Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Chiens errants
Tsai Ming Liang  mars 2014

Réalisé par Tsai Ming Liang. Taiwan/France. Drame. 2h18 (Sortie 12 mars 2014). Avec Lee Kang Sheng, Lee Yi Cheng, Yang Kuei Mei, Lu Yi Ching et Chen Shiang Chyi.

Il faut parfois se rappeler que le cinéma peut être autre chose qu’un divertissement qui se consomme avec un grand carton de pop corn ou après avoir été convaincu d'y aller par un publi-reportage dans Le Monde ou Télérama.

Le cinéma de Tsai Ming Liang ne mérite pas qu’on répète à l’infini que "c’est un cinéma exigeant". 

Non, il n’est pas exigeant, il est au contraire d’une simplicité enfantine. Ce dont il a besoin c’est à la fois d’un œil attentif, un œil qui sait s’attarder sur une image, un plan, et d’un esprit tolérant capable de faire confiance à un grand maître qui lui demande de le suivre dans son monde, d’en accepter les phases contemplatives comme les colères sourdes et subites.

Si on décide de s’en remettre entièrement à Tsai Ming Liang, de ne pas s’en vouloir de ne pas tout comprendre tout de suite et de ne pas saisir immédiatement où il veut en venir, la magie finira par opérer.

Quand il laisse son spectateur et son acteur communier ensemble dans la contemplation d’un pan de mur sur lequel est représentée une vague montagne, qu’il pousse ce plan fixe final jusqu’à la limite du raisonnable dans un plan-séquence qui fera date, il sait qu’il va en irriter et en ennuyer plus d’un.

Et pourtant, même si sur le moment on a soupiré, se sentant « pris en otage » devant la colère ou le désarroi de ce sans-abri qu’on a vu plus tôt détruire un chou ou jouer les hommes-sandwichs mobiles au bord d’une autoroute taïwanaise, on comprendra plus tard qu’on vient de vivre un grand moment de cinéma.

Le choc se produira quelques minutes après avoir quitté la salle, ou quelques heures plus tard en repensant au film, ou même quelques jours après la projection, quand quelque chose du paysage urbain en correspondance avec le film viendra en réveiller le souvenir.

Oui, quelle que soit la forme que cela prendra, on peut assurer que le film travaillera tous les spectateurs qui l’auront vu. Soudain, on en saisira l’évidente beauté, on en percevra les résonances, et l’on se délectera de la manière unique de Tsai Ming Liang de protester contre les méfaits de cette société post-industrielle qui détruit même ceux qui n’en connaîtront jamais les bienfaits.

Des supermarchés inondés de lumière, des périphéries glauques, des No Man’s land avec des immeubles en construction ou en démolition, des chemins boueux où silencieusement une famille sans domicile se déplace de manière erratique, se nourrissant d’échantillons ou crevant de faim, inlassablement en quête de nulle part sous des pluies diluviennes et parmi des ruines modernes, voilà ce que propose ce disciple oriental d’Antonioni.


Dans son film, les chiens errants sont ces humains qu’on traite comme des animaux. Mais les "vrais" chiens errants, qui rôdent parfois là où ces sans abris ont trouvé un bref repos, ont en commun avec eux une irréductible ténacité. Dans cet univers hyperréaliste, cela confère à tous, hommes en apesanteur ou bêtes revenus à la sauvagerie, une dignité tragique…

Ni zombies ni loups-garous, ces invisibles demeureront jusqu’au bout de leur chemin chaotique les meilleurs de leur race.

Avec sa rage contenue et sa probité absolue, "Les Chiens errants" de Tsai Ming Liang est un film qui devrait longtemps remuer la conscience de ses spectateurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=