Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La maison de Bernarda Alba
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  février 2014

Comédie dramatique de Federico García Lorca, mise en scène de Carole Lorang, avec Sylvie Jobert, Bach-Lan Lê-Bà Thi, Rita Reis, Jérôme Varanfrain, Anne Lévy, Nina Ros, Véronique Nosbaum et Renelde Pierlot et les musiciens Christoph Reiserer et Franz Leander Klee.

Écrite en 1936, et jamais jouée de son vivant, "La Maison de Bernarda Alba" est sans doute la pièce de Federico Garcia Lorca la plus connue.

Quand elle débute, Bernarda vient de perdre son mari, là voilà seule dans son domaine en compagnie de ses filles toutes à marier, de sa mère sénile, de ses domestiques.

Ce qui pourrait être une communauté soudée par le malheur se révèle peu à peu un petit monde fermé, étouffant sous la férule d’une mère étroite d’esprit, un petit monde mesquin, lézardé par des désirs inassouvis tous dirigés vers le même objet, Pépé, fiancé de l’aîné.

Huis clos exclusivement féminin, "La Maison de Bernarda Alba" peut être lue comme une description de l’Espagne en passe de rentrer dans la Guerre Civile. On y voit la tradition se heurter à la modernité et l’amour au devoir. On y voit la liberté se payer au prix de la mort.

Dans l’adaptation de Mani Muller et la mise en scène de Carole Lorang ont été gommés les traits "hispaniques" de la pièce de Lorca. Alors que d’ordinaire résonnent des guitares espagnoles aux échos "flamenco", que les mantilles et les éventails voisinent avec les robes gitanes, Carole Lorang a pris le parti de ne pas jouer la carte folklorique.

La musique originale de Franz Leander Klee et Florian Appel n’est donc pas là pour surligner l’atmosphère d’éléments aux couleurs attendus, mais pour aller note à note vers le drame final.

On retrouvera dans les costumes la cohérence de ces choix : Peggy Wurth, par ailleurs responsable d’un décor unique très soigné, a conçu des tenues très simples, type blouses, dans des couleurs chaudes affirmées mais pas criardes, dont les variations font sens.

Dans son interprétation de Lorca, Carole Lorang a choisi de ne pas céder aux sirènes du symbolique et s’en tient à une lecture littérale du texte. C’est sans doute pour cela que le personnage de l’intendante de la maison, superbement interprétée par Anne Lévy, est mis en avant au détriment de Bernarda. Plus qu’une domestique, La Foncia est celle qui tient cette communauté, qui la maintient tant qu’elle peut contre tous les périls qui la guettent.

De même, Carole Lorang, quand elle se permet de faire jouer à un homme (Jérôme Varanfrain) le rôle d’Angustias, ce n’est pas pour introduire une once de folie baroque, ou pour faire référence à l’homosexualité de Lorca, mais pour instaurer un contraste physique avec sa jolie sœur qui va s’enfuir avec Pépé.

On louera l’effort de Carole Lorang pour éclairer les zones d’ombre de la pièce de Federico Garcia Lorca, pour lui donner une logique qui la rend audible aujourd’hui et produit un spectacle de qualité où s’il y a bien une interprétation personnelle du metteur en scène, celle-ci ne tient pas de lubies mais d’une analyse plausible et crédible.

Ceux pour qui le théâtre de Lorca fait toujours sens ne pourront pas manquer ce travail passionnant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=