Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le péche suédois - Elvira Madigan - Adalen 31
Bo Widerberg  (janvier 2014) 

Le cinéma suédois a eu une très grande chance et une très grande malchance : Ingmar Bergman.

Celui qui est sans doute le cinéaste le plus important de l’après-guerre, celui qui a fait gagné à son art sa légitimité en tant qu’art, celui qui a exploré tous les possibles derrière une caméra a évidemment tétanisé tous ses compatriotes.

Quant aux quelques audacieux qui ont quand même voulu faire des films, ils ont dû se contenter de la portion congrue dans l’ombre du grand maître.

C’est ce qui est arrivé injustement à Bo Widerberg, qui, en trente ans de carrière, n’a pu tourner qu’une douzaine de films alors que chacune de ses réalisations lui valait des récompenses ou des accessits dans des Festivals prestigieux et qu’il fut nommé maintes fois aux Oscars ou aux Golden Globes.

En ressortant trois de ses films, Malavida fait œuvre utile et donne envie d’en savoir encore plus sur un cinéaste dont on comprend en seulement quelques plans qu’il appartient à la caste très fermée de ceux qui ne filment jamais pour se faire plaisir mais pour élever le regard et l’âme de leurs spectateurs.

Dès son premier film, "Le péché suédois" (1962), Widerberg montre les contradictions de la société suédoise qui s’ouvre au monde moderne alors que règne encore la morale des temps anciens.

D’une facture qui le rapproche de la Nouvelle Vague, le film en diffère par le milieu décrit. C’est une Suède populaire qui est au centre de cette tranche de vie qui raconte comment une jeune fille attend un enfant d’un chanteur yé-yé.

Cette Suède de 1962 étonnera sociologiquement. Ce n’est encore qu’en pointillé le pays très avancé socialement qu’elle va devenir et les lieux montrés, genre HLM de la banlieue de Malmö, pourraient avoir des correspondances dans un film polonais tourné à la même époque par Wajda à Cracovie ou à Varsovie.

Le ton réaliste, le filmage sans fioritures, le goût pour des personnages simples vivant des passions évidentes, tout ce qui se retrouvera désormais dans chacun de ses films, est déjà là dans ce "Péché suédois" qui surprend cinquante ans après par sa fraîcheur, par sa fluidité. On y lit aussi l’attention que porte Widerberg aux femmes, ce féminisme sincère devant ce que les hommes leur font vivre.

"Elvira Madigan" (1967), drame romantique aux couleurs flamboyantes, montre ainsi les amours impossibles d’un jeune officier et d’une jolie artiste de cirque à la fin du dix-neuvième siècle, à cause d’une morale rigide.

Ce film d’une grande beauté plastique magnifie la splendide Pia Degermark, âgée de seulement seize ans et qui obtiendra pour sa composition d’Elvira le prix d’interprétation à Cannes en 1967. Baignant dans la musique de Mozart, ce drame intense préfigure les temps de la colère soixante-huitarde.


Car Bo Widerberg n’oublie jamais le contexte social dans ses films comme l’atteste "Adalen 31" (1969), récit à la fois d’une grève meurtrière en 1931 et d’une violence faite à une jeune fille de bonne famille enceinte d’un jeune homme d’une classe dite inférieure.

Rarement un conflit aura été filmé à "hauteur de grévistes" et sans en faire des héros ou des pantins. Les adversaires sont tous filmés dans leur vie quotidienne et pas seulement dans les temps forts et meurtriers des affrontements.

Au final, Widerberg en dit ainsi plus long sur la genèse du modèle social suédois, sur le courage de ces braves gens qui ont lutté pour obtenir des droits au péril de leurs vies, que s’il avait choisi d’en faire une fresque didactique.

Dans cette "rétrospective" Bo Widerberg, il n’y a pas un film à voir en priorité. Les trois valent le déplacement et soutiennent à leur avantage la comparaison avec toutes les sorties récentes.

En seulement trois films, on comprend que Bo Widerberg est un grand cinéaste qui mérite non pas d’être réhabilité, mais d’être remis à sa juste place.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=