Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 2 automnes, 3 hivers
Sébastien Betbeder    (décembre 2013) 

Réalisé par Sébastien Betbeder. France. Comédie. 1h31. (Sortie 25 décembre 2013). Avec Vincent Macaigne, Maud Wyler, Bastien Bouillon et Audrey Bastien.

Dès que Vincent Macaigne pointe sa barbe et ses cheveux filasse dans un film du jeune cinéma français, on est sûr que celui-ci fera parler de lui.

On se souvient ici de "La Bataille de Solférino", d’"Un monde sans femmes" et l’on rangera "2 automnes, 3 hivers" dans la même catégorie : celle des films français habiles, prometteurs et pour lesquels on est toujours peut-être trop indulgents, vu l’indigence de la production qui a d’ordinaire pignon sur écran.

Dans son film, Sébastien Betbeder réussit particulièrement la rencontre d’Arman (Vincent Macaigne) et d’Amélie (Maud Wyler). Pendant toute la première partie, soit face caméra soit en voix off, les héros racontent à leur façon le récit du début de leur vie commune. Le résultat est une franche réussite. Ces "presque bobos" sont criants de vérité. Betbeder les suit joggant aux Buttes-Chaumont, empruntant à vélo des rues du Nord de Paris, parlant dans des bars ou des restos qui seront fermés quand il tournera son prochain film.

Toujours dans la vérité sociologique, Betbeder réussit aussi le couple d’amis formés par Arman et Benjamin (Bastien Bouillon). Toujours dans cette logique de vérité, il emporte dans la seconde partie de son film ses personnages hors Paris, direction la montagne d’où est originaire le dernier membre du quatuor, Katia (Audrey Bastien), et qui a pour fonction de révéler la fragilité de la relation d’Arman et d’Amélie nourrie plus par le brouhaha de Paris que par leur blabla amoureux.

C’est là, sans doute, la légère faiblesse du film : pendant cette "vacance", Betbeder se retrouve sans possibilité de hasard, de péripéties. Le voilà dépourvu face aux aventures banales de deux petits couples de la classe moyenne…

Heureusement, après cet épisode neigeux, le cinéaste remonte la pente et son film oblige à employer, in fine, la formule totalement éculée de "comédie douce-amère".

Quand on repense à "2 automnes, 3 hivers" de Sébastien Betbeder, on se surprend à avoir envie de corriger son propos de départ. Sans doute trompé par la présence d’un Macaigne, au mieux de sa forme macaignienne, on l’a estampillé comme un prototype standard du néo-cinéma français, alors qu’il se déroule plutôt comme une comédie indépendante américaine, genre "(500) jours ensemble" de Marc Webb, genre "Funny People" de Judd Apatow.

C’est un cinéma d’impression, pas très bavard malgré les voix-off et qui se découvre plus musical qu’il n’y paraît en utilisant avec justesse la bande originale de Bertrand Betsch.

Il est possible que "2 automnes, 3 hivers" de Sébastien Betbeder ne soit pas, comme on l’a d’abord pensé, un petit film d’époque, mais, au contraire, appartienne à cette minorité de films qui a besoin de la patine du temps pour occuper sa vraie place, minusculaire soit-elle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=