Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Changer constamment en lumière et en flamme
Théâtre Artistic-Athévains  (Paris)  mars 2014

Montage de textes de Michel Onfray conçu par Dominique Paquet dit par Thomas Cousseau dans une mise en scène de Patrick Simon.

Quand Grasset a commencé à publier Michel Onfray, on a pu penser un instant qu'un philosophe en chemise noire venait faire la paire avec un philosophe en chemise blanche.

Mais les amateurs de pugilat médiatique en ont été pour leurs frais : il n'y eut ni duo, ni duel. Onfray a laissé BHL à sa vaine gloire de philosopher sur les plateaux télés pour bâtir une œuvre et surtout pour la partager avec tous.

Dans "Changer constamment en lumière et en flamme", Dominique Paquet a eu la bonne idée de rassembler des textes de Michel Onfray, des textes autobiographiques qui éclairent son œuvre et ses choix de vie.

Quand Thomas Cousseau, tout en noir, pénètre sur une scène qui ne contient en son centre qu'un parallélépipède rectangle en tubulures métalliques mobiles, qui va se déformer au gré de ses récits douloureux, c'est tout le parcours de Michel Onfray qu'il s'apprête à proclamer.

Car, à l'heure où le philosophe normand fait l'objet de campagnes haineuses, ses mots, portés avec force et énergie par Thomas Cousseau, valent toutes les réponses circonstanciées.

Michel Onfray n'est pas né avec la cuillère philosophique dorée de ses "collègues". Son chemin chaotique d'enfant humilié, socialement promis au bagne du travail répétitif et à toutes les fatales soumissions qui l'accompagnent, force le respect.

Évidemment, ceux qui n'auront pas envie d'entendre les mots puissants d'Onfray, cette belle langue charriant dans un même élan du trivial et du lyrique, insinueront qu'il fait sa Cosette et répète Zola.

En fait, ce qui les dérange c'est que ce disciple de Pierre Bourdieu, dont il partage fièrement les origines populaires, puisse raconter que dans les années soixante, dites si glorieuses et si soixante-huitardes, il y avait encore des orphelinats dignes des temps hugoliens et des travailleurs qu'on aurait pu croire sortis de Germinal.

De cette position sociale impossible, Michel Onfray va s'extraire par un miracle : la découverte des mots, des livres et de la philosophie.

Chantre de cette métamorphose d'un enfant de peu en homme riche d'un savoir, d'autant plus précieux, qu'il a su le conquérir seul et les dents serrés, Thomas Cousseau fait vibrer la scène, change constamment les tubulures de ce parallélépipède dans lequel la pensée libertaire d'Onfray ne peut longtemps être enfermé.

Dans sa mise en scène, Patrick Simon se sert de temps à autre de vidéos en couleur, comme contrepoint à la noirceur du duo Cousseau-Onfray. Des visages sereins, saisis en gros plan, apparaissent sur un écran au dessus du parallélépipède et se reflètent en son intérieur. Les textes lus sont bien plus apaisés que ceux récitées par Thierry Cousseau.

On pourra discuter de l'intérêt de cette digression, mais elle a pour fonction de montrer que Michel Onfray, sans renier ses origines, a pu, en gagnant les rivages du savoir, se construire un destin d'homme sans trop de ressentiment.

"Changer constamment en lumière et en flamme", spectacle intense, sans concession, porté haut par la performance de Thomas Cousseau, est un hymne au feu intérieur d'un homme qui n'a pas besoin d'être un maître pour être un exemple.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=