Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yerma
Théâtre de l'Ouest Parisien  (Boulogne-Billancourt)  novembre 2013

Comédie dramatique de Federico Garcia Lorca, mise en scène de Daniel San Pedro, avec Hélène Alexandridis, Aymeline Alix, Audrey Bonnet, Yaël Elhadad, Stéphane Facco, Juliette léger, Daniel San Pedro et Claire Wauthon.

A la campagne, Yerma mariée à Jean attend désespérément que vienne l’enfant dont elle ne cesse de rêver.

Ecrite en 1934 entre "Noces de sang" et "La Maison de Bernarda Alba", "Yerma" est au cœur de la trilogie de Federico Garcia Lorca. Comme dans les deux autres pièces du dramaturge et poète espagnol, on y retrouve un certain symbolisme pour traiter de thèmes lourds et ancrés dans la ruralité andalouse.

Pièce la plus populaire de Lorca en Espagne, "Yerma" n’est pas la plus connue ni la plus montée en France. Il faut dire que ce drame autour de l’enfantement et de la vie rurale n’est pas évident à mettre en scène. Daniel San Pedro qu’on avait pu applaudir en Frontin lors de la précédente création de la compagnie, le sublime "L’Epreuve" la saison dernière, relève le challenge très haut la main.

Il faut dire que le metteur en scène, formé au Conservatoire de Madrid, est bien placé pour défendre ce texte aussi sombre que magnifique. Pour cette adaptation, il a choisi de rattacher la ferme de Jean et Yerma au travail de la laine et d’en faire des éleveurs ovins. De plus, il sort la pièce des années 30 pour lui donner une dimension plus universelle. Des choix cohérents qui fonctionnent parfaitement et donnent à cette version une âpreté et une authenticité impressionnantes.

La large bâtisse (formidable scénographie de Karin Serres) dont les épaisses portes de bois se ferment comme pour s’isoler des regards et de la pression des villageois décrite par l’auteur espagnol et que Daniel San Pedro retranscrit à merveille mais laissent voir derrière l’encadrement plusieurs plans voulus par le metteur en scène qui créent à eux seuls une atmosphère propice aux secrets.

Les images projetées sur la façade (de Nikolas Chasser-Skilbeck) nous imprègnent de la campagne andalouse et de cette terre qui s’assèche comme s’assèche la pauvre Yerma.

Pour incarner cette femme, il fallait une comédienne d’exception et c’est Audrey Bonnet que l’on retrouve ici (après avoir été une inoubliable Angélique chez Marivaux et porté avec fougue le texte de Pascal Rambert "Clôture de l’amour"). Rares sont les comédiennes qui possèdent cette puissance de jeu autant dans l’intériorité que dans l’explosion. Autant dire que pour ce rôle qui réclame les deux, elle est parfaite.

Mais toute la troupe est à la hauteur de sa prestation et c’est un bonheur de les découvrir ou les redécouvrir tous. Daniel San Pedro est Jean avec une sobriété bien venue. Le couple qu’il forme avec Audrey Bonnet est captivant. L’autre homme de la pièce, c’est Victor, l’ami d’enfance et qui fera ce que Yerma n’arrive pas à faire : quitter cet endroit où elle se tarit. Stéphane Facco est impeccable.

Chez les femmes, on est subjugué par la profondeur de jeu de Claire Wauthion et Hélène Alexandridis qui sont remarquables l’une et l’autre en femmes andalouses entourées d’un épais mystère et du poids des traditions. Yaël Elhadad et Juliette Léger sont très convaincantes elles aussi mais la grande révélation de ce spectacle c’est Aymeline Alix qui montre une présence et une force d’évocation inouïes.

Ponctuée de chants, l’adaptation de Daniel San Pedro séduit par toute l’atmosphère envoûtante et d’une violence contenue qu’elle distille autour du drame de cette femme meurtrie.

Cette version de "Yerma" proposée par la Compagnie des Petits Champs (avec la collaboration artistique de Clément Hervieu-Léger), portait d’une femme dans le monde agricole confrontée aux mentalités et à elle-même est un vrai petit bijou porté par une comédienne tout simplement époustouflante, une distribution brillante et une mise en scène flamboyante. Félicitations !

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=