Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Chiens errants
Tsai Ming Liang  mars 2014

Réalisé par Tsai Ming Liang. Taiwan/France. Drame. 2h18 (Sortie 12 mars 2014). Avec Lee Kang Sheng, Lee Yi Cheng, Yang Kuei Mei, Lu Yi Ching et Chen Shiang Chyi.

Il faut parfois se rappeler que le cinéma peut être autre chose qu’un divertissement qui se consomme avec un grand carton de pop corn ou après avoir été convaincu d'y aller par un publi-reportage dans Le Monde ou Télérama.

Le cinéma de Tsai Ming Liang ne mérite pas qu’on répète à l’infini que "c’est un cinéma exigeant". 

Non, il n’est pas exigeant, il est au contraire d’une simplicité enfantine. Ce dont il a besoin c’est à la fois d’un œil attentif, un œil qui sait s’attarder sur une image, un plan, et d’un esprit tolérant capable de faire confiance à un grand maître qui lui demande de le suivre dans son monde, d’en accepter les phases contemplatives comme les colères sourdes et subites.

Si on décide de s’en remettre entièrement à Tsai Ming Liang, de ne pas s’en vouloir de ne pas tout comprendre tout de suite et de ne pas saisir immédiatement où il veut en venir, la magie finira par opérer.

Quand il laisse son spectateur et son acteur communier ensemble dans la contemplation d’un pan de mur sur lequel est représentée une vague montagne, qu’il pousse ce plan fixe final jusqu’à la limite du raisonnable dans un plan-séquence qui fera date, il sait qu’il va en irriter et en ennuyer plus d’un.

Et pourtant, même si sur le moment on a soupiré, se sentant « pris en otage » devant la colère ou le désarroi de ce sans-abri qu’on a vu plus tôt détruire un chou ou jouer les hommes-sandwichs mobiles au bord d’une autoroute taïwanaise, on comprendra plus tard qu’on vient de vivre un grand moment de cinéma.

Le choc se produira quelques minutes après avoir quitté la salle, ou quelques heures plus tard en repensant au film, ou même quelques jours après la projection, quand quelque chose du paysage urbain en correspondance avec le film viendra en réveiller le souvenir.

Oui, quelle que soit la forme que cela prendra, on peut assurer que le film travaillera tous les spectateurs qui l’auront vu. Soudain, on en saisira l’évidente beauté, on en percevra les résonances, et l’on se délectera de la manière unique de Tsai Ming Liang de protester contre les méfaits de cette société post-industrielle qui détruit même ceux qui n’en connaîtront jamais les bienfaits.

Des supermarchés inondés de lumière, des périphéries glauques, des No Man’s land avec des immeubles en construction ou en démolition, des chemins boueux où silencieusement une famille sans domicile se déplace de manière erratique, se nourrissant d’échantillons ou crevant de faim, inlassablement en quête de nulle part sous des pluies diluviennes et parmi des ruines modernes, voilà ce que propose ce disciple oriental d’Antonioni.


Dans son film, les chiens errants sont ces humains qu’on traite comme des animaux. Mais les "vrais" chiens errants, qui rôdent parfois là où ces sans abris ont trouvé un bref repos, ont en commun avec eux une irréductible ténacité. Dans cet univers hyperréaliste, cela confère à tous, hommes en apesanteur ou bêtes revenus à la sauvagerie, une dignité tragique…

Ni zombies ni loups-garous, ces invisibles demeureront jusqu’au bout de leur chemin chaotique les meilleurs de leur race.

Avec sa rage contenue et sa probité absolue, "Les Chiens errants" de Tsai Ming Liang est un film qui devrait longtemps remuer la conscience de ses spectateurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=