Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thomas Fersen - Yvan Marc
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 12 décembre 2013

Rien sur scène. Juste le noir. - Il n'a pas de prénom ? - Si… deux. Yvan Marc.

Il est seul. Il entre. Puis ils sont quatre. Ça bosse en bande, ça produit. C’est un besogneux Yvan Marc, un maraîcher de couplets bien mûrs, un laboureur de chants, un travailleur aux grands airs. Avec son GAEC banjo, percu, guitares, il s’associe à Carotte prod - pour une production locale hors du cumin - et directement aux consommateurs, sa belle cerise se retrouve vendue dans les paniers culturels de l’association InOuïe Distribution. Antoine et Johnny peuvent aller se faire tondre. Pas de cheveux, circuit court. Les locavores sont heureux.

"C’est la cerise sur le dos de ceux qui se tuent au boulot, pas de repos pour les petits, c’est ainsi."

Si La Cerise est sa récolte de l’année, n’oublions pas La grève et A bout de bras, ses albums précédents, ses collaborations, avec Mickey - 3D - Furnon entre autres et de la scène depuis 15 ans. Ainsi avec Yvan Marc, la soirée est lancée. Les titres s’enchaînent et c’est plaisant. Yvan Marc, c’est une écriture pas dégueulasse, qui s’amuse de sonorités dans les jeux de mots. Son phrasé reconnaissable donne du caractère au chant. Les mélodies rock terroir, si elles ne resteront pas au panthéon des aubades immortelles, n’en sont pas pour autant fastidieuses et servent le lien au texte et à l’interprétation. Les entre chansons fonctionnent, le public, bon public accroche.

Le spectacle se déroule sans anicroche ni coup d’éclat, on passe un bon moment et c’est déjà ça. Certes, c’est un peu laborieux parfois, les ficelles sont un peu grosses quelquefois, mais ça fonctionne ! Il n’y a pas tromperie sur la marchandise. A défaut de mettre tout le monde d’accord en imposant un univers scénique indiscutable, Yvan Marc, à la force du poignet, va chercher son public. Celui-ci se laisse prendre, et s’en égaie ! Que demande le peuple ? Au final, une belle prouesse pour une belle première partie de soirée.

Ne nous y trompons pas, Yvan Marc ferait tout aussi bien une belle tête d’affiche. Ses talents cités éclateraient comme autant d’évidences et les faiblesses resteraient bien facilement dans l’ombre. Oui mais voilà, nous avons beau nous vautrer dans l’utilisation outrancière du présent de l’indicatif, les instants chroniqués le sont a posteriori, une fois la soirée passée… et la soirée de ce jour se conclut par une seconde partie, de celle qui fausse les boussoles, font perdre le Nord et efface tous les repères.

Son aura le précède, il la suit à quatre pieds, les mains chaussées de mocassins qu’il abandonnera sur scène, pour s’accrocher à son pied de micro comme à une contrebasse, penché en avant, nonchalamment victime de la gravité et, sans un mot prononcé, dans une simplicité toute maîtrisée, il chante, paupières à demi-closes, Thomas Fersen chante et met tout le monde d’accord.

Bien sûr techniquement la prestation est parfaite. Comme toujours le son est remarquable, chaque note se détache, trouve sa place dans l’harmonie et la voix se pose. Au-dessus, intelligible, cette voix au grain symptomatique, pas forcée mais comme sculptée par les années qui assèchent, les manques qui étranglent et les excès qui affaissent, cette voix, entoure chaque spectateur et lui murmure à l’oreille son concert, son Thomas Fersen.

Chacun est venu voir son Thomas Fersen. Combien y en a-t-il ? Autant que d’albums, autant que de tournées, que de chansons préférées, que de souvenirs de concerts… autant que de spectateurs. Alors le tour de force est de réconcilier ces Fersen. L’expérience parle. Portés par le complice de toujours à la guitare, Pierre Sangra, et s’appuyant sur l’esprit du dernier album, les arrangements de cette tournée font le lien entre les nouveaux morceaux qui ouvrent et referment le set et les titres phares de la carrière déjà conséquente du monsieur. "Louise" croise "La Chauve-souris", "Hyacinthe", "Pégase", "Zaza", "Le Balafré" et les tubes de Pièce montée des grands jours

Mais bien au-delà de la balade au sein de l’œuvre, la grande communion fonctionne grâce à la formule proposée. Par un savant dosage de rapprochement avec le public et de distance alternée, Thomas Fersen aime posséder et se faire désirer. Quitte à saluer et vider la scène au bout d’une heure de spectacle.

Bien sûr tout le monde s’attend à un rappel, mais pas forcément à trois, puis quatre puis… bref au final, personne n’aurait parié sur ce spectacle de deux heures et quart, spectacle au rythme maîtrisé de bout en bout, dans ses respirations comme dans ses pointes les plus énergiques. Chaque retour sur scène est une nouvelle proposition. Solo piano voix. Duo avec Pierre Sangra. Six musiciens en fanfare… et Fersen, pluriel. Nonchalant, vacillant, bovin, dansant, vintage, charmeur, torrentueux, énigmatique, juste, drôle, inébranlable… C’est un roc.

Bien sûr techniquement la prestation est parfaite, mais l’intérêt réside ailleurs et la réussite ne tient pas à cela, loin s’en faut. L’intérêt de voir, revoir et revoir encore ces artistes à la carrière déjà longue est de sentir, tournée après tournée, s’exprimer l’œuvre, dans son naturel le plus brut.

Evidemment, il faut se nourrir de nouveautés, chercher les découvertes, promouvoir la scène émergente, mais comme une expérience à suivre dans la durée, il faut aussi regarder ces bêtes de scène évoluer. De date en date, l’univers Fersen prend le dessus. Pas de décor pharaonique, pas de costumes fabuleux, mais le monde de Fersen qui vous tombe sur le coin de la gueule au premier morceau et dont vous vous libérez au plus tôt à l’extérieur de la salle, plus tard dans la nuit.

Thomas Fersen ne transige pas, ne gère pas son show en bon technicien de la scène, mais crée son univers, de mots, de lumières et de notes, démiurge sur les planches. Tout est naturel mais rien n’est laissé au hasard. Un sourire, une poésie et un pas de danse et son monde est convoqué en grande pompe.

En grandes pompes, du quarante et un dans de l’anguille. Une à chaque main. Noir sur scène.

Il a un prénom. Il s’est fait un nom. La classe !

"Écartez-vous la populace,
Regardez-donc qui c'est qui passe,
C'est Joe-la-Classe."

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gratte moi la puce, Best of de poche de Thomas Fersen
La chronique de l'album Je Suis Au Paradis de Thomas Fersen
La chronique de l'album Thomas Fersen & The Ginger Accident de Thomas Fersen
La chronique de l'album Un Coup de Queue de Vache de Thomas Fersen
Thomas Fersen en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
Thomas Fersen en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview de Thomas Fersen (mardi 13 décembre 2016)
La chronique de l'album Nos dimanches de Yvan Marc
Yvan Marc en concert au Fil (17 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Thomas Fersen
Le Facebook de Thomas Fersen
Le site officiel de Yvan Marc
Le Soundcloud de Yvan Marc
Le Myspace de Yvan Marc
Le Facebook de Yvan Marc

Crédits photos : Cyril Hortala & Laurence Rigaudon


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Thomas Fersen (13 décembre 2016)


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=