Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Chiens errants
Tsai Ming Liang  mars 2014

Réalisé par Tsai Ming Liang. Taiwan/France. Drame. 2h18 (Sortie 12 mars 2014). Avec Lee Kang Sheng, Lee Yi Cheng, Yang Kuei Mei, Lu Yi Ching et Chen Shiang Chyi.

Il faut parfois se rappeler que le cinéma peut être autre chose qu’un divertissement qui se consomme avec un grand carton de pop corn ou après avoir été convaincu d'y aller par un publi-reportage dans Le Monde ou Télérama.

Le cinéma de Tsai Ming Liang ne mérite pas qu’on répète à l’infini que "c’est un cinéma exigeant". 

Non, il n’est pas exigeant, il est au contraire d’une simplicité enfantine. Ce dont il a besoin c’est à la fois d’un œil attentif, un œil qui sait s’attarder sur une image, un plan, et d’un esprit tolérant capable de faire confiance à un grand maître qui lui demande de le suivre dans son monde, d’en accepter les phases contemplatives comme les colères sourdes et subites.

Si on décide de s’en remettre entièrement à Tsai Ming Liang, de ne pas s’en vouloir de ne pas tout comprendre tout de suite et de ne pas saisir immédiatement où il veut en venir, la magie finira par opérer.

Quand il laisse son spectateur et son acteur communier ensemble dans la contemplation d’un pan de mur sur lequel est représentée une vague montagne, qu’il pousse ce plan fixe final jusqu’à la limite du raisonnable dans un plan-séquence qui fera date, il sait qu’il va en irriter et en ennuyer plus d’un.

Et pourtant, même si sur le moment on a soupiré, se sentant « pris en otage » devant la colère ou le désarroi de ce sans-abri qu’on a vu plus tôt détruire un chou ou jouer les hommes-sandwichs mobiles au bord d’une autoroute taïwanaise, on comprendra plus tard qu’on vient de vivre un grand moment de cinéma.

Le choc se produira quelques minutes après avoir quitté la salle, ou quelques heures plus tard en repensant au film, ou même quelques jours après la projection, quand quelque chose du paysage urbain en correspondance avec le film viendra en réveiller le souvenir.

Oui, quelle que soit la forme que cela prendra, on peut assurer que le film travaillera tous les spectateurs qui l’auront vu. Soudain, on en saisira l’évidente beauté, on en percevra les résonances, et l’on se délectera de la manière unique de Tsai Ming Liang de protester contre les méfaits de cette société post-industrielle qui détruit même ceux qui n’en connaîtront jamais les bienfaits.

Des supermarchés inondés de lumière, des périphéries glauques, des No Man’s land avec des immeubles en construction ou en démolition, des chemins boueux où silencieusement une famille sans domicile se déplace de manière erratique, se nourrissant d’échantillons ou crevant de faim, inlassablement en quête de nulle part sous des pluies diluviennes et parmi des ruines modernes, voilà ce que propose ce disciple oriental d’Antonioni.


Dans son film, les chiens errants sont ces humains qu’on traite comme des animaux. Mais les "vrais" chiens errants, qui rôdent parfois là où ces sans abris ont trouvé un bref repos, ont en commun avec eux une irréductible ténacité. Dans cet univers hyperréaliste, cela confère à tous, hommes en apesanteur ou bêtes revenus à la sauvagerie, une dignité tragique…

Ni zombies ni loups-garous, ces invisibles demeureront jusqu’au bout de leur chemin chaotique les meilleurs de leur race.

Avec sa rage contenue et sa probité absolue, "Les Chiens errants" de Tsai Ming Liang est un film qui devrait longtemps remuer la conscience de ses spectateurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=