Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Dernier des Injustes
Claude Lanzmann  (novembre 2013) 

Réalisé par Claude Lanzmann. France/Autriche. Documentaire. 3h38 (Sortie 13 novembre 2013).

Quand on fera le bilan de l'oeuvre cinématographique de Claude Lanzmann, on considèrera sans doute "Le Dernier des Injustes" comme un complément à"Shoah". Un complément et aussi un correctif.

Après avoir tracé le chemin du sang des innocents, ne pas en avoir dévié jusqu'à la nausée de l'obsession, avoir fourni la pierre angulaire pour que ce qui s'est passé sous l'ère nazie soit inscrit à jamais dans l'airain des horreurs humaines, Claude Lanzmann, apaisé, presque avec douceur et sérénité, revient sur le sujet avec celui qu'il appelle, avec une ironie affectueuse, "Le Dernier des Injustes", en référence au Goncourt d'André Schwartz-Bart, "Le Dernier des Justes".

Benjamin Murmelstein, rabbin viennois devenu le dernier "Président du Conseil juif du ghetto de Theresienstadt" est cet injuste que Claude Lanzmann a interrogé pendant plusieurs semaines en 1975.

Historiquement, c'est même par ces entretiens qu'il a entrepris la genèse de "Shoah". Mais, et l'on ne peut pas contester son point de vue, Lanzmann s'est vite rendu compte que ce témoignage ne cadrait pas avec une plongée directe au cœur du système concentrationnaire, qu'il y introduisait une diversion sur laquelle ses contempteurs pourraient s'appuyer pour réfuter l'ensemble.

Presque quarante ans après sa rencontre avec Benjamin Murmelstein, et sans doute au terme ultime de son long combat avec les ombres du mal, Lanzmann a voulu y revenir, conscient qu'il était temps de répondre une fois de plus par l'image plutôt que par la plume aux reproches de monolithisme qu'on lui faisait. Car parler de Murmelstein a senti le soufre et le sent toujours.

Ce n'est pas sans raison si celui qui, dès 1938, avait été l'interlocuteur d'Eichmann à Vienne n'a jamais mis un pied en Israël, là où certains voulaient lui faire subir le sort de son soi-disant protecteur nazi. Que pouvait-on donc reprocher à un rabbin prisonnier des nazis dans le ghetto de Theresienstadt, en ex-Tchécoslovaquie ?

Lanzmann retourne sur les lieux, découvre ce qu'il reste des quartiers, des rues, des bâtiments où avaient été "installés" les Juifs dans ce "ghetto-vitrine" où les nazis organisaient des visites de la Croix-Rouge, dans ce "ghetto doré" où l'on tourna même un film de propagande pour montrer ce que les nazis appelaient avec leur cynisme coutumier "un paradis juif" dans lequel on retrouvait des musiciens et des artistes qui, paraissaient s'épanouir dans le meilleur des mondes...

Ce pseudo-paradis - dont Lanzmann filme les lieux où l'on suppliciait pour les plus futiles raisons - servait en vérité de lieu de transit pour les camps de la mort. Alors, même si Benjamin Murmelstein était le "Président" choisi par les nazis de ce fantoche "État juif" après qu'ils ont liquidé d'une balle dans la tête ses deux prédécesseurs, son pouvoir dérisoire n'impliquait pas qu'il était un collaborateur des nazis. Tout au contraire, Murmelstein, interrogé sans complaisance par Lanzmann, explique son parcours et notamment sa relation inouïe avec Eichmann.

Celui qu'Hannah Arendt transforma en criminel de bureau,, au vu de son procès, était selon Murmelstein un nazi qui comptait, un idéologue avec qui il a entretenu sept ans d'une relation dont le récit circonstancié ruine la fameuse théorie de "la banalité du mal".

Sept ans pendant lesquels Murmelstein a pu arracher à son "interlocuteur » la vie de milliers d'hommes et de femmes promis à une mort certaine.

Bien entendu, Claude Lanzmann reste fidèle à une méthode qui préfère conduire jusqu'au bout 'un témoignage, le pousser jusqu'à l'interrogatoire, plutôt que d'aller interroger ceux qui mettent en doute cette parole. On ne saura donc pas précisément pourquoi certains rescapés de Theresienstadt auraient souhaité qu'on le pende après guerre.

Reste que ces trois heures quarante passionnantes, en compagnie d'un homme qui a sauvé sa peau et celle de beaucoup des siens alors qu'il aurait pu "profiter" de ses liens supposés avec Eichmann pour émigrer lui-même, prolongent "Shoah" sans faire tomber sur l'oeuvre majeure de Lanzmann une once d'ambiguité, mais plutôt en lui ajoutant une utile complexité.

"Le Dernier des Injustes" de Claude Lanzmann n'est pas seulement un document hors pair, un témoignage majeur, c'est aussi, par sa forme, un grand film, peut-être l'un des plus marquant de 2013.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=