Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Des étoiles
Dyana Gaye  (janvier 2014) 

Réalisé par Dyana Gaye. France/Sénégal. Drame. 1h28 (Sortie 29 janvier 2014). Avec avec Ralph Amoussou, Mareme Dembaly, Souleymane Seye N’Diaye, Babacar M’Bayle Fall et Maya Sansa

On avait dit, en son temps, tout le bien qu’il fallait penser d’ "Un transport en commun" le moyen-métrage de Dyana Gaye, dans lequel une balade en taxi-brousse devenait un moment à la fois épique et cool, propice à rendre hommage à Jacques Demy et à humer l’air rafraîchissant d’une Afrique montrée pour une fois par ses bons côtés.

En passant au long-métrage, non seulement Dyana Gaye tient ses promesses mais, en plus, elle fait preuve d’une maîtrise surprenante pour sa première grande expérience.

Car "Des étoiles" est un film ambitieux qui mélange trois histoires se déroulant dans trois lieux différents et où s’entremêlent de nombreux personnages. Plus qu’un "film-chorale", on a envie de parler de "film-concert"..

Dyana Gaye suit Thierno, Sophie et Abdoulaye, tour à tour à New York, à Dakar ou à Milan. Dans ce récit multiple qui parle, entre autres, de racines et de destinations, de retours et de départs, de vies nouvelles, de traditions et de transgressions, pas de place pour le drame définitif mais beaucoup de temps pour que chacun trouve son chemin, dépasse sa souffrance ou ses préjugés, comprend ce qu’il veut ou ce qu’il peut.

Fonder un couple mixte à Milan, revenir en Afrique, partir aux Etats-Unis y tâtonner entre la côte Est ou la côte Ouest, tout cela se fait au gré du hasard et des rencontres, des intuitions et des déceptions.

Dyana Gaye aurait pu appeler son film, à l’instar de Jim Jarmusch, "Un jour sur la Terre". La force de son cinéma, c’est à la fois un regard d’une intense bienveillance, une croyance dans des récits "cools" rejetant toute dramaturgie, toute parole grandiloquente.

Quand ses personnages découvrent l’île de Gorée, lieu abominable de la traite négrière, la vérité historique énoncée est dédramatisée par les bavardages touristiques, par cette belle journée où il n’y a pas que du malheur.

Sans jugement moral, aimant tous ces personnages, Dyana Gaye préfère montrer les solidarités humaines que les lignes de fracture raciales. Pour elle, les préjugés peuvent toujours être combattus.

"Des étoiles" de Dyana Gaye n’est pas pour autant un film angélique et elle comprend que les fins peuvent justifier certains moyens. Ainsi, pas de commentaire quand l’immigrant sénégalais vole son compatriote à New York pour pouvoir atteindre le but de son rêve, de son voyage, la côte Ouest.

Beau, limpide, illuminé par des visages radieux, "Des étoiles" rend heureux et l’on espère que Dyana Gaye, dès ce premier long-métrage, va s’imposer. Que ceux qui auront lu ces lignes prennent leurs responsabilités : c’est en allant voir des films comme celui-là qu’ils contribueront à ce qu’ils deviennent la règle plutôt que l’exception.

Il faut aider Dyana Gaye à vivre une longue vie cinématographique. Son cinéma lumineux le mérite amplement.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=