Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Changer constamment en lumière et en flamme
Théâtre Artistic-Athévains  (Paris)  mars 2014

Montage de textes de Michel Onfray conçu par Dominique Paquet dit par Thomas Cousseau dans une mise en scène de Patrick Simon.

Quand Grasset a commencé à publier Michel Onfray, on a pu penser un instant qu'un philosophe en chemise noire venait faire la paire avec un philosophe en chemise blanche.

Mais les amateurs de pugilat médiatique en ont été pour leurs frais : il n'y eut ni duo, ni duel. Onfray a laissé BHL à sa vaine gloire de philosopher sur les plateaux télés pour bâtir une œuvre et surtout pour la partager avec tous.

Dans "Changer constamment en lumière et en flamme", Dominique Paquet a eu la bonne idée de rassembler des textes de Michel Onfray, des textes autobiographiques qui éclairent son œuvre et ses choix de vie.

Quand Thomas Cousseau, tout en noir, pénètre sur une scène qui ne contient en son centre qu'un parallélépipède rectangle en tubulures métalliques mobiles, qui va se déformer au gré de ses récits douloureux, c'est tout le parcours de Michel Onfray qu'il s'apprête à proclamer.

Car, à l'heure où le philosophe normand fait l'objet de campagnes haineuses, ses mots, portés avec force et énergie par Thomas Cousseau, valent toutes les réponses circonstanciées.

Michel Onfray n'est pas né avec la cuillère philosophique dorée de ses "collègues". Son chemin chaotique d'enfant humilié, socialement promis au bagne du travail répétitif et à toutes les fatales soumissions qui l'accompagnent, force le respect.

Évidemment, ceux qui n'auront pas envie d'entendre les mots puissants d'Onfray, cette belle langue charriant dans un même élan du trivial et du lyrique, insinueront qu'il fait sa Cosette et répète Zola.

En fait, ce qui les dérange c'est que ce disciple de Pierre Bourdieu, dont il partage fièrement les origines populaires, puisse raconter que dans les années soixante, dites si glorieuses et si soixante-huitardes, il y avait encore des orphelinats dignes des temps hugoliens et des travailleurs qu'on aurait pu croire sortis de Germinal.

De cette position sociale impossible, Michel Onfray va s'extraire par un miracle : la découverte des mots, des livres et de la philosophie.

Chantre de cette métamorphose d'un enfant de peu en homme riche d'un savoir, d'autant plus précieux, qu'il a su le conquérir seul et les dents serrés, Thomas Cousseau fait vibrer la scène, change constamment les tubulures de ce parallélépipède dans lequel la pensée libertaire d'Onfray ne peut longtemps être enfermé.

Dans sa mise en scène, Patrick Simon se sert de temps à autre de vidéos en couleur, comme contrepoint à la noirceur du duo Cousseau-Onfray. Des visages sereins, saisis en gros plan, apparaissent sur un écran au dessus du parallélépipède et se reflètent en son intérieur. Les textes lus sont bien plus apaisés que ceux récitées par Thierry Cousseau.

On pourra discuter de l'intérêt de cette digression, mais elle a pour fonction de montrer que Michel Onfray, sans renier ses origines, a pu, en gagnant les rivages du savoir, se construire un destin d'homme sans trop de ressentiment.

"Changer constamment en lumière et en flamme", spectacle intense, sans concession, porté haut par la performance de Thomas Cousseau, est un hymne au feu intérieur d'un homme qui n'a pas besoin d'être un maître pour être un exemple.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 janvier 2021 : Cette semaine c'est CONCERT !

C'est reparti pour une semaine rythmée par le couvre feu, en attendant pire ? peut être. Mais d'ici là voici quelques découvertes culturelles qui espérons-le vous plairont. Par ailleurs, samedi on reprend les concerts en ligne, venez nombreux soutenir les artistes ! Et bien entendu on commence par le replay de la MAG #19.

Du côté de la musique :

"Timbaland" le mix #10 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Avenue des Falquières" de 17f
"Go" de Célia Forestier & Komorebi
"Accents" de Ensemble K & Simone Menezes
"Live recital 'Correspondance'" de Jean-Baptiste Fonlupt
"A place that has no memory of you" de Laurent Dehors & Matthew Bourne
"Là, la lumière particulière" de Léopoldine HH
"C'est une parole" de Louis Arti
"A la ligne" de Michel Cloup, Pascal Bouaziz & Julien Rufié
"Night network" de The Cribs
Interview de Yann Landry autour du nouveau label Tadam Records
et toujours :
"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Chemin de fortune et Le Legs" de Marivaux
"Le Pays lointain (Un Arrangement)" de Jean-Luc Lagarce
"Féminines" de Pauline Bureau
"La Chose commune" de Emmanuel Beix et David Lescot
"Treize à table" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Le plus beau jour" de David Foenkinos
"Madame Arthur dépoussière Queen"

Expositions :

en virtuel :
"Bruce Nauman" à la Tate Modern
"David Hockney - Ma Normandie" à la Galerie Lelong
"Marc Riboud - Histoires possibles" au Musée Guimet
"Voyages d'hiver - Regards sur les collections" au MuMa Le Havre
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol

Cinéma :

at home :
"Plein Sud" de Sébastien Lifshitz
"La mécanique de l'ombre" de Thomas Kruithof
"Un chat un chat" de Sophie Fillières
"Dieu seul me voit" de Bruno Podalydès
"Au loin s'en vont les nuages" d'Aki Kaurismaki
"The Swann" de Asa Helga Hjörleifsdóttir

Lecture avec :

"Créatures" de Crissy Van Meter
"La traversée" de Pajtim Statovci
"Le rêve de l'assimilation : de la Grèce antique à nos jours" de Raphael Doan
"Les enfants de la clarée" de Raphael Krafft
"Solitudes" de Niko Tackian
"Une gifle" de Marie Simon
et toujours :
"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=