Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Norma Jeane
Théâtre 13/Seine  (Paris)  mars 2014

Comédie dramatique écrite et mise en scène par John Arnold, avec John Arnold Zarruck, Aurélia Arto (ou Estelle Chabrolin), Philippe Bérodot, Bruno Boulzaguet, Jean-Claude Bourbault, Samuel Churin, Evelyne Fagnen (ou Myriam Azencot), Antoine Formica, Jocelyn Lagarrigue (ou Joffrey Roggeman), Marion Malenfant, Olivier Peigné, Fabienne Périneau et Maryse Poulhe.

Sans y mettre aucune connotation péjorative, on dira tout de suite que "Norma Jeane" est un "biopic théâtral", un grand livre d'images d'Épinal américaines, qui joue et se joue des types et des stéréotypes véhiculés par le cinématographe.

Pour parvenir à ce bombardement de saynètes, John Arnold aura lu "Blonde" de Joyce Carol Oates, livre monstre qui a pour sujet un monstre sacré. Si l'on est mal attentionné, on pourra dire que la fiche "Wikipédia" de Marilyn Monroe aurait suffi puisque le spectacle de John Arnold reprend les "stations" de la vie de la fausse blonde la plus adulée du monde.

Des "stations" christiques désormais plus connues que celles conduisant JC au Golgotha : mère folle, famille adoptive avec pervers polymorphe, calendrier pou GI's, Hollywood nouvelle Babylone, les hommes préfèrent les Blondes, Joe di Maggio, Arthur Miller, l'Actor's Studio, les Kennedy, Happy Birthday Mr President, Edgar Hoover et le FBI, les cachets de Nembutal...

Dans ce maelström pour journaux people, John Arnold, avec son physique d'acteur finlandais pour chef d'oeuvre d'Aki Kaurismaki, a eu la tentation d'un spectacle à la "Lola Montès". La scène se résume presque au rond d'une piste de cirque, mais avec un Monsieur Loyal épisodique et sans fouet, qui use parfois d'un micro avec la tentation d'être un bonimenteur médiatique.

Marilyn-Norma-Marion Malenfant s'y retrouve souvent allongée pour y naître ou y mourir. Il faut dire que John Arnold a sous la main une actrice - on osera l'écrire - bien supérieure à son modèle, à la fois crédible en petite Norma Jeane avec son tigrou et en MM sexy et glamoureuse.

On félicitera Arnold de l'exposer sous toutes les coutures et Marion d'avoir accepté d'offrir son corps dans toute la pudeur de son impudeur. Qu'on se souvienne de la construction erratique de Marilyn en star blondissime et l'on appréciera la belle plastique nature de cette autre MM.

Marion Malenfant - hurlez fans nécrophiles ! - meilleure actrice que l'original, doit sans cesse se souvenir qu'elle incarne une pathétique petite fille à peine vivante, à peine actrice, posant mal la seule question qui lui importait : "Y a-t-il quelqu'un qui m'aime vraiment ce soir ? ".

La force du spectacle de John Arnold, c'est d'avoir sous ses ordres une troupe d'acteurs polyvalents, heureux de jouer plusieurs rôles, heureux de redonner de la chair à une icône frelatée, dérisoire, émouvante, la dernière victime de l'usine à rêves avant que la télé ne condamne les studios.

Évidemment, on est de temps à autre dans une saynète obligée qui casse un peu le rythme de cette plongée dans la tête de Monroe. On aurait aimé pouvoir zapper les Kennedy, ses cochons déguisés en garçons de bain, se dispenser de l'anniversaire présidentiel, d'autant qu'Arnold a pris l'initiative de ne pas jouer des "poupou pidou" et ne parle pas du N°5 de Chanel.

Mais on ne condamnera pas John Arnold pour les épisodes qu'il a choisis ou ceux qu'il a supprimés. Il fallait de toute façon opérer des choix ou se résigner à une soirée très longue. Le portrait de Marilyne Monroe qu'il donne, via Joyce Carol Oates, paraît sans contresens.

Méditation sur la vaine gloire d'une femme qui ne cherchait qu'un brave gars pour réchauffer son froid cœur d'artichaut, "Norma Jeane" est un beau morceau de bravoure qui résume sans cruauté un destin brisé. Peut-être que Marilyn Monroe là où elle se trouve ou ne se trouve pas, préférerait qu'on l'oublie.

Mais John Arnold, ses acteurs tous excellents et ses spectateurs tous conquis ont tranché : le show must go on...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=