Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce El Impenetrable
Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini    (mars 2014) 

Réalisé par Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini. France/Argentine. Documentaire. 1h32 (Sortie 26 mars 2014).

Daniele Incalcaterra présente son film comme un "western documentaire" et l'on lui donnera immédiatement raison : cette plongée dans le "Chaco paraguayen" a tout d'une aventure extrême dans une contrée sauvage où quelques idéalistes, rêvant de sauver des terres encore vierges et de les rendre à des Indiens qui en ont été iniquement chassés, affrontent des aventuriers sans foi ni loi, au service d'intérêts économiques ultra-puissants qui ne rêvent que d'y installer des troupeaux ou d'y cultiver du maïs transgéniques.

Avant que des consortiums ne la rasent à coups de bulldozers, le "Chaco" était la deuxième forêt vierge d'Amérique Latine après l'Amazonie. Plus d'un million deux cent milles kilomètres carrés d'arbres, soit deux fois la France, constituait cette forêt s'étendant entre la Bolivie, le Paraguay et l'Argentine. Une forêt tellement dense, tellement loin de tout qu'on l'appelait "L'Impénétrable"... et que personne n'avait songé à y aller voir, et donc ignorait les menaces qui la cernaient.

Heureusement, Daniele Incalcaterra, cinéaste argentin bien connu en France pour avoir co-dirigé les ateliers Varan et enseigné à la FEMIS, se retrouve, presque à son corps défendant, partie prenante de cette destruction programmée dans un silence presque total.

En effet, son père lui a donné en héritage 5 000 hectares de ce "Chaco paraguayen" qu'il avait acheté jadis pour une bouchée de pain. Ne sachant qu'en faire, le cinéaste cherche au moins à découvrir "son territoire"... Or, il ne peut y aborder, sa propriété étant entourée de domaines privés contrôlant les routes y accédant.

Dès lors, Daniele décide, non pas de vendre sa propriété, mais d'en faire une réserve, un havre de paix pour les animaux chassés de tous les territoires victimes de la déforestation et surtout pour le donner aux Indiens dont les droits sont bafoués par tous ses prédateurs économiques qui contrôlent l'état paraguayen.

Cette lutte inégale, face à des vrais grands méchants, comme le multi-millionnaire Favero - homme le plus riche du Paraguay - qui veut transformer la forêt en herbages pour ses troupeaux ou en champs pour ses maïs transgéniques, sera l'objet de son film co-réalisé avec Fausta Quattrini.

Un documentaire à la fois truculent, dépaysant et désespérant qui montre comment la moitié du monde est en train d'être détruit pour nourrir (mal) l'autre moitié.

"El Impenetrable" est donc tour à tour un grand cri contre la mondialisation et ses conséquences dans les pays apparemment à l'écart, et un appel à lutter envers et contre tout pour que ce qui semble inexorable et fatal n'advienne pas.

Suspense cinématographiquement impeccable, le film de Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini se suit effectivement comme un western. On y trouve des vrais morceaux de bravoure comme ces séquences dans lesquelles le cinéaste argentin et ses amis cherchent à pénétrer dans son domaine rendu impénétrable. On y croise des personnages hors normes, comme ce Tranquillo Favero capable de dire crûment à l'amie Daniele ce qu'il va faire du Paraguay pour gagner encore plus d'argent.

"El Impenetrable" de Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini est, toutes catégories confondues, un grand film qu'il faut absolument découvrir.

Dans la jungle d'une semaine cinématographique qui compte son habituel lot d'une quinzaine de nouveaux titres, cette plongée dans le "Chaco" vaut vraiment le déplacement. Ce qui s'y passe aujourd'hui est vital pour comprendre ce que risque d'être le monde à venir.

Alors, il faut le répéter sans se lasser : "El impenetrable" de Daniele Incalcaterra et Fausta Quattrini est un grand film indispensable.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=