Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Philomena
Stephen Frears    (janvier 2014) 

Réalisé par Stephen Frears. Grande-Bretagne/France/Etats-Unis. Drame. 1h38 (Sortie 8 janvier 2014). Avec Judi Dench, Steve Coogan, Sophie Kennedy Clark, Anna Maxwell Martin et Peter Hermann.

Ces dernières années, le cinéaste de "Prick up your ears", de "My Beautiful Laundrette" semblait en semi-retraite sur la question sociale, s'amusant à filmer sans perdre son talent des histoires sans beaucoup d'enjeux ("Tamara Drewe", "Lady Vegas") ou préférant la satire type "Guignols" au film politique ("The Queen").

Avec "Philomena", Stephen Frears a réveillé son regard et porté à l'écran une histoire forte qui met en cause la puissante église catholique irlandaise.

Tout au long de "Philomena", il va dénoncer les Tartuffe, les puissants, les conservateurs avec la fougue d'un jeune cinéaste qui a tourné son premier film en 1968.

Des politiciens britanniques à l'Église catholique, en passant par les "néo-cons" reaganiens ou bushiens, tous se donnent la main pour maintenir au gré des époques une société bloquée, dominée par une caste bien pensante absolument sans pitié pour les petits qu'elle tient sous sa coupe ou qu'elle manipule.

"Philomena" raconte l'histoire hélas vraie de ces filles mères irlandaises des années quarante et cinquante, "rééduquées" par des "bonnes" sœurs pour "expier leur péché de chair", et à qui, de surcroît, on a retiré leurs enfants pour les faire adopter par de riches américains, qui savaient alors être généreux avec l'Institution pourvoyeuse de bébés...

"Philomena" de Stephen Frears décrit une Irlande contemporaine de celle de "L'Homme tranquille" de John Ford. Elle en est la face sombre. La riante contrée fordienne, avec ces prêtres paillards et rubiconds, ses autochtones insouciants et compréhensifs, est bien loin de celle de Frears avec ses religieuses hystériques, calculatrices et très très peu charitables.

La force du film est de confronter un membre marginalisé de la nomenklatura, admirablement joué par Steve Coogan qui ressemble à un Jean Dujardin qui aurait eu du talent sans avoir un Oscar, au témoignage d'une de ces victimes du puritanisme mercantile de l'Église irlandaise.

Parfaite une fois de plus, Judi Dench est une vieille dame digne que le malheur n'a pas abattu et, divine surprise, quelqu'un qui a gardé la foi du charbonnier. On se doute que Frears se délecte de leur face-à-face à la fois "physique" et "métaphysique".

L'athée qui pense bien, c'est-à-dire contre l'injustice faite à cette femme, se heurte au pardon chrétien de cette victime pour ses bourreaux. Il est en plein doute : maintenant que ce patricien connaît et estime Philomena, il sait qu'elle n'est pas bête, qu'elle n'aime pas son bourreau... mais qu'elle a une grandeur d'âme que cet intellectuel pur produit d' "Oxbridge" ne supposait pas aux "gens de peu"...

Ce qui aurait pu n'être qu'une dénonciation manichéenne devient peu à peu une réflexion sur la complexité du monde. Mené sous une forme d'enquête, où l'on peut flâner autant que s'énerver, "Philomena" de Stephen Frears nécessitera un bon paquet de kleenex.

Habile, élégant, filmé par un sacré bon cinéaste, "Philomena" est une œuvre humaniste que l'on n'oubliera pas.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=