Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nada Surf
Let Go  (Labels)  novembre 2003

"Was mich nicht umbringt, macht mich härter" peut-on lire dans Götzen-Dämmerung : "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort", écrit ainsi Friedrich Nietzsche pendant l’été 1888, avant que la maladie, quelques années plus tard, ne finisse par le tuer, justement. Cet aphorisme célèbre et depuis longtemps galvaudé peut aussi se traduire plus élégamment de la manière suivante : "Cela me brise le cœur de devoir dire du mal du dernier album de Nada Surf, mais je vais tout de même le faire, parce qu’il le faut, et que je sortirai grandi de cette épreuve".

Pardonnez-moi ce pathos sans doute déplacé, et comprenez-moi bien : alors que je m’apprête, contre mon gré, à vous expliquer pourquoi Let Go ne vaut pas le prix auquel vous allez le payer chez votre disquaire favori, je jette un regard attendri à la discographie complète de Nada Surf qui s’aligne sagement sur mon bureau, discographie que j’ai achetée au prix fort et de mes propres deniers. Mieux, ou pire plutôt, je possède deux exemplaires du dernier opus en question : celui que j’ai eu la mauvaise idée d’acheter dès sa sortie, et la toute récente réédition spéciale que je suis supposé chroniquer aujourd’hui.

Avant de remplir cet office de bourreau qui ne m’enchante pas, je ne peux donc que vous conseiller de vous procurer leur premier album, High/Low : seul le "tubesque" "Popular" a laissé sa marque au milieu de nos années 90 saturées de rock alternatif, alors que le reste de ce cédé efficace et énergique, qui n’a d’ailleurs pas grand chose à voir avec le single, mérite d’être écouté, au moins autant sinon plus. Ceux qui ont entendu "Deeper Well", "The Plan", ou "Treehouse", savent de quoi je parle.

Trêve de digression cependant : mieux vaut retirer le sparadrap rapidement et d’un coup sec, et vous dire tout net que Let Go est un album tiède, mou, ennuyeux, lisse, presque innocent mais tellement oubliable. Certes, on ne peut que louer Nada Surf d’avoir eu le courage et la volonté de changer de direction : leur style punk-rock-power-pop vitaminé des débuts, version plus nerveuse et directe d’un Weezer période bleue, les avait en effet rapidement menés droit dans le mur, comme en témoigne The Proximity Effect, leur désastreux deuxième album.

Malheureusement, le trio a troqué son rock mâtiné de punk contre un rock alternatif poli, convenu, et tellement déjà-vu. Nada Surf cherche à conjurer une atmosphère douce-amère et mélancolique, par des chansons lentes aux motifs répétitifs, mais ne parvient qu’à endormir le chroniqueur fatigué, ou à l’agacer dans le meilleur des cas. Je pense par exemple aux longs et soporifiques "Blonde On Blonde", "Inside Of Love", ou à l’insupportable "Killian’s Red", qui affiche sans complexe une durée de six minutes et treize secondes.

A titre personnel d’ailleurs, j’exècre tout particulièrement "Paper Boats", la douzième piste, qui remporte haut la main la palme de la chanson interminable, avec, tenez-vous bien, sept minutes au compteur. Vingt Dieux ! Sept minutes ! Quatre cent vingt secondes ! Quatre cent vingt atroces secondes d’un ennui inexorablement distillé au compte-goutte ! Quatre cent vingt secondes irrémédiablement tombées dans l’abîme néantique ! Quatre cent vingt secondes qui ne conduisent nulle part et ne laissent dans la bouche pâteuse que le goût amer du temps perdu !

Quand enfin le groupe se décide à brancher les guitares, le résultat n’en est que plus décevant : sans l’énergie et la nervosité de High/Low, la mayonnaise ne prend plus : leurs velléités de compositions agressives n’aboutissent qu’à des titres mous, auto-parodies de leurs chansons anciennes. Ce constat est tristement évident à l’écoute de pistes comme "No Quick Fix" ou "Happy Kid", deux rocks mid-tempo jumeaux et fatigués, aux guitares claires métronomiques qui sentent la codéine et le Prozac. Prisonniers entre un format qu’ils ne maîtrisent plus, et un format qu’ils ne maîtrisent pas encore, les Nada Surf nous livrent un album peu inspiré et insipide.

De toute façon, dès que la moindre bonne idée apparaît, elle se trouve immédiatement gâchée par la production médiocre : écoutez ces voix trafiquées inappropriées qui surgissent sur le deuxième couplet de "The Way You Wear Your Head" ; remarquez ces effets grandiloquents sur "Blizzard of ’77", la première piste de l’album ; essayez d’imaginer ce qu’aurait pu donner "Hi-Speed Soul" sans cette ligne de synthétiseur franchement ridicule…

Quant aux textes, leur qualité est supérieure à celle de The Proximity Effect, Dieu merci, mais tout de même largement inférieure à celle de High/Low. Pour vous en assurer, jetez juste un œil aux paroles de "Fruit Fly", et riez un peu avec moi, car le rire est facile : "left some food wrapped up / in a plastic bag / on the kitchen table / way too long / i sat down to eat / next to the bag / i was too tired / to throw it out" … Mon Dieu, dites-moi que je me trompe, dites-moi que ma connaissance de l'anglais est insuffisante, dites-moi que ces lignes apparemment insipides sont en fait gorgées de subtile poésie sous-jacente…

Comme l’écrivent les frères Wachowski, les deux plus grands philosophes de cette époque troublée : "Ce qui a commencé doit finir". Terminons donc cette exécution en règle avec "l’Aventurier". En effet, cette réédition spéciale de Let Go est assez différente de la première. Elle nous épargne par exemple les trois pistes bonus de l’édition originale, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose : on échappe notamment à l’impossible "Neither Heaven Nor Space", dont je ne dirai pas ici tout le mal que je pense, pour que cette chronique ne tourne pas au vitriol.

Cependant, cette réédition nous fait aussi cadeau du Copy Control, cette technologie de protection stupide, qui empêche le consommateur d’écouter sur son PC autre chose que des fichiers compressés de mauvaise qualité. Et surtout, ce disque nous gratifie donc de la reprise de l’Aventurier, produite par l’omniproduisant Benjamin Biolay, et co-interprêté, ô surprise, par Coralie Clément. L’attention et l’intention de Nada Surf sont touchantes et louables, de rendre hommage au public français avec ce titre phare de nos années quatre-vingts. Toutefois, le trio ne peut pas radicalement métamorphoser une chanson dont le rythme est intrinsèquement répétitif voire assommant, et le texte éminemment stupide voir débile. Il eût fallu prévenir Nada Surf : les années quatre-vingts sont en France les années d’Indochine, de Jeanne Mas, de Stéphanie de Monaco, bref, les années de la honte…

Le pire dans cette triste histoire qui me déprime terriblement, c’est que j’aime Nada Surf. J’aime leur amour de la France, et leur parti-pris d’incorporer deux chansons en français à leur album, "Là pour ça" et "l’Aventurier". J’aime leur statut d’éternels outsiders du rock. J’aime leur histoire romanesque de groupe abandonné par leur maison de disque, leur lutte afin de récupérer les droits de leur deuxième album, leur volonté de ne pas rester " les types qui chantent Popular". Je les trouve compétents, et efficaces quand ils le veulent : les guitares de Matthew Caws sont simples mais savent faire mouche ; la section rythmique est imparable, et la batterie de Ira Elliot est exceptionnelle. Pire, j’écoute toujours High/Low, et j’arrive même, avec beaucoup d’abnégation il est vrai, à trouver mon compte dans Let Go, en abusant du bouton "avance rapide", et en m’attardant à dessein sur "Blizzard of ’77", "The Way You Wear Your Head", "Hi-Speed Soul", et "Treading Water" …

Je conclurai donc cette chronique comme je l’ai commencée, et comme Nietzsche, je me jette en pleurant au cou du vieux cheval fatigué, si vous voyez ce que je veux dire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Live in Brussels de Nada Surf
La chronique de l'album The Weight Is A Gift de Nada Surf
La chronique de l'album If I Had a Hi-Fi de Nada Surf
Nada Surf en concert à l'Elysée Montmartre (20 novembre 2005)
Nada Surf en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Nada Surf en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Nada Surf en concert au Festival International Benicàssim 2008
Nada Surf en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Nada Surf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Nada Surf en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 31 juillet 2010)


Gribouille         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=