Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Abus de faiblesse
Catherine Breillat    (février 2014) 

Réalisé par Catherine Breillat. France. Drame. 1h44 (Sortie 12 février 2014). Avec Isabelle Huppert, Kool Shen, Laurence Ursino, Christophe Sermet

Une fois encore, Catherine Breillat s'autorise à jouer à cache cache entre fiction et auto-fiction, autobiographie clinique et récit fantasmé.

Dans ce film fragile où elle tresse le portrait de Maud, une cinéaste diminuée physiquement qui a fait jadis des films sulfureux et met beaucoup de sa vie dans ses films, difficile de ne pas voir le reflet de sa propre histoire et la description pas à pas de ses mésaventures avec un personnage peu recommandable.

Même si elle affirme que "Maud, ce n'est pas moi", tout prouve le contraire, à commencer par la prestation époustouflante d'Isabelle Huppert qui s'est totalement inspirée de Catherine pour composer Maud.

Victime d'un AVC, Maud s'intéresse à un personnage médiatique, un escroc dit flamboyant, qui, par son seul charisme a extorqué de grosses sommes à des personnes célèbres. Fascinée, attirée voire aimantée par ce Viko, elle lui propose de faire un film avec elle et se jette alors dans la gueule d'un loup sans pitié, d'un scorpion qui ne peut que piquer.

Est-elle une victime consentante, une manipulatrice qui s'autodétruit consciemment dans une relation glauque où elle peut utiliser sa maladie pour une nouvelle fois construire quelque chose de très pervers ? Ou bien, est-elle une dupe victime d'un sacré menteur, qui profite de son état pour lui faire cracher chèque sur chèque ?

Faut-il faire une lecture littérale du titre, une lecture juridique (une femme diminuée physiquement et intellectuellement est victime d'un abus de faiblesse) ? Ou une lecture plus conforme à l'oeuvre de Catherine Breillat (Maud abuse de sa faiblesse pour se prouver qu'elle peut encore être paradoxalement quelqu'un qui domine un soi-disant dominateur) ?

Derrière un récit linéaire, presque clinique, dans lequel Isabelle Huppert compose une espèce de Nosferatu hémiplégique et s'implique totalement pour créer un personnage dont l'esprit est prisonnier d'un corps qui l'entrave, se fabrique un film lui aussi malade et double.

Est-on devant un objet mal ficelé, où tout s'échappe dans une construction digne d'une mauvaise télé-réalité, ou, au contraire, vit-on une expérience unique, celle d'une cinéaste diminuée qui transcende son mal en semant elle-même le doute sur ses capacités à pouvoir tenir les rênes d'un film ?

Alors qu'Huppert, à l'instar de Breillat, paraît parfaitement ambigüe, Kool Shen, pour son premier grand rôle, incarne son personnage avec une autorité réelle, sans se poser de questions. On a l'impression qu'il laisse sa vis-à-vis se perdre elle-même dans des calculs qu'il ne comprend pas, ou qui ne l'intéresse pas. A-t-il même un sentiment pour celle qui lui signe des chèques ?

En tout cas, l'alter ego de Joey Starr est un vrai partenaire pour Isabelle Huppert qui semble épater par sa performance instinctive et par tout le potentiel qu'on pressent en lui, et que le cinéma français devrait vite révéler.

Avec toutes les interrogations qu'il suscite, "Abus de faiblesse" de Catherine Breillat est un film pas commun, qu'on peut voir comme un film où Huppert en fait trop et Breillat pas assez, mais qu'on peut voir aussi comme un nouveau film expérimental d'une cinéaste qui, envers et contre tout ce qui l'accable, continue sa route.

Dans "Abus de faiblesse", elle offre, à qui aura la bienveillance d'accepter d'en être le témoin, le spectacle d'une vraie déchéance et l'incertitude d'une possible renaissance.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=