Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tel père, tel fils
 Kore-Eda Hirokazu    (décembre 2013) 

Réalisé par Kore-Eda Hirokazu. Japon. Drame. 2h01. (Sortie 25 décembre 2013). Avec Masaharu Fukuyama, Machiko Ono, Yoko Maki et Lily Franky.

C'est un film si simple qu'il en paraît banal. Si simple qu'il laisse un doute en y repensant : ces deux heures en compagnie de deux familles japonaises qui ne devaient pas se rencontrer traitent-elles avec justesse de l'étrangeté de cette rencontre ?

Ou bien passent-elles complètement à côté d'un sujet dramatique en le traitant avec une douceur presque déplacée ?

Kore-Eda Hirokazu est un cinéaste qui a choisi le chemin de l'évidence, mais qui, à l'inverse des vieux maîtres japonais qui s'occupaient aussi de la cellule familiale nipponne, ne se facilite pas la tâche en imposant un style, une écriture originale.

Ni Ozu, ni Naruse, il filme les événements sans chercher un point de vue immédiat. Sa forme est une absence de forme qui cache une tranquille habileté : par son apparent manque de rigueur, elle laisse croire que le récit va où il doit logiquement aller, comme si il n'y avait pas de réelle intervention d'un scénariste...

Dans cette échange d'enfants à la maternité par une infirmière indélicate, on est bien loin de l'outrance et de la caricature de "La vie est un longue fleuve tranquille". Pourtant, tout le postulat de départ est le même : par le jeu de cette méprise dramatique, une famille aisée doit cohabiter avec une famille fauchée. Sauf que Kore-Eda Hirokazu n'est pas Étienne Chatiliez et qu'il n'y a dans "Tel père, tel fils" aucune haine du peuple, aucun règlement de compte acidulé avec la classe bourgeoise.

D'un côté, il y a une famille qui incarne le Japon ultra-moderne, avec un père assoiffé de réussite et qui croit au pouvoir de l'argent, de l'autre, une famille qui tire à hue et à dia, avec un père qui n'a pour ambition que de rendre heureuse sa petite nichée.

La confrontation ne sera donc pas brutale, bien qu'elle soit douloureuse pour tout le monde, et le chemin à parcourir pour arriver à une solution viable et vivable sera forcément plus difficile pour celui qui croit au modèle japonais que pour celui qui en vit les limites.

Par petites touches, presque à l'insu du spectateur, le cinéaste étudie les deux milieux comme s'il menait une enquête sociologique. Rôle de la mère, rapport des parents et des enfants, place de la tradition, obédience aux injonctions sociales, tout y passe sans que l'on ait l'impression de recueillir les éléments pour juger, pour prendre parti dans ce qui est aussi un suspense : quelle est la solution idéale pour les deux enfants et est-ce qu'elle sera en définitive choisie ?

Sans rien dévoiler, on pourra dire que "Tel père, tel fils" de Kore-Eda Hirokazu est clairement un film post-Fukushima. À son image, le Japon, pour survivre, doit connaître un nouveau contrat social, où les classes dirigeantes doivent renoncer à leur impérium, comprendre que le peuple japonais aspire à autre chose qu'à un patriotisme d'entreprise. Il faut que la nature reprenne ses droits, que les cerfs-volants triomphent de l'apprentissage précoce et abrutissant du piano.

"Tel père, tel fils" de Kore-Eda Hirokazu est un film qui touchera aussi les cœurs et l'on soulignera le travail précis du réalisateur sur les enfants.

Toujours justes, très bien encadrés par des acteurs formidables, ils portent dans leurs regards face caméra toute une gamme de sentiments qu'on n'imaginait pas à la porté d'enfants jouant des enfants.

Certaines scènes où ils apparaissent sont littéralement inoubliables dans ce beau film qui est reparti de Cannes avec le prix du Jury, sans doute parce qu'il était trop modeste, trop subtil et pas assez tape-à-l'oeil pour obtenir la Palme d'Or.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=