Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La centrale en chaleur
Genichiro Takahashi  (Books Editions)  octobre 2013

Après Sayonara Gangsters, me revoici donc à vous parler d'un livre de Genichiro Takahashi. Si j'avais été emballé par le premier, je ne sais que penser de La centrale en chaleur.

Un auteur japonais qui écrit un livre ayant dans son titre le mot "centrale", vous êtes en droit de vous dire que ça va traiter de nucléaire, de catastrophe, de Fukushima, bref d'un sujet d'actualité, d'un sujet on ne peut plus réel. Mais alors où est passé l'esprit délirant de Genichiro Takahashi qui m'avait précédemment transporté dans un monde inimaginable ? Hé bien, il est là ! Et encore plus que vous ne pouvez l'imaginer, ne vous inquiétez pas. Genhishiro Takahashi ne fait aucune concession à son style bien qu'il traite sur le fond, d'un sujet grave et douloureux. Je ne sais pas comment l'auteur en est arrivé là mais ce roman est tout simplement "hors norme".

L'histoire, tout d'abord, est hors norme, voici ce qu'en dit la maison d'édition "Un réalisateur de films porno décide de venir en aide aux victimes de la catastrophe de Fukushima en tournant un film "pornographico-philantropique"". Essayez donc de transposer ça en France et d'imaginer Marc Dorcel présentant aux responsables de France Télévision son projet de film porno pour le Téléthon !

Ce livre c'est ça, c'est vraiment ça. Ni plus ni moins que la description détaillée et parfois très détaillée du scénario d'un film porno. Mais attention, rien à voir avec un autre livre qui a eu un certain succès (plus de 40 millions écoulés tout de même) il y a quelques mois et souvent qualifié de porno de la ménagère. Ici, on n'est pas dans l'érotisme osé. Genichiro Takahashi n'a pas de limite. Tout y passe, si j'ose dire ; de l'étrange, de l'obscène, de l'indicible… Bref, de la lecture qui peut mettre mal à l'aise. Mais là où ça devient intéressant, c'est quand l'auteur, dans certaines parties de son récit, irrévérencieux au possible, mêle aux scènes de sexe, des situations concernant l'intimité de la société japonaise : relation historique avec les Etats-Unis, nationalisme exacerbé, misère de la vieillesse, solitude de la jeunesse, empoisonnement de la planète… et sporadiquement, le problème du nucléaire et la situation critique de Fukushima ou encore quand il interacle au milieu de l'œuvre, "une étude littéraire du désastre".

L'écriture est également hors norme. Je vous disais au début de cette chronique que j'étais circonspect et c'est peut-être sur ce point précisément qui me dérange. Si certains passages se lisent avec intérêt, j'avoue que l'utilisation massive de typo différentes, de texte en gras ainsi que des paragraphes entiers de paroles de chanson, hache complètement le récit et m'a vraiment demandé une certaine volonté pour poursuivre la lecture.

Peut-être que je n'ai pas compris ce qu'a voulu faire l'auteur, mais ce livre m'a plus dérangé, mis mal à l'aise et ennuyé qu'il m'a donné du plaisir. Son écriture est-elle une façon de dire "qu'est-ce qui est le plus obscène ? Ce qui est en train de se passer réellement à Fukushima ou bien ce qui se passe dans ses scènes pornographiques ou grotesques sorties de mon imagination ?" Je sais que Genhishiro Takahashi est très impliqué pour qu'une vraie prise de conscience se fasse par les Japonais eux-mêmes et par la communauté internationale sur la situation tragique à Fukushima. Cela fait maintenant plus de deux ans que cette centrale déverse ses saloperies dans l'océan et quelle est la dernière fois qu'on a parlé de Fukushima en Une des news ?

Genhishiro Takahashi veut faire parler de Fukushima à tout prix. Qu'est-ce qui fait couler plus d'encre et attire les foules que le porno ? La Centrale en chaleur ne deviendra probablement pas un classique mais au moins elle restera un oeuvre hors du commun et je ne peux qu'espérer que Genichiro Takahashi atteigne son but en voyant aujourd'hui son livre proposé aux lecteurs français.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Sayonara Gangsters" du même auteur


Sha         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=