique écrite par Peter Handke au début des années 1980, parle d'un temps où l'après-guerre s'achève dans l'enrichissement général, le triomphe du matérialisme et la déshérence de ces villages qui ont perdu leur âme pour des désirs factices symbolisés par des gants en caoutchouc ou des appareils ménagers.

Peter Handke fait s'exprimer ses personnages dans de longues tirades qui tiennent de l'imprécation. La langue qu'ils emploient est enflammée, lyrique, imagée, métaphorique. Quand, trente ans après, Stanislas Nordey s'en empare, ce n'est pas pour l'inscrire dans un temps passé mais pour lui trouver des correspondances avec le monde d'aujourd'hui.

Dans une première partie, domine Hans, le frère ouvrier, pis encore le frère grouillot, celui qui va et vient entre chaque corps de métier, déjà marginal, déjà incompris, déjà d'une race vouée à la disparition.

Dans un beau décor de "cabanes de chantier" en tôle ondulée bleue, placée l'une contre l'autre en demi-cercle comme des chariots de western face à un invisible danger, conçu par Emmanuel Clolus, le voilà qui pousse un long cri, celui d'une classe qui construit les lotissements pour ces petits-bourgeois en ascension sociale qui vont causer à terme sa perte, son repli dans le silence de l'Histoire.

Stanislas Nordey s'est distribué dans le rôle de Hans. Dans la belle traduction, intense, poétique, de Georges-Arthur Goldschmidt, il se donne à fond dans un texte interminable qui saisit par sa force brute, par ce qu'il dit de la situation d'aujourd'hui.

Car Nordey est persuadé qu'en ces temps où règne la résignation des humbles, la dilution de leurs paroles au profit des amertumes de la classe moyenne, le texte de Handke a une résonance incomparable.

Dans cette partie, parole est donc donnée aux gens du BTP et précédant celle écorchée de Hans, l'intervention d'Annie Mercier, impériale en intendante du chantier, ajoute du poids à ce monde du travail, d'ordinaire si caricaturée et que Peter Handke sait, lui dont on oublie trop les origines plus que modestes, magnifier.

Viendra, ensuite, en contrepoint dialectique, une seconde partie moins exaltée, plus chaotique, dans un décor blanc compact censé cacher l'entrée du village originel de la fratrie composé de Hans, Albin et Sophie. Ici le village, replié sur lui-même, derrière un rempart, une presque bulle sans prise sur l'extérieur, paraît terriblement figé sur son passé, s'en remettant à des dieux antiques avec l'espoir qu'ils le préserveront de la disparition.

Les discours se font alors moins théoriques, ce n'est plue le cœur qui parle mais les rancoeurs, propices à d'autres monologues toujours aussi forts, aussi lourdement ancrés dans l'âme de ceux qui les récitent.

se souviendra du discours de la vieille dame jouée par Véronique Nordey, de celui de Sophie (Emmanuelle Béart), la sœur fragile qui cherche cependant à s'affirmer, et surtout du morceau de bravoure final, dans lequel la compagne du frère prodigue en appelle à une humanité renouvelée, lançant à la cantonade un hymne de fraternité, qui pourrait bien être la dernière chance avant les grandes catastrophes.

Claire Ingrid Cottanceau, qui a remplacé Jeanne Balibar qui jouait le rôle à Avignon, émeut dans ce long monologue, cet aimez-vous-les-uns-les-autres envers et contre tout. Une fois encore, une parole forte, incarnée, vient réduire à néant, et au bon moment, les doutes qui surgissent sur l'intérêt d'une pièce qui se déploie pendant trois heures, avec comme seule ponctuation les accords électriques de la guitare d'Olivier Mellano.

"Par les villages" est incontestablement un des plus beaux textes de Peter Handke. Stanislas Nordey a donc voulu avant tout qu'on l'entende et qu'on l'écoute. Les problèmes mesquins d'héritage qui occupent Hans, Sophie et Alibn lui ont paru anecdotiques. Son refus de ne pas théâtraliser leur conflit est un choix. Si l'on est sensible à la puissance des textes d'Handke, on y souscrira. Sinon, on refusera ce parti formel qui oublie que le théâtre c'est aussi un récit.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=