Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yerma
Théâtre de l'Ouest Parisien  (Boulogne-Billancourt)  novembre 2013

Comédie dramatique de Federico Garcia Lorca, mise en scène de Daniel San Pedro, avec Hélène Alexandridis, Aymeline Alix, Audrey Bonnet, Yaël Elhadad, Stéphane Facco, Juliette léger, Daniel San Pedro et Claire Wauthon.

A la campagne, Yerma mariée à Jean attend désespérément que vienne l’enfant dont elle ne cesse de rêver.

Ecrite en 1934 entre "Noces de sang" et "La Maison de Bernarda Alba", "Yerma" est au cœur de la trilogie de Federico Garcia Lorca. Comme dans les deux autres pièces du dramaturge et poète espagnol, on y retrouve un certain symbolisme pour traiter de thèmes lourds et ancrés dans la ruralité andalouse.

Pièce la plus populaire de Lorca en Espagne, "Yerma" n’est pas la plus connue ni la plus montée en France. Il faut dire que ce drame autour de l’enfantement et de la vie rurale n’est pas évident à mettre en scène. Daniel San Pedro qu’on avait pu applaudir en Frontin lors de la précédente création de la compagnie, le sublime "L’Epreuve" la saison dernière, relève le challenge très haut la main.

Il faut dire que le metteur en scène, formé au Conservatoire de Madrid, est bien placé pour défendre ce texte aussi sombre que magnifique. Pour cette adaptation, il a choisi de rattacher la ferme de Jean et Yerma au travail de la laine et d’en faire des éleveurs ovins. De plus, il sort la pièce des années 30 pour lui donner une dimension plus universelle. Des choix cohérents qui fonctionnent parfaitement et donnent à cette version une âpreté et une authenticité impressionnantes.

La large bâtisse (formidable scénographie de Karin Serres) dont les épaisses portes de bois se ferment comme pour s’isoler des regards et de la pression des villageois décrite par l’auteur espagnol et que Daniel San Pedro retranscrit à merveille mais laissent voir derrière l’encadrement plusieurs plans voulus par le metteur en scène qui créent à eux seuls une atmosphère propice aux secrets.

Les images projetées sur la façade (de Nikolas Chasser-Skilbeck) nous imprègnent de la campagne andalouse et de cette terre qui s’assèche comme s’assèche la pauvre Yerma.

Pour incarner cette femme, il fallait une comédienne d’exception et c’est Audrey Bonnet que l’on retrouve ici (après avoir été une inoubliable Angélique chez Marivaux et porté avec fougue le texte de Pascal Rambert "Clôture de l’amour"). Rares sont les comédiennes qui possèdent cette puissance de jeu autant dans l’intériorité que dans l’explosion. Autant dire que pour ce rôle qui réclame les deux, elle est parfaite.

Mais toute la troupe est à la hauteur de sa prestation et c’est un bonheur de les découvrir ou les redécouvrir tous. Daniel San Pedro est Jean avec une sobriété bien venue. Le couple qu’il forme avec Audrey Bonnet est captivant. L’autre homme de la pièce, c’est Victor, l’ami d’enfance et qui fera ce que Yerma n’arrive pas à faire : quitter cet endroit où elle se tarit. Stéphane Facco est impeccable.

Chez les femmes, on est subjugué par la profondeur de jeu de Claire Wauthion et Hélène Alexandridis qui sont remarquables l’une et l’autre en femmes andalouses entourées d’un épais mystère et du poids des traditions. Yaël Elhadad et Juliette Léger sont très convaincantes elles aussi mais la grande révélation de ce spectacle c’est Aymeline Alix qui montre une présence et une force d’évocation inouïes.

Ponctuée de chants, l’adaptation de Daniel San Pedro séduit par toute l’atmosphère envoûtante et d’une violence contenue qu’elle distille autour du drame de cette femme meurtrie.

Cette version de "Yerma" proposée par la Compagnie des Petits Champs (avec la collaboration artistique de Clément Hervieu-Léger), portait d’une femme dans le monde agricole confrontée aux mentalités et à elle-même est un vrai petit bijou porté par une comédienne tout simplement époustouflante, une distribution brillante et une mise en scène flamboyante. Félicitations !

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=