Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Des étoiles
Dyana Gaye  (janvier 2014) 

Réalisé par Dyana Gaye. France/Sénégal. Drame. 1h28 (Sortie 29 janvier 2014). Avec avec Ralph Amoussou, Mareme Dembaly, Souleymane Seye N’Diaye, Babacar M’Bayle Fall et Maya Sansa

On avait dit, en son temps, tout le bien qu’il fallait penser d’ "Un transport en commun" le moyen-métrage de Dyana Gaye, dans lequel une balade en taxi-brousse devenait un moment à la fois épique et cool, propice à rendre hommage à Jacques Demy et à humer l’air rafraîchissant d’une Afrique montrée pour une fois par ses bons côtés.

En passant au long-métrage, non seulement Dyana Gaye tient ses promesses mais, en plus, elle fait preuve d’une maîtrise surprenante pour sa première grande expérience.

Car "Des étoiles" est un film ambitieux qui mélange trois histoires se déroulant dans trois lieux différents et où s’entremêlent de nombreux personnages. Plus qu’un "film-chorale", on a envie de parler de "film-concert"..

Dyana Gaye suit Thierno, Sophie et Abdoulaye, tour à tour à New York, à Dakar ou à Milan. Dans ce récit multiple qui parle, entre autres, de racines et de destinations, de retours et de départs, de vies nouvelles, de traditions et de transgressions, pas de place pour le drame définitif mais beaucoup de temps pour que chacun trouve son chemin, dépasse sa souffrance ou ses préjugés, comprend ce qu’il veut ou ce qu’il peut.

Fonder un couple mixte à Milan, revenir en Afrique, partir aux Etats-Unis y tâtonner entre la côte Est ou la côte Ouest, tout cela se fait au gré du hasard et des rencontres, des intuitions et des déceptions.

Dyana Gaye aurait pu appeler son film, à l’instar de Jim Jarmusch, "Un jour sur la Terre". La force de son cinéma, c’est à la fois un regard d’une intense bienveillance, une croyance dans des récits "cools" rejetant toute dramaturgie, toute parole grandiloquente.

Quand ses personnages découvrent l’île de Gorée, lieu abominable de la traite négrière, la vérité historique énoncée est dédramatisée par les bavardages touristiques, par cette belle journée où il n’y a pas que du malheur.

Sans jugement moral, aimant tous ces personnages, Dyana Gaye préfère montrer les solidarités humaines que les lignes de fracture raciales. Pour elle, les préjugés peuvent toujours être combattus.

"Des étoiles" de Dyana Gaye n’est pas pour autant un film angélique et elle comprend que les fins peuvent justifier certains moyens. Ainsi, pas de commentaire quand l’immigrant sénégalais vole son compatriote à New York pour pouvoir atteindre le but de son rêve, de son voyage, la côte Ouest.

Beau, limpide, illuminé par des visages radieux, "Des étoiles" rend heureux et l’on espère que Dyana Gaye, dès ce premier long-métrage, va s’imposer. Que ceux qui auront lu ces lignes prennent leurs responsabilités : c’est en allant voir des films comme celui-là qu’ils contribueront à ce qu’ils deviennent la règle plutôt que l’exception.

Il faut aider Dyana Gaye à vivre une longue vie cinématographique. Son cinéma lumineux le mérite amplement.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=