Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The rape of Lucretia
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  janvier 2014

Opéra de Benjamin Britten sur un livret de Ronald Duncan d'après la pièce éponyme de André Obey, mise en scène de Stephen Taylor, interprété par les les solistes de l'Atelier Lyrique de l'Opéra National de Paris et les musiciens du Balcon sous la direction musicale de Maxime Pascal.

Dans l'oeuvre immense de Benjamin Britten, "Le viol de Lucrèce" apparaît comme une œuvre mineure. Écrite en 1946, il s'agit de ce que le compositeur anglais appelait un de ses "opéras de chambre".

Avec seulement huit chanteurs et treize instrumentistes, cette œuvre courte en deux actes raconte un épisode de l'histoire de la Rome antique sous la domination des Étrusques.

C'est un drame puissant, brutal, concis. Tarquin, le roi étrusque qui dirige Rome d'une main de fer, est mis au défi de conquérir Lucrèce, la seule femme romaine connue pour sa fidélité à son époux. Contrainte de s'abandonner au dictateur, Lucrèce décide de se tuer pour laver son honneur. Cette mort d'une âme pure va pousser les Romains à se délivrer du joug étrusque.

La particularité de "The rape of Lucretia" est d'être racontée et commentée par deux choeurs, un choeur masculin et un choeur féminin, composés chacun d'un seul chanteur. Quand s'achève l'opéra, les deux choeurs fusionnent et, faisant fi de l'anachronisme, établissent un parallèle entre Lucrèce et le Christ.

Dans sa mise en scène, Stephen Taylor s'est aussi éloigné du drame romain. Les protagonistes sont dans des tenues militaires des années 1940 qui ressemblent à celles des Anglais se battant à El Alamein contre l'Afrika Korps de Rommel. La transposition ne paraît pas illégitime puisque l'opéra a été écrit pendant la guerre et que Britten fait forcément un parallèle entre les Étrusques et les nazis.

Si le prologue où les deux choeurs exposent la situation et le début du premier acte dans lequel Tarquin s'entretient avec ces alliés romains, Junius et Collatinus, le mari de Lucrèce, paraissent ralentir l'action, la fin du premier acte, où se noue le drame, avec l'arrivée de Tarquin dans la maison de Lucrèce, et le second, où les événements se précipitent jusqu'à la mort de l'héroïne, sont d'une grande intensité.

Certes, on ne trouvera pas ici de "grands morceaux de bravoure" musicaux ni d'airs mémorables et ce n'est pas faire injure à Britten d'écrire qu'il a été plus inspiré. Cependant, "The rape of Lucretia», chanté en anglais, s'écoute sans déplaisir.

Les solistes de l'Atelier Lyrique de l'Opéra National de Paris allient art du chant et de la tragédie, bien accompagnés par les musiciens du Balcon sous la baguette de Maxime Pascal. On retiendra évidemment la prestation toute en sensibilité outragée d'Agata Schmidt dans le rôle-titre.

Par son format court et son intrigue linéaire, "The rape of Lucretia" peut ainsi se concevoir comme une bonne initiation à l'art lyrique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=