Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eurydice
Théâtre 14  (Paris)  janvier 2014

Comédie dramatique de Jean Anouilh, mise en scène de Jean-Laurent Cochet et Sam Richez, avec Jean-Laurent Cochet, Sam Richez, Vincent Simon, Maryse Flaquet, Fabrice Delorme, Norah Lehembre, Catherine Griffoni, Jean-Pierre Leroux; Julien Morin, Jean-Claude Eskenazi, Jacques Ibranosyan, François Pouron, Anthony Henrot et Pierre Ensergueix.

Après Alain Resnais, qui, en 2012, avait tourné "Vous n’avez encore rien vu", un film inspiré de cette pièce, c’est au tour de Jean-Laurent Cochet et de Sam Richez de s’emparer d’"Eurydice" de Jean Anouilh.

Peu jouée parce que nécessitant un plateau d’une quinzaine de comédiens, elle s’inscrit dans la lignée des œuvres créées pendant l’Occupation et l’après-Guerre. Aux côtés des hommes rôdent le destin, des ombres, des fantômes. Les dieux et les demi-dieux reviennent aussi parmi les hommes. Tout est confus, tout est possible et le malheur est toujours gagnant.

Avant Cocteau, Anouilh revisite Orphée, sans ange Heurtebise mais avec un jeune homme qui pourrait s’appeler comme ça, un envoyé du pays des morts qui va peser sur le destin du héros et de son amour, Eurydice.

Ici, Eurydice est comédienne et s'affiche dans la lignée des jeunes filles chères à Anouilh. Leur histoire d’amour sera irrémédiablement tragique et, pour corser le tout, parsemée de buffets de gare et de chambres d’hôtels.

Dans leur adaptation, Jean-Laurent Cochet et Sam Richez ont privilégié la compréhension d’une pièce plus étrange qu’il n’y paraît, une pièce qui brouille une fois de plus les cartes d’Anouilh.

Est-il un classique ou un moderne ? Un auteur daté ou un dramaturge intemporel ? Complique-t-il des bluettes trop simples ou échafaude-t-il des histoires étranges ? Y a-t-il de la profondeur dans son récit ou a-t-il seulement le génie de rendre bizarres des histoires banales ?

Grâce à cette version, on aura tous les éléments sur la table pour se prononcer sur l’actualité d’Anouilh, sa consistance ou son insignifiance. Quelle que soit la conclusion à laquelle on parviendra, on admettra qu’Anouilh donne d’abord des rôles à ses acteurs.

Du père d’Orphée jouée avec une délectation bonhomme par Jean-Laurent Cochet aux "petits rôles", comme celui du secrétaire du commissaire qui doit lire une lettre émouvante, tous les comédiens ont quelque chose à dire ou à faire. Et que dire des ambiances qu’il sait créer autour d’une table de café ou d’un lit d’amour ?

Petit maître pour les uns, grand auteur pour les autres, Anouilh a la réplique facile, le mot qui touche. On n’oubliera pas la scène centrale entre Orphée et Eurydice, celle où, conformément à la légende, il ne doit pas se retourner. On est ici à quelques notes d’une chanson de Piaf, avec ces amants d’un jour, si beaux, si perdus.

Aux côtés de Sam Richez, qui propose un Orphée vif et étonné, on retiendra la prestation de Norah Lehembre, qui joue les jeunes premières d’antan avec une belle détermination d’aujourd’hui.

Entre roman photo et tragédie grecque, théâtre bourgeois et drame populaire, "Eurydice" est une pièce qui vient à bout de bien des réticences, surtout quand elle est montée comme par le duo Cochet-Richez, sans effets, avec pour sage consigne la clarté et le respect d’un auteur qui, à l'issue des représentations de leur "Eurydice", sortira un peu plus de son purgatoire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=