Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Liliom
Théâtre de la Colline  (Paris)  mars 2014

Comédie dramatique de Ferenc Molnár, mise en scène de Galin Stoev, avec Yoann Blanc, Anna Cervinka, Romain Dierckx, Christophe Grégoire, Christophe Montenez, Céline Ohrel, Marie-Christine Orry, Marie-Ève Perron et François Prodhomme.

Quand il écrit "Liliom", en 1909, le dramaturge hongrois Ferenc Molnar conçoit un mélodrame qu'il situe dans les milieux forains. Mais il décide de ne pas s'en tenir au simple mélo puisque, Liliom s'étant suicidé après avoir raté un mauvais coup, il se retrouve devant des juges célestes qui le condamnent à revenir régler ses affaires sur Terre.

"Liliom" est une œuvre qui mélange les genres et allie réalisme et fantaisie. C'est ce que comprendra parfaitement Fritz Lang, en 1934, quand il s'emparera du sujet pour son unique film français.

Un siècle après sa création théâtrale et 80 ans après son adaptation cinématographique, la version de "Liliom" proposée par Galin Stoev diffère totalement de ces devancières. Avant toute chose, la scénographie d'Halban Ho Van évacue les manèges et les flonflons de la fête dont on ne perçoit que quelques échos off.

Désacralisé sans ses chevaux de bois, Liliom n'est plus un bonimenteur magnifique aux yeux des trottins de Budapest. Dès le départ, c'est un perdant peu glorieux et pas du tout ce personnage au grand cœur derrière sa carapace de faux dur, que l'on inscrirait par anticipation dans un certain "réalisme poétique".

S'il tient bien l'intrigue et donne à chaque personnage quelque chose de consistant à défendre, à l'image de Marie-Christine Orry, qui joue Madame Muscat - la propriétaire du manège où travaille Liliom - avec le phrasé titi d'Arletty, Galin Stoev ne peut, par son choix initial, pratiquer une vraie rupture de ton quand survient la dimension fantastique du texte de Molnar, avec intervention des anges et des juges divins.

Ayant poussé le personnage de Liliom vers un certain monolithisme terne, Stoev empêche ainsi Christophe Grégoire, qui n'a jamais été dans l'excès ni dans la truculence, de monter en puissance dans l'émotion. Et même, si le final réussi respecte la logique du texte, on reste frustré de n'avoir en tout et pour tout connu en deux heures que ce fugace moment d'émotion véritable.

C'est dommage car le travail de Galin Stoev n'est pas négligeable. Il rend clair les enjeux envisagés par Molnar. Évidemment, ceux-ci se limitant aux amours contrariés d'une jeune bonne et d'un forain dans l'Empire austro-hongrois finissant, ils ne dessinent pas des problématiques très modernes.

Reste que cette belle mécanique conçue par Galin Stoev fournit un pur divertissement théâtral qui se suit sans ennui.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=