Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wajma, une fiancée afghane
Barmak Akram     (novembre 2013) 

Réalisé par Barmak Akram. Afghanistan/France. Drame. 1h26 (Sortie 27 novembre 2013). Avec Wajma Bahar, Mustafa Abdulsatar, Haji Gul Aser et Breshna Bahar.

Histoire simple dans un pays pas simple, "Wajma, une fiancée afghane" de Barmak Akram a d'emblée une qualité majeure : il n'abuse pas de la situation afghane.

Si l'on découvre Kaboul filmé pendant des courses en taxi, on n'y voit pas une ville surchargée par les références à la guerre.

Si le père de Wajma surjoue soudain les intégristes, et que son fiancé par lâcheté devant sa grossesse imprévue entonne le refrain de la femme impure qu'il ne peut plus épouser, on retrouve là des comportements masculins conservateurs, obtus, machistes, qu'on pourrait retrouver dans n'importe quelle société archaïque où le mâle a peur de perdre la face s'il ne fait pas appliquer avec rigueur les codes moraux et sociaux.

C'est pour cela que "Wajma, une fiancée afghane" multiplie les correspondances avec le cinéma de Pagnol. Cette fille "perdue", enfermée dans un cagibi par un père jadis aimant et maintenant prêt à la faire mourir de froid et de faim, elle n'est pas sans rappeler "Angèle".

Sauf que le responsable de son "déshonneur" n'est pas un berger de passage mais un jeune homme moderne comme elle, qui, quelque temps avant la révélation de la grossesse de son amie, pouvait correspondre avec elle avec un portable.

Drame situé dans une famille aisée, que l'on qualifierait avec des guillemets occidentaux de bourgeoise, "Wajma, une fiancée afghane" permet de découvrir au gré de son déroulement beaucoup d'éléments de la vie afghane. Et la surprise, derrière le cas décrit, c'est d'abord d'admettre qu'il y a une vie à Kaboul, que chacun peut y tenir un rôle social identifiable.

Du fiancé qui travaille dans un restaurant avec son frère, au père qui supervise une équipe de démineurs, de la mère qui tient la maison, s'oppose aux excès de son mari et cherche à sauver sa fille de sa vindicte, et surtout à lui éviter le sort peu enviable réservée aux filles impures, tous les personnages ont des petits arrangements avec l'ordre islamiste fluctuant qui règne dans le Kaboul occupé par le régime pro-occidental.

Jamais dénué de charme, évitant de sombrer dans le mélo et distillant des moments assez drôles, le film de Barmak Akram, à l'aise dans sa description d'une société plus contradictoire qu'on ne s'y attendait, assume tranquillement sa transgression finale.

On appréciera particulièrement le jeu des acteurs qui ne sont pas sans rappeler leurs homologues iraniens. Les jeunes quittent sans problème le marivaudage adolescent pour accéder à leurs corps et cœurs défendant à la gravité adulte pendant que Haji Gul Aser, qui joue le père de Wajma, sait éviter le monolithisme de son personnage sectaire et que Breshna Bahar est une mère courage d'une dignité grecque à la Irène Papas.

"Wajma, une fiancée afghane" de Barmak Akram pourrait n'être qu'un film adapté aux goûts et au credo des occidentaux, tourné avec des techniciens français et utilisant par exemple des musiques de Mathieu Chedid. Il ne peut encourir ce reproche : à la fois local et universel, ce n'est pas un film hors sol mais une œuvre forte, belle et riche du regard d'un vrai cinéaste.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=