Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Abus de faiblesse
Catherine Breillat    (février 2014) 

Réalisé par Catherine Breillat. France. Drame. 1h44 (Sortie 12 février 2014). Avec Isabelle Huppert, Kool Shen, Laurence Ursino, Christophe Sermet

Une fois encore, Catherine Breillat s'autorise à jouer à cache cache entre fiction et auto-fiction, autobiographie clinique et récit fantasmé.

Dans ce film fragile où elle tresse le portrait de Maud, une cinéaste diminuée physiquement qui a fait jadis des films sulfureux et met beaucoup de sa vie dans ses films, difficile de ne pas voir le reflet de sa propre histoire et la description pas à pas de ses mésaventures avec un personnage peu recommandable.

Même si elle affirme que "Maud, ce n'est pas moi", tout prouve le contraire, à commencer par la prestation époustouflante d'Isabelle Huppert qui s'est totalement inspirée de Catherine pour composer Maud.

Victime d'un AVC, Maud s'intéresse à un personnage médiatique, un escroc dit flamboyant, qui, par son seul charisme a extorqué de grosses sommes à des personnes célèbres. Fascinée, attirée voire aimantée par ce Viko, elle lui propose de faire un film avec elle et se jette alors dans la gueule d'un loup sans pitié, d'un scorpion qui ne peut que piquer.

Est-elle une victime consentante, une manipulatrice qui s'autodétruit consciemment dans une relation glauque où elle peut utiliser sa maladie pour une nouvelle fois construire quelque chose de très pervers ? Ou bien, est-elle une dupe victime d'un sacré menteur, qui profite de son état pour lui faire cracher chèque sur chèque ?

Faut-il faire une lecture littérale du titre, une lecture juridique (une femme diminuée physiquement et intellectuellement est victime d'un abus de faiblesse) ? Ou une lecture plus conforme à l'oeuvre de Catherine Breillat (Maud abuse de sa faiblesse pour se prouver qu'elle peut encore être paradoxalement quelqu'un qui domine un soi-disant dominateur) ?

Derrière un récit linéaire, presque clinique, dans lequel Isabelle Huppert compose une espèce de Nosferatu hémiplégique et s'implique totalement pour créer un personnage dont l'esprit est prisonnier d'un corps qui l'entrave, se fabrique un film lui aussi malade et double.

Est-on devant un objet mal ficelé, où tout s'échappe dans une construction digne d'une mauvaise télé-réalité, ou, au contraire, vit-on une expérience unique, celle d'une cinéaste diminuée qui transcende son mal en semant elle-même le doute sur ses capacités à pouvoir tenir les rênes d'un film ?

Alors qu'Huppert, à l'instar de Breillat, paraît parfaitement ambigüe, Kool Shen, pour son premier grand rôle, incarne son personnage avec une autorité réelle, sans se poser de questions. On a l'impression qu'il laisse sa vis-à-vis se perdre elle-même dans des calculs qu'il ne comprend pas, ou qui ne l'intéresse pas. A-t-il même un sentiment pour celle qui lui signe des chèques ?

En tout cas, l'alter ego de Joey Starr est un vrai partenaire pour Isabelle Huppert qui semble épater par sa performance instinctive et par tout le potentiel qu'on pressent en lui, et que le cinéma français devrait vite révéler.

Avec toutes les interrogations qu'il suscite, "Abus de faiblesse" de Catherine Breillat est un film pas commun, qu'on peut voir comme un film où Huppert en fait trop et Breillat pas assez, mais qu'on peut voir aussi comme un nouveau film expérimental d'une cinéaste qui, envers et contre tout ce qui l'accable, continue sa route.

Dans "Abus de faiblesse", elle offre, à qui aura la bienveillance d'accepter d'en être le témoin, le spectacle d'une vraie déchéance et l'incertitude d'une possible renaissance.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=