Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lovelace
Rob Epstein et Jeffrey Friedman  (janvier 2014) 

Réalisé par Rob Epstein et Jeffrey Friedman. Etats-Unis. Biopic. 1h33 (Sortie 8 janvier 2014). Avec Amanda Seyfried, Peter Sarsgaard, Sharon Stone, James Franco, Juno Temple et Chloé Sevigny.

Voilà un "biopic" pas banal. Consacrer 93 minutes à une "actrice" porno qui n'a tourné en fait qu'un film X, et qui reste dans l'histoire du genre et l'histoire tout court pour une figure de style buccale, est déjà une performance.

Le faire sans une once de sexe, avec pour seule atout la mignonne Amanda Seyfried qu'on imagine plus proche d'une Blanche-Neige que d'une ravageuse de pantalons, et qui porte bien les tenues vintage de l'époque californienne "flower and power", en est une autre.

Que le film soit l'oeuvre de Rob Epstein et Jeffrey Friedman, deux documentalistes célèbres pour leur travail sur l'homosexualité, étonne et détonne aussi.

Dans sa belle américaine décapotable rouge vif, passant de la perruque lisse à la perruque frisée, punching-ball pour son mentor-mac incarné avec une belle veulerie vicieuse par l'immense Peter Sarsgaard, Linda-Amanda incarne ce rêve américain qui passe vite au cauchemar.

Tout va très vite dans cette courte histoire, celle du moment fugace où Linda Boreman devint Linda Lovelace, "interprète" du fameux "Gorge Profonde". Entre la fifille élevée dans la frustration sexuelle et la future ménagère anonyme et pauvre, il y a ce moment factice, ces paillettes et ces projecteurs qui jaillissent sur ce qui ne fut qu'une bouche avide...

En fait, "Lovelace" de Rob Epstein et Jeffrey Friedman se rapproche du parfait "biopic", c'est-à-dire celui qui serait consacré à un inconnu qui aurait, par exemple, donner du feu à un futur président des États-Unis quand il était étudiant.

Ce qu'il y a d'ailleurs de plus fort dans "Lovelace", ce sont les scènes où interviennent les parents de Lovelace. Évidemment, là, on n'est plus dans la reconstitution d'images publiques et les deux cinéastes ont donc pris le parti paradoxal de confier le rôle de la mère de Linda à Sharon Stone.

Dans ce biopic sur un phénomène éphémère, celui d'une reine d'un jour de la fellation, la vraie star joue Madame-tout-le-monde. Bette Davis vieillissante avait interprété avec une sublime inconscience une femme de chauffeur de taxi faisant la vaisselle, Sharon Stone lui emboîte le pas dans ce rôle où l'on défiera celui qui n'a pas lu son nom dans le générique de deviner la vedette de "Basic Instinct".

C'est sur le travail des acteurs que l'on reconnaît la patte des deux documentaristes qui, d'un côté, suivent les pas d'Amanda Seyfried vers la starification de l'autre, ceux de Sharon Stone vers la consécration.

Biopic plus singulier qu'il n'y paraît, "Lovelace" de Rob Epstein et Jeffrey Friedman est à la fois un divertissement plaisant et une nouvelle interrogation sur le mythe américain, celui de l'homme pris dans la foule et toujours brisé par la "gloire".

On aura une pensée pour cette pauvre petite fille sensuelle qui a gagné 1 200 dollars pour une gâterie qui aura rapporté 600 millions de la même monnaie aux industriels de la pornographie...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Esprit sacré" de Chema García Ibarra
"The Sadness" de Rob Jabbaz
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=