Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les morts qui touchent
Nest Théâtre  (Thionville)  novembre 2013

Comédie dramatique de Alexandre Koutchevsky, mise en scène de Jean Boillot, avec Francis Albiero, Arlette Bonnard, Géraldine Keller, David Maisse, Stéphanie Schwartzbrod et les musiciens Antony Millet, Bachar Khalife et Vassilena Serafimova.

Dans le chaleureux théâtre en bois du NEST (pour Nord ESt Théâtre) qu’il dirige depuis 2010, Jean Boillot crée "Les morts qui touchent", un spectacle musical atypique où il a fait appel au compositeur argentin Martin Matalon pour donner un contrepoint musical au texte d’Alexandre Koutchevsky.

Celui-ci, auteur-aviateur, nous raconte en cinq parties l’histoire d’une femme atteinte d’un cancer qui peu à peu se retire du monde, refusant d’être vue dans ses derniers jours. A sa mort, sa fille effectuera un voyage dans ses souvenirs et sur ses traces pour la voir une dernière fois et accomplir son travail de deuil.

Sur scène, dans la superbe scénographie de Laurence Villerot, à la fois légère et astucieuse, les comédiens, la chanteuse et les musiciens évoluent de concert avec une belle unité. La concentration des uns et l’application des autres ménageant une tension haletante.

La mise en scène fine et sensible de Jean Boillot mélange telle la cuisine d’un grand chef les ingrédients (texte, musique, sons) pour un résultat le plus fluide possible. Et c’est cette retenue, cette attention de tous les instants dans ce travail, créant des images instantanées ou vivaces, qui nous parle intimement et touche au cœur.

Ainsi l’on pourra rencontrer au cours de ce récit, d’autres morts connus ou inconnus comme ce jeune burkinabé, Cristobal Kendo, qui part de Ouagadougou dans la trappe du train d’atterrissage d’un Boeing 747 et tombera dans la forêt de Rambouillet. Il y a aussi la tombe de Vladimir Jankélévitch qui converse avec ses voisins. Le texte poétique et très cinématographique d’Alexandre Koutchevsky multiplie les points de vues, les focales et met en perspective les destins de morts, qu’ils soient célèbres comme Jankélévitch, ou inconnus comme Cristobal Kendo.

Dans "Les morts qui touchent", on parle en Temps universel (TU) et une couverture de survie vole comme le fantôme de celui qu’elle recouvrait dans les airs… Alors reviennent des souvenirs, des sensations et des images fugaces. On entend le bruissement du vent dans les arbres, des plaintes au lointain. Le parcours de vies et ce qu’elles deviennent dans la terre. Tout est fait sans pathos, avec une permanente légèreté.

Les musiciens du trio K/D/M jouent en direct, accordéon et percussions, prolongés par les sons électroniques de Stéphane Faerber qui donnent à l’ensemble une ambiance irréelle.

Antony Millet égrène des notes facétieuses à l’accordéon tandis que les percussionnistes, Vassilena Serafimova et Bachar Khalife passent avec virtuosité d’un instrument à un autre (vibraphone, marimba, galets…), soutenant en permanence le fragile équilibre. Et les lumières de Perceval Sanchez (à qui on doit une sublime course de nuages) contribuent aussi à créer ce cocon d’où l’on a la sensation d’être entouré d’âmes bienveillantes.

Pour faire entendre le texte, Francis Albiero et David Maisse forment un duo à la fois tendre et espiègle, la grande Arlette Bonnnard (la mère) nous étreint le cœur avec un jeu d’une grande simplicité qui s’avère d’une puissance immense, tandis que Stéphanie Schwartzbrod (la fille) percute et émeut infiniment dans son parcours de mémoire. Tout autour, comme un esprit ou un ange, la chanteuse Géraldine Keller à la voix envoûtante accompagne les morts et les vivants, les faisant tantôt parler, gémir ou crier.

"Les morts qui touchent" est une œuvre sensible et douce qui pose sur la mort un regard d’explorateur à la fois naïf et lucide. A la fin, il ne reste rien ou presque… Des souvenirs dans le vent. Et dans la terre, quelques petites fleurs, des pensées…

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=