Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
Blood Orange - Savages - The Knife - Jagwar Ma - Warpaint - Junip - Connan Mockasin - Danny Brown - Disclosure - Empress Of - Majical Cloudz - Sky Ferreira - Baths - Omar Souleyman - Yo La Tengo - Panda Bear - Hot Chip - Glass Candy - Todd Terje - A-Track  (Grande Halle de la Villette, Paris)  du 31 octobre au 2 novembre 2013

Si, pour certains, l’édition 2013 parisienne du festival Pitchfork envoyait sensiblement moins de paillettes sur ses affiches, la qualité des shows et des artistes sélectionnés a aisément fait battre la chamade à toute une multitude de cœurs.

Prenant place pour la troisième année consécutive à la Grande Halle de la Villette, le festival américain s’est permis d’inviter sur le sol français une panoplie d’artistes variés et quelques poids lourds qui, à eux seuls, justifiaient l’achat d’un pass trois jours.

Jour I : jeudi 31 octobre

Ainsi, le jeudi s’ouvrait doucement en beauté avec des sets bien sentis, tels que celui de Blood Orange, alias Dev Hynes qui s’apprête à sortir son second opus sous ce pseudonyme. Fort de son style Afro Chic et de sa pop rêveuse empreinte de funk et de paillettes qu’il a sûrement dérobés à la volée à un Jackson ou à un Prince, le chanteur a fait son office avec des titres de son premier album Costal Grooves, entrecoupés d’autres extraits de son prochain opus (Cupid Deluxe) dont le déjà fameux "Chamakay" ! Loin d’être un artiste pour "un tour de chauffe", Hynes a tout simplement enflammé son public avec sa voix charmeuse et ses productions perfectionnistes.

Autre sensation du jour, Savages et son rock sombre ne s’est pas gêné pour faire hurler leurs guitares en ce soir d’Halloween. Au grand plaisir de la foule qui s’était compactée au pied de la scène pour ne rien rater de ce groupe qui essaie pourtant toujours de rester discret, ce soir-là, la voix de Camille Berthonnier n’atteignait la foule qu’au travers d’un épais rideau de fumée, ambiance ! Et que dire de Nicolas Jaar (les cheveux en moins) et de Dave Harrington qui, non content de partager avec une concentration de fans fébriles les titres de leur premier album, s’est fendu d’une scénographie réussie reprenant l’éclipse de leur pseudonyme (Darkside) mais qui n’a sûrement pas autant subjugué que leur électro cérébral sur laquelle la guitare de Dave planait comme un aigle au-dessus de sa proie.

Mais le véritable show de la soirée demeurera celui de The Knife. De retour après une date au printemps dans la capitale, le duo a joué à fond la carte de leur dernier album : Shaking The Habitual. Et en effet, même si le groupe est un habitué des mises en scène originales, voire tordues, des masques et autre simulacre, pour ce set ils ont fait le choix de brouiller leur identité avec une troupe de musiciens / artistes / danseurs qui a fait de la Grande Halle de la Villette une sorte de cirque itinérant sur fond de musique électro et de rythmes tribaux ! Un show dantesque qui, jusqu’au bout, joue sur l’inconnu, "le duo était-il présent ?" se demanderont certains, la voix de Karen ayant été campée (peut-être simulée) par tous les membres de la troupe un par un. Quoi qu’il en soit, avec un plaisir non dissimulé, artistes et public ont laissé leur corps s’exprimer, s’agitant comme autant de diables montés sur ressort, tout ce bon monde secouant leurs derrières comme s’il se fut agi de mauvaises habitudes.

Jour II : vendredi 1er novembre

Alors quand la seconde journée a commencé, autant dire que certaines jambes protestaient déjà d’avoir été si rudement mises à l’épreuve, mais ne se sont pas non plus fait prier lorsque l’énergique trio composant Jagwar Ma est venu à son tour sur scène.

Avec cette chaleur que l’on croirait importée directement de son continent, celui-ci a offert une prestation de brio, puissante et pleine d’énergie ! Quant au quartet au dehors gentillet de Warpaint et à leur charismatique bassiste, elles ne se sont pas laissé démonter et on fait preuve d’un professionnalisme à toute épreuve alors qu’elles jouaient pèle-mêle des chansons du maxi Exquisite Corpse et de l’album The Fool. Cerise sur le gâteau, on a même eu le droit à des titres du prochain album !

Après les sets pleins d’enchantements de Junip et de Connan Mockasin, tout en douceur pour le dernier, le rappeur Danny Brown s’est fait un plaisir de réveiller la fosse avec un son entraînant plein de gros beats du genre bien gras, doublé d’un flow aussi véloce qu’efficace, histoire de chauffer l’ambiance pour le set suivant de Disclosure.

Les frères Lawrence, tête d’affiche de la journée, n’ont d’ailleurs pu faire autrement que littéralement incendié une salle déjà prête à prendre feu à la moindre étincelle. Il faut dire qu’avec leur premier album Settle, le duo anglo-saxon a égrainé en live toute leur collection de tubes, en ouvrant dans une logique imparable avec "When A Fire Starts To Burn". Et d’aggraver le cas de la fosse, agglomérat de figures épileptiques et extatiques, en embrayant à toute vitesse avec des titres comme, "You & Me", "White Noise" et "Confess To Me" qui conduisirent le public dans un état proche de la transe religieuse. La folie des corps s’agitant en tous sens dépassaient allègrement n’importe quelle cérémonie liturgique des "Shakers".

Jour III : samedi 2 novembre

A l’orée du troisième jour, les attentes étaient déjà comblées et il paraîssait franchement difficile de porter l’euphorie à un niveau supérieur. Et pourtant, les décibels ont crevé le plafond lors de concerts totalement déjantés qui eurent lieu le samedi soir.

Entrée en matière en douceur avec une Empress Of, très largement diffusée sur la blogosphère et donc très attendue. Mais aussi avec un Majical Cloudz vocalement au mieux de sa forme, qui a exécuté l’album Impersonator à cœur ouvert.

Sky Ferreira, quant à elle, débarqua sur la scène en lunettes noires assorties d’une perruque de même couleur. Le temps de chauffer sa voix lors d’un premier titre décevant (et de retirer les artifices qui grimaient sa frimousse mutine) et la belle s’est lancée dans un show à la hauteur des attentes qu’elle sait susciter chez les audiophiles, comme le prouvait l’accueil du public face aux titres "You’re Not The One" et "Everything Is Embarassing".

Baths poussait de leur côté l’expérimentation sonore à la façon d’une rencontre impromptue entre Trent Reznor et Girls et captivait la Grande Halle avec un jeu oscillant entre la folie et la passion. Omar Souleyman, en lunettes noires, keffieh et galabeya (sorte de djelabba) exploitait à fond les clichés qui, en d’autres endroits, pourraient faire naître une galerie de sourires, mais qui lui valurent ce soir-là, une foule hyper réceptive, avide de bouger ses pieds sur des beats arabisants.

Et si Yo La Tengo émouvait les fans de rock indie, leur set s’attardait facilement sur les territoires du psyché, là où ils rencontrèrent Panda Bear. Celui-ci reprit le flambeau pour l’abandonner dans un raz-de-marée musical inattendu dans lequel les genres furent broyés, digérés et restitués dans un ensemble proprement hallucinant et indéfinissable.

Somme toute, une entrée en matière en puissance pour la fameuse bande d’hurluberlus qui compose Hot Chip. Avec un set aussi spectaculaire que fiévreux, ceux-ci inaugurèrent véritablement une nuit de délire intense. Il faut dire que leurs titres électro/disco, retravaillés pour le live, prenaient une dimension festive, impressionnante de bonne humeur et d’énergie.

Et alors que Glass Candy s’apprêtait à prendre les commandes du festival, c’est avec surprise et joie que les fans venus s’amasser devant la scène quelques dizaines de minutes avant le show, reçurent des 33 tours collector de la compile After Dark 2, distribuée de la main même de Johnny Jewel ! Le concert, quant à lui, fut grandiose. La setlist parfaite n’oublia aucun des titres phares du duo, depuis les titres issus de BeatBox jusqu’à ceux tirés des diverses compiles du label Italians Do It Better. Des sons qui firent tous, sans exception, bouger la masse compacte d’un public venu en nombre et Ida de récompenser la fosse avec des bains de foules offerts avec prodigalité.

Et alors qu’on aurait pu penser que la soirée prenait sagement fin, Todd Terje s’est attribué toute l’intention du public avec un mix de longue haleine qui propulsa même les plus récalcitrants sur leurs pieds. En fait, passé 3h du matin, l’euphorie était devenue une entité palpable s’accrochant à presque tous les corps, se matérialisant dans la sueur qui perlait sur les visages de ceux qui dansaient frénétiquement ! Pire encore, A-Track, à l’aide de son mix moitié bon enfant, moitié œuvre du "démon-anti-indie-hipster" a non seulement éclairci les rangs (les débarrassant de ceux qui jugèrent trop hâtivement sa musique), mais fourni aussi une arène dans laquelle les plus irréductibles purent danser tout leur saoul, jusqu’au petit matin.

Cette édition 2013 du festival de Pitchfork s’est avérée aussi impressionnante que variée, avec des artistes qui jouèrent le jeu à fond pour un public réceptif et demandeur. Et si les observateurs remarquèrent une fréquentation sensiblement plus faible que l’année précédente, le média américain pourra toujours se vanter d’avoir pu aligner des artistes comme The Knife, Yo La Tengo ou Hot Chip sur la même affiche, étant entendu qu’un seul de ces noms justifieraient à eux seul le déplacement des foules !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Cupid Deluxe de Blood Orange
La chronique de l'album Freetown Sound de Blood Orange
La chronique de l'album Blood Orange Sirup de Teleferik
Savages parmi une sélection de singles (juillet 2012)
La chronique de l'album Silence Yourself de Savages
La chronique de l'album Adore Life de Savages
Savages en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)
Savages en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Savages en concert au Festival La Route du Rock #25 (dimanche 16 août 2015)
Savages en concert au Festival La Route du Rock #26 (dimanche 14 août 2016)
La chronique de l'album Shaken-Up Versions de The Knife
Jagwar Ma en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Jagwar Ma en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Jagwar Ma en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - Dimanche 9 juillet
La chronique de l'album Warpaint de Black Crowes
Warpaint en concert au Grand Mix (19 mai 2010)
Warpaint en concert au Festival Rock en Seine 2014 (Dimanche 23 août 2014)
Junip en concert au Grand Mix (vendredi 1er octobre 2010)
Junip en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
La chronique de l'album Forever Dolphin Love de Connan Mockasin
Connan Mockasin parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Connan Mockasin en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Connan Mockasin en concert à L'Aéronef (mardi 11 octobre 2011)
Connan Mockasin en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Disclosure en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Disclosure en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
Disclosure en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Disclosure en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
Disclosure en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
La chronique de l'album Me de Empress Of
La chronique de l'album Night Time, My Time de Sky Ferreira
La chronique de l'album Summer Sun de Yo la Tengo
La chronique de l'album I'm not afraid of you and I will beat your ass de Yo La Tengo
La chronique de l'album Fade de Yo La Tengo
Yo La Tengo en concert au Festival de Dour 2003
Yo La Tengo en concert au Nouveau Casino (12 juillet 2003)
Yo La Tengo en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
Yo La Tengo en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Yo La Tengo en concert au Bataclan (lundi 30 novembre 2009)
La conférence de presse de Yo La Tengo (12 août 2005)
La chronique de l'album Panda Bear Meets The Grim Reaper de Panda Bear
La chronique de l'album The warning de Hot Chip
La chronique de l'album One life stand de Hot Chip
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Hot Chip en concert au Festival International Benicàssim 2008
Hot Chip en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Hot Chip en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Hot Chip en concert au Festival International de Benicàssim #16 (vendredi 16 juillet 2010)
Hot Chip en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Vendredi 16

En savoir plus :
Le site officiel du Pitchfork Music Festival Paris
Le Facebook du Pitchfork Music Festival Paris


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=