Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Grand Budapest Hotel
Wes Anderson  février 2014

Réalisé par Wes Anderson. Etats-Unis. Comédie. 1h40 (Sortie 26 février 201). Avec Ralph Fiennes, Tony Revolori, F. Murray, Mathieu Amalric, Jeff Goldblum, Saoirse Ronan, Abraham, Adrien Brody, Tilda Swinton, Willem Dafoe, Harvey Keitel, Owen Wilson et Jude Law.

Michel Gondry et Jean-Pierre Jeunet devront en convenir : Wes Anderson les bat à plate-couture dans le genre "films pour enfants pour grands".

Il n'a pas besoin de leur CAP bricolage pour bâtir un univers onirique posé dans un décor irréel. Il n'a pas besoin de "tronches" caricaturales pour rendre singulières et originales les aventures qu'il conte. Il n'a pas besoin de passer par des effets spéciaux époustouflants pour rendre spectaculaire son récit.

"The Grand Budapest Hotel" n'est donc pas la grosse machinerie que l'on pourrait craindre. Certes, jamais dans un film d'Anderson le décor n'aura eu autant d'importance et il faut tout de suite féliciter Adam Stockhausen pour avoir conçu cet hôtel hors normes dans lequel vont se déplacer tant de personnages, vont se nouer tant d'intrigues.

Certes, Wes Anderson a sans doute pensé à Karel Zeman et aux photos de Plonk et Replonk (qu'on aura avantage à consulter sur leur site) pour construire ce Grand hôtel magique, nid d'aigle au milieu de montagnes crémeuses desquelles émergent dans un ton chromo des taches vertes ou grises, comme les tenues d'Edward Norton incarnant Henckels, le capitaine de la police militaire de Lutz, qui pourrait être tout aussi bien militaire syldave que premier flic de cette improbable république de Zubrowska...

Pour conter l'histoire de Zéro Moustapha, garçon d'ascenseur devenu de la plus inattendue des façons directeur de l'hôtel et par la même occasion, et celle de son mentor le facétieux "Monsieur Gustave", Wes Anderson dit dans le générique s'être inspiré des romans de Stephen Zweig.

C'est une belle référence, même si, comme le reste, on se doute qu'elle est plus virtuelle que réelle. Dans cette bande dessinée, ou ce serial, où tout est prétexte à rebondissements et à digressions, il n'y a qu'une seule chose qui compte : le rythme.

On sera happé par ce rythme et épaté par le talent d'Anderson qui peut, soudain, freiner son récit et donner ainsi l'occasion à son spectateur de vivre quelques minutes de répit, puis de dépit quand il découvre que le Grand Budapest Hotel n'est plus que l'ombre de lui-même.

Mais ce Grand Hotel ne serait rien sans ses occupants : jamais film n'aura fourni autant de rôles à des comédiens tous heureux de jouer dans une partition pleine d'humour et d'émotion. On retiendra particulièrement la prestation magnifique de Ralph Fiennes, âme autant de l'hôtel que du film, et de son disciple Zero, tour à tour enfant forçant le destin joué par le jeune et tonique Tony Revolori, et vieillard nostalgique mais toujours rêveur sous les traits de F. Murray Abraham. Et que dire des "méchants" Willem Dafoe et Adrien Brody ?

Il faudra voir et revoir "The Grand Budapest Hotel" de Wes Anderson pour en saisir toutes les astuces et les subtilités. Bourré de références sans avoir besoin de jouer la distante connivente, ce film foisonnant sera un régal pour tous car, "film pour enfants pour grands", il réussit aussi le tour de force d'être un "film pour adultes pour petits".




 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=