Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Radio Elvis
Interview  (Paris)  lundi 13 janvier 2014

A l'occasion de l'enregistrement de leur Froggy Session, Radio Elvis s'est prêté à l'exercice de l'interview, une occasion de vous faire découvrir ce groupe, que nous affectionnons particulièrement au sein de la rédaction.

Peux-tu nous faire un résumé de la genèse du groupe ?

Pierre Guénard : J'ai commencé en 2010 tout seul et j'ai fait quelques maquettes. C'est en janvier 2013 que Colin m'a rejoint dans le projet, à la batterie et au clavier basse. Puis, lorsqu'on a enregistré l'EP au mois de mai, Julien Gaulier (ingénieur son du groupe) a fait venir Manu pour quelques prises basse, et du coup il s'est greffé au projet. Le groupe en trio date lui de mai 2013.

Le nom du groupe est assez intriguant, quelle est son origine ?

Pierre Guénard : C'est la première chanson que j'ai écrite et a donné son nom au projet. Je ne la joue plus très souvent, seulement de temps en temps en rappel.

Quelles sont les influences musicales que tu afficherais ?

Pierre Guénard : J'ai beaucoup écouté les Sixteen Horsepower, Nick Cave. Après dans mes textes, on pourra forcément ressentir un peu de Dominique A et de Noir Désir, mais j'écoute beaucoup de chanson française comme Holden, des groupes indé en fait et de la chanson française rock. J'ai pas mal écouté Françoiz Breut aussi.

Ce poncif comme quoi ta musique rappelle Dominique A, tu le prends comment ?

Pierre Guénard : C'est dommage, et je comprends pourquoi on dit ça, mais il n'y a pas que ça dans Radio Elvis. Il y a plein d'autres influences et surtout, il y a moi !

Comme c'est une chose qui revient vraiment souvent, tu n'as pas peur que cela réduise ton travail ?

Pierre Guénard : C'est vrai que j'ai pas mal écouté Dominique A, mais pendant une courte période finalement et j'ai découvert assez tardivement en fait. Mais ce n'est pas mon influence première.

Je trouve que dans la guitare, les arpèges et le son clair, il y a beaucoup d'Afrique, je me trompe ?

Pierre Guénard : Non non, c'est vrai. J'aime bien ça mais en fait je n'écoute pas de musique africaine. Ils ont marabouté ma guitare ! (rires) Non, j'ai très peu écouté. En revanche, j'ai pris une grosse claque lorsque j'ai écouté Frànçois & The Atlas Mountains et ça m'a vachement plu. Comme j'aime les trucs un petit peu chaloupés, j'ai un peu forcé la chose en découvrant que c'était possible. Mais je n'ai pas vraiment écouté de musique africaine. Après je pense que tu te réfères à Goliath ? Il y a un mouvement Dream Pop qui utilise beaucoup ces sons aigües, des groupes comme Wu Lyf par exemple.

Colin Russeil : Il y a aussi Vampire Weekend.

Pierre Guénard : C'est vraiment quelques groupes anglais dans cette veine là, avec plein de petites rythmiques un peu afro et beaucoup de reverb, j'avais trouvé ça très bien et du coup, oui ça m'a un peu influencé.

Tes textes parlent beaucoup de mer, de bateaux et de voyages.

Pierre Guénard : Tout d'abord je n'ai jamais pris le bateau, du coup ça doit me faire fantasmer (rires) Et puis c'est surtout par mes lectures, j'ai beaucoup lu Jack London. Je parle de la mer c'est vrai, mais je parle plutôt des explorateurs en fait. J'ai eu une grosse période Saint-Exupéry, qui a pas mal influencé ce thème là. Toute la conquête des Etats-Unis me fascine et j'en parle dans mes chansons. Le thème des conquêtes, très présent dans mes textes me permet d'aborder des thèmes un peu plus spirituels ensuite.

En parlant d'influences littéraires, il y a John Fante avec la chanson "Demande à la Poussière" qui, d'après mon lointain souvenir de lecture, traduit bien l'ambiance du livre.

Pierre Guénard : Manu, tu n'avais pas trouvé toi justement.

Manu Ralambo : En lisant le bouquin après avoir écouté la chanson, j'ai trouvé le livre beaucoup plus guilleret. Je trouve la chanson de Radio Elvis grave, sombre finalement. J'ai trouvé quelque chose de plus absurde et je préfère l'ambiance du bouquin finalement.

Pierre Guénard : Dans ma chanson, j'ai pris l'histoire d'amour et je l'ai comparée avec l'histoire de l'écriture, les deux vont ensemble et s'entremêlent, sa recherche personnelle à travers l'écriture et aussi à travers l'amour. C'est ce que j'en ai retiré et ce que j'ai souhaité en faire, ce n'est peut-être pas la bonne interprétation. Ce livre raconte la recherche et la manière d'aborder l'écriture par Fante, qui est un peu comme la manière qu'il a d'aborder cette fille, à mon sens. Des gens m'ont dit qu'on retrouvait bien le livre, en tout cas dans l'intention et dans la couleur, d'autres comme Manu ne s'y retrouvent pas, c'est juste mon interprétation. Il y a plein d'autre livres qui m'ont inspiré pour mes chansons et je le dis moins. Je ne reprends pas le titre, parce que je n'interprète pas le livre, mais pour celui-là se rapproche d'un travail d'adaptation. Saint-Exupéry m'inspire pas mal de textes aussi.

J'ai vu que sur ton site, il y avait une vidéo de la chanson "La Traversée". D'où est venue cette idée de reprendre les Screen Test de Warhol ?

Pierre Guénard : Avec Nicol Despis, réalisateur du clip mais aussi photographe, notre travail a été laborieux, on est sur le clip depuis cet été. Au début, on a essayé des choses très fouillés sans moyens et ça ne donnait rien, on est donc revenus à la base même. Il m'a montré des Screen Test de Warhol et ça a été le coup de cœur. L'idée est peut-être d'en faire d'autres, là on a fait la copie conforme, mais on souhaiterait s'approprier la chose et faire évoluer le concept. En tout cas, même si ça ne va pas plus loin, on s'est dit que celui-là était bien marrant, et puis ça faisait un beau clin d'œil à Lou Reed.

Quelle signification donner au titre du EP "Juste avant la Ruée" ?

Pierre Guénard : Parce que c'est le titre d'une chanson qui sera sur un probable album, la chanson a déjà un ou deux ans, mais je ne l'ai pas mise sur le EP parce que j'avais envie de garder un peu le mystère autour du titre, mais elle fera partie de l'album.

Et cet album est prévu pour quand ?

Pierre Guénard : Pas de date pour le moment, pour l'instant on est en train de travailler des titres et on verra une fois que ce sera prêt.

Vous le préparez comment cet album ?

Colin Russeil : On vient de faire une résidence à Parthenay dans une salle qui s'appelle Diff'Art. On a pu travailler toute une semaine notre set, réarranger des choses, peaufiner, préparer de nouveaux morceaux. Et puis on a pu se voir pendant cinq jours.

Pierre Guénard : Du coup on va arrêter de se voir pendant deux-trois mois là. (rires)

Vous en êtes à combien de tires pour cet album ?

Pierre Guénard : On était à une douzaine de morceaux.

Colin Russeil : Plus quelques uns que tu avais en stock.

Pierre Guénard : En fait, j'en ai quelques uns d'avance que je n'ai pas encore montrés. Et puis au fur et à mesure qu'on travaille, j'en crée d'autres parce que finalement ça va assez vite.

Le problème c'est de choisir, non ?

Pierre Guénard : Non, on va tout faire. Là on a un set d'environ une heure et demi. D'ailleurs, à tous les tourneurs : Radio Elvis a un concert d'une heure et demi, sans les rappels.

Quel format choisiras-tu pour cet album, CD, vinyle, MP3 ou un mélange de tout ça, vous en êtes où par rapport aux différents formats ?

Pierre Guénard : J'aimerais bien un CD, un vinyle pourquoi pas, mais en édition limitée. Le maximum de supports, ce sera bien. Et vous, vous en pensez quoi ?

Manu Ralambo : J'aime bien les vinyles.

Colin Russeil : Moi aussi, j'aime bien l'idée du vinyle. Une fois qu'on a enregistré, on fait ce qu'on veut en fait. C'est une question d'envies et de moyens.

Pierre Guénard : Ce sera surtout les moyens qui vont décider. L'album sera aussi en téléchargement, c'est obligatoire. Mais c'est vrai que maintenant que le CD est mort, les gens préfèrent acheter du vinyle, quitte à acheter un objet, autant qu'il soit beau. Mais je rêve d'avoir un CD depuis que je suis tout petit. Je pense qu'il faut faire les deux, le vinyle reste réservé à une élite qui écoute de la musique indé. Dans les gens que je côtoie, personne n'a de platine vinyle, comme plein d'autres gens, parce qu'ils n'en voient pas l'intérêt et n'ont pas les disques.

Sans compter les gens qui sont nés avant le retour du vinyle et qui ne voient pas l'intérêt de s'équiper du matériel.

Colin Russeil : Oui tout à fait, donc je me dis que s'il y a CD, MP3 et vinyle, c'est le meilleur moyen pour que ça touche le plus de monde.

Sur scène, vous faites des reprises ?

Pierre Guènard : On reprend Rodolphe Burger, dernièrement on a fait une reprise de Françoiz Breut, "Si tu Disais". Et j'adore jouer "La Bétonneuse" de Nicolas Jules, un petit plaisir.

J'ai vu que vous aviez été sélectionnés pour le Radio Crochet Inter organisé par France Inter, comment ça se présente ?

Pierre Guénard : Il y a eu une sélection Internet, on a été sélectionnés parmi cinquante-quatre musiciens/groupes. Ensuite, il a eu les auditions aux Trois Baudets où on a été retenus parmi les vingt-quatre groupes restants. Et donc on passe le 18 janvier avec trois autres groupes, et là c'est le public qui vote pendant une semaine. Et quand toutes les sessions de quatre groupes par semaine seront finies, on saura si on est sélectionnés.

C'est gratifiant ce Radio Crochet, non ?

Pierre Guénard : Oui, surtout que c'est auteurs/compositeurs/interprètes, on a la chance de pouvoir faire nos chansons. Et puis France Inter est plutôt un gage de qualité pour moi. Ce serait une radio crochet NRJ, j'aurais peut-être réfléchi un peu plus, mais je l'aurais fait quand même. Si tu me paies, je joue, un peu comme une vieille pute. (rires) Et puis comme disait Didier Varrod, on n'est pas sur l'image, on est à l'oreille et ça change tout dans.

Vous jouez avec qui pour la soirée Radio Crochet Inter ?

Pierre Guénard : On jouera avec Franz is Dead, des amis de Julien (Gaulier, ingénieur son du groupe) et les deux autres... se rappelle plus.

Pour organiser la session d'enregistrement de ce soir, on a eu du mal à caler une date à cause de vos agendas à tous, vous arrivez à vous synchroniser facilement ?

Pierre Guénard : Déjà, on se supporte assez mal.

Colin Russeil : On fait des pauses parfois (rires). Il y a eu quelques dates que tu as fait tout seul.

Pierre Guénard : Oui, mais c'est aussi parce que c'était dans des bars et il faut jouer une demi-heure et il n'y a pas forcément la place. Mais bon, c'est arrivé quelques fois seulement. Maintenant on essaie de mieux négocier les dates pour jouer à trois un maximum de fois. En plus la formule solo ou duo, ça nous permet d'aborder les morceaux autrement et de retourner à la base. C'est bien, on va plus à l'essentiel et ça permet de retrouver la fraîcheur des morceaux et de ne jamais l'oublier.

Vous vivez de la musique ?

Colin Russeil : Avec Manu on vit de la musique, toi tu vivotes de la musique.

Pierre Guénard : Non, je ne vis pas de la musique, je suis serveur comme pas mal de chanteurs, pour avoir du temps libre. Pour l'instant, on n'est pas très souvent rémunérés pour ce qu'on fait. Eux ils ont des projets à côté qui leur permet de ne faire que de la musique.

Les prochains concerts sont prévus quand ?

Pierre Guénard : En trio on jouera le 28 janvier à La Dame de Canton avec Moziimo, le 3 février au Sentier des Halles et le 28 février au Limonaire. On jouera en duo avec Manu, le 13 février à Canal 93 pour la soirée Francofans avec Melissmell.

Retrouvez Radio Elvis
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Juste avant la ruée de Radio Elvis
Radio Elvis parmi une sélection de singles (janvier 2016 )
La chronique de l'album Les Conquêtes de Radio Elvis
Radio Elvis en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - mercredi 29 avril
Radio Elvis en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)
Radio Elvis en concert au Festival Bonsoir Paris #1 (édition 2015) - vendredi 11 décembre
Radio Elvis en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)
Radio Elvis en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche

En savoir plus :
Le site officiel de Radio Elvis
Le Bandcamp de Radio Elvis
Le Myspace de Radio Elvis
Le Facebook de Radio Elvis

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Radio Elvis (13 janvier 2014)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=