Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Grand Budapest Hotel
Wes Anderson  février 2014

Réalisé par Wes Anderson. Etats-Unis. Comédie. 1h40 (Sortie 26 février 201). Avec Ralph Fiennes, Tony Revolori, F. Murray, Mathieu Amalric, Jeff Goldblum, Saoirse Ronan, Abraham, Adrien Brody, Tilda Swinton, Willem Dafoe, Harvey Keitel, Owen Wilson et Jude Law.

Michel Gondry et Jean-Pierre Jeunet devront en convenir : Wes Anderson les bat à plate-couture dans le genre "films pour enfants pour grands".

Il n'a pas besoin de leur CAP bricolage pour bâtir un univers onirique posé dans un décor irréel. Il n'a pas besoin de "tronches" caricaturales pour rendre singulières et originales les aventures qu'il conte. Il n'a pas besoin de passer par des effets spéciaux époustouflants pour rendre spectaculaire son récit.

"The Grand Budapest Hotel" n'est donc pas la grosse machinerie que l'on pourrait craindre. Certes, jamais dans un film d'Anderson le décor n'aura eu autant d'importance et il faut tout de suite féliciter Adam Stockhausen pour avoir conçu cet hôtel hors normes dans lequel vont se déplacer tant de personnages, vont se nouer tant d'intrigues.

Certes, Wes Anderson a sans doute pensé à Karel Zeman et aux photos de Plonk et Replonk (qu'on aura avantage à consulter sur leur site) pour construire ce Grand hôtel magique, nid d'aigle au milieu de montagnes crémeuses desquelles émergent dans un ton chromo des taches vertes ou grises, comme les tenues d'Edward Norton incarnant Henckels, le capitaine de la police militaire de Lutz, qui pourrait être tout aussi bien militaire syldave que premier flic de cette improbable république de Zubrowska...

Pour conter l'histoire de Zéro Moustapha, garçon d'ascenseur devenu de la plus inattendue des façons directeur de l'hôtel et par la même occasion, et celle de son mentor le facétieux "Monsieur Gustave", Wes Anderson dit dans le générique s'être inspiré des romans de Stephen Zweig.

C'est une belle référence, même si, comme le reste, on se doute qu'elle est plus virtuelle que réelle. Dans cette bande dessinée, ou ce serial, où tout est prétexte à rebondissements et à digressions, il n'y a qu'une seule chose qui compte : le rythme.

On sera happé par ce rythme et épaté par le talent d'Anderson qui peut, soudain, freiner son récit et donner ainsi l'occasion à son spectateur de vivre quelques minutes de répit, puis de dépit quand il découvre que le Grand Budapest Hotel n'est plus que l'ombre de lui-même.

Mais ce Grand Hotel ne serait rien sans ses occupants : jamais film n'aura fourni autant de rôles à des comédiens tous heureux de jouer dans une partition pleine d'humour et d'émotion. On retiendra particulièrement la prestation magnifique de Ralph Fiennes, âme autant de l'hôtel que du film, et de son disciple Zero, tour à tour enfant forçant le destin joué par le jeune et tonique Tony Revolori, et vieillard nostalgique mais toujours rêveur sous les traits de F. Murray Abraham. Et que dire des "méchants" Willem Dafoe et Adrien Brody ?

Il faudra voir et revoir "The Grand Budapest Hotel" de Wes Anderson pour en saisir toutes les astuces et les subtilités. Bourré de références sans avoir besoin de jouer la distante connivente, ce film foisonnant sera un régal pour tous car, "film pour enfants pour grands", il réussit aussi le tour de force d'être un "film pour adultes pour petits".




 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=