Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le péche suédois - Elvira Madigan - Adalen 31
Bo Widerberg  (janvier 2014) 

Le cinéma suédois a eu une très grande chance et une très grande malchance : Ingmar Bergman.

Celui qui est sans doute le cinéaste le plus important de l’après-guerre, celui qui a fait gagné à son art sa légitimité en tant qu’art, celui qui a exploré tous les possibles derrière une caméra a évidemment tétanisé tous ses compatriotes.

Quant aux quelques audacieux qui ont quand même voulu faire des films, ils ont dû se contenter de la portion congrue dans l’ombre du grand maître.

C’est ce qui est arrivé injustement à Bo Widerberg, qui, en trente ans de carrière, n’a pu tourner qu’une douzaine de films alors que chacune de ses réalisations lui valait des récompenses ou des accessits dans des Festivals prestigieux et qu’il fut nommé maintes fois aux Oscars ou aux Golden Globes.

En ressortant trois de ses films, Malavida fait œuvre utile et donne envie d’en savoir encore plus sur un cinéaste dont on comprend en seulement quelques plans qu’il appartient à la caste très fermée de ceux qui ne filment jamais pour se faire plaisir mais pour élever le regard et l’âme de leurs spectateurs.

Dès son premier film, "Le péché suédois" (1962), Widerberg montre les contradictions de la société suédoise qui s’ouvre au monde moderne alors que règne encore la morale des temps anciens.

D’une facture qui le rapproche de la Nouvelle Vague, le film en diffère par le milieu décrit. C’est une Suède populaire qui est au centre de cette tranche de vie qui raconte comment une jeune fille attend un enfant d’un chanteur yé-yé.

Cette Suède de 1962 étonnera sociologiquement. Ce n’est encore qu’en pointillé le pays très avancé socialement qu’elle va devenir et les lieux montrés, genre HLM de la banlieue de Malmö, pourraient avoir des correspondances dans un film polonais tourné à la même époque par Wajda à Cracovie ou à Varsovie.

Le ton réaliste, le filmage sans fioritures, le goût pour des personnages simples vivant des passions évidentes, tout ce qui se retrouvera désormais dans chacun de ses films, est déjà là dans ce "Péché suédois" qui surprend cinquante ans après par sa fraîcheur, par sa fluidité. On y lit aussi l’attention que porte Widerberg aux femmes, ce féminisme sincère devant ce que les hommes leur font vivre.

"Elvira Madigan" (1967), drame romantique aux couleurs flamboyantes, montre ainsi les amours impossibles d’un jeune officier et d’une jolie artiste de cirque à la fin du dix-neuvième siècle, à cause d’une morale rigide.

Ce film d’une grande beauté plastique magnifie la splendide Pia Degermark, âgée de seulement seize ans et qui obtiendra pour sa composition d’Elvira le prix d’interprétation à Cannes en 1967. Baignant dans la musique de Mozart, ce drame intense préfigure les temps de la colère soixante-huitarde.


Car Bo Widerberg n’oublie jamais le contexte social dans ses films comme l’atteste "Adalen 31" (1969), récit à la fois d’une grève meurtrière en 1931 et d’une violence faite à une jeune fille de bonne famille enceinte d’un jeune homme d’une classe dite inférieure.

Rarement un conflit aura été filmé à "hauteur de grévistes" et sans en faire des héros ou des pantins. Les adversaires sont tous filmés dans leur vie quotidienne et pas seulement dans les temps forts et meurtriers des affrontements.

Au final, Widerberg en dit ainsi plus long sur la genèse du modèle social suédois, sur le courage de ces braves gens qui ont lutté pour obtenir des droits au péril de leurs vies, que s’il avait choisi d’en faire une fresque didactique.

Dans cette "rétrospective" Bo Widerberg, il n’y a pas un film à voir en priorité. Les trois valent le déplacement et soutiennent à leur avantage la comparaison avec toutes les sorties récentes.

En seulement trois films, on comprend que Bo Widerberg est un grand cinéaste qui mérite non pas d’être réhabilité, mais d’être remis à sa juste place.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=